Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

6 décembre 2017 3 06 /12 /décembre /2017 05:37
Changement de tête au CM98

Gordien succède à Romana

Après une vingtaine d'année à la présidence du Comité de la marche du 23 mai 1998 (CM98), Serge Romana passe la main. Le 23 novembre dernier, l'association a élu un nouveau président en la personne d'Emmanuel Gordien. Serge Romana quitte la tête de l'association après avoir obtenu, non sans avoir du faire une grève de la faim, l'inscription de la date du 23 mai dans le calendrier officiel des commémorations de la République comme le jour que "la Communauté antillaise a choisi pour honorer la mémoire de nos Parents qui ont vécu en esclavage". Cette date est consacrée dans la loi égalité réelle outre-mer.

Serge Romana se consacrera désormais principalement à la fondation Esclavage et Réconciliation, dont il est le président, et à d'éventuels rapprochements avec la fondation pour la mémoire de l'esclavage, présidée par l'ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

Le CM98 continuera son travail mémoriel qui consiste entre autres à construire et à enrichir sa base de données ("non annou") sur l'identité et la généalogie des esclaves de Guadeloupe et de Martinique et à affilier les descendants à leurs aïeux esclaves.

Le CM98 proposera dans les tout prochains jours son projet de réalisation du « mémorial national des victimes de la traite et de l’esclavage colonial », au jardin des Tuileries à Paris.

De même, à l’occasion du vingtième anniversaire de la grande marche du 23 Mai 1998, le CM98 proposera à la communauté antillaise, guyanaise et réunionnaise, un « festival des arts et traditions des sociétés créoles post-esclavagistes du 27 avril au 27 mai », dont l’apothéose sera la cérémonie "limyè ba yo !", le 23 mai 2018 à la place de la République à Paris.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
5 décembre 2017 2 05 /12 /décembre /2017 05:32

La requête de Vital Nirlo rejetée

Le Conseil Constitutionnel a rejeté vendredi 1er décembre la requête présentée par Vital Nirlo, pour obtenir l'annulation des opérations électorales à la Réunion du 24 septembre dernier

Pour expliquer son rejet, le Conseil Constitutionnel indique que Vital Nirlo s'est "borné à indiquer que des irrégularités se seraient produites durant la campagne électorale de nature à fausser les résultats de l'élection". Il a également allègué que la liste « L'entente républicaine » aurait dépassé le montant des dépenses électorales autorisées sans apporter de précisions et de justifications permettant au juge de l'élection d'en apprécier la portée. Dès lors, sa requête est considérée comme nulle.

FXG, à Paris

La requête de Joseph Virassamy irrecevable

La requête de Joseph Virassamy visant à obtenir l'annulation du scrutin sénatorial du 24 septembre à la Martinique a été aussi rejetée vendredi par le Conseil Constitutionnel.

Les griefs de M. Virassamy était peut-être justifiés, ou non, mais il avait dix jours pour contester l'élection. Or, sa requête a été reçue au secrétariat général du Conseil constitutionnel le 6 octobre 2017. Dès lors, elle était tardive et, sans qu'il soit besoin de se prononcer sur la question prioritaire de constitutionnalité, le Conseil l'a rejetée car elle était irrecevable.

Partager cet article

Repost0
4 décembre 2017 1 04 /12 /décembre /2017 06:48

399 nouveaux cas de sida dans les DOM l'an dernier

À l'occasion de la 30e Journée mondiale de lutte contre le sida, le Conseil représentatif des Français d’outre-mer (CReFOM) et la Fédération Total Respect (Tjenbé Rèd) rappellent que le sida frappe inégalement nos compatriotes d'outre-mer. L’an dernier, 226 personnes résidant en Guyane ont découvert leur séropositivité contre 43 résidant à Mayotte, 52 en Martinique, 46 en Guadeloupe et 32 à la Réunion, soit un total de 399 personnes, contre 4 437 dans l’Hexagone. Ainsi, 19 personnes sur 100 000 en outre-mer ont découvert leur séropositivité contre 7 sur 100 000 dans l’Hexagone. La situation de la Guyane reste la plus alarmante avec 86 découvertes pour 100 000 habitants (soit 13 fois plus que dans l’Hexagone). A Mayotte, le taux est de 18 pour 100 000 (3 fois plus que dans l’Hexagone). Le taux en Martinique et en Guadeloupe est de 13 pour 100 000 (2 fois plus que dans l’Hexagone). Ebnfin, la Réunion fait exception avec un taux de 4 pour 100 000, soit 2 fois moins que dans l’Hexagone.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
4 décembre 2017 1 04 /12 /décembre /2017 04:42

Le CNMHE pour que la France prenne l'initiative contre l'esclavage en Libye

Après l'émotion et la colère soulevées par la diffusion par CNN d'images tournées en Libye, montrant des migrants subsahariens vendus aux enchères, le Comité national pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage (CNMHE) propose que la France prenne l’initiative de porter au niveau européen un projet d'interdiction de séjour, sur le territoire communautaire, de toute personne ayant profité du trafic d'êtres humains.

Le CNMHE a pour mission d’éclairer l’action publique sur l’histoire et la mémoire de l’esclavage et de dénoncer les formes d’esclavage moderne et indique que l’ONU admet aujourd'hui que 21 millions de personnes subissent le travail forcé. Selon la Walk free foundation end of slavery, il y aurait même 40 millions de victimes de l’esclavage à travers le monde (66,4% dans l’Asie Pacifique ; 13,6% en Afrique subsaharienne ; 8,8% en Europe et dans les pays de l’ex-URSS ; 6,4% en Afrique du Nord et dans le Moyen-Orient ; 4,7% en Amérique).

"La situation actuelle en Libye, indique le président du CNMHE, Frédéric Régent, nous rappelle cette sombre réalité et exige une mobilisation en conséquence. Les images de vente aux enchères d’esclaves en Libye mettent sur le devant de la scène médiatique l’obscénité et l’actualité de l’esclavage. La route de la traite transsaharienne est toujours empruntée par de nouveaux marchands du commerce infâme. Les migrants, qui souhaitent échapper à la guerre ou à la misère, sont pris dans la nasse libyenne, tant il est devenu difficile de quitter ce pays pour l’Europe."

Le CNMHE réaffirme deux principes édictés dans l’article 13 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme : "Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l'intérieur d'un Etat ; Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et d’y revenir."

C'est en se référant à des dispositions anciennes du décret d’abolition de l’esclavage du 27 Avril 1848 frappant de déchéance de citoyenneté tout trafiquant ou tout propriétaire d’esclaves, et à des dispositions juridiques récentes (article premier de la loi du 21 mai 2001 qui reconnait l’esclavage comme crime contre l’humanité), que le CNMHE propose cette interdiction du territoire européen à tous tous ceux qui profitent du trafic d'êtres humains.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
4 décembre 2017 1 04 /12 /décembre /2017 04:40

L'Etat revend ses parts dans le logement social d'outre-mer

Le Journal officiel du 30 novembre officialise l'arrêté du 24 novembre dernier approuvant la cession des participations de l'Etat et de l'Agence française de développement au capital des six sociétés immobilières d'Outre-mer. Ainsi, le feu vert est donné pour la cession des 8 500 actions détenues par l'AFD et l'Etat, représentant 34 % de la Société immobilère de la Réunion,  les 37 101 parts (34 %) de la société immobilière de la Guadeloupe, les 22 896 parts (34 %) de la société immobilière de la Martinique, les 448 300 parts (34 %) de la société immobilière de Guyane, les 1020 parts (34 %) de la société immobilière de Mayotte et les 25 231 parts (7,84 %) de la société immobilière de Kourou. L'ensemble de ces participations doit être transféré à la Société nationale immobilière (SNI), filiale de la Caisse des dépôts et Consignations. Le prix a été négocié à 190 millions d'euros dont 20 doivent revenir au budget de la mission Outre-mer.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2017 6 02 /12 /décembre /2017 07:50

L'Elysée au chevet du CHU de Pointe-à-Pitre

Au lendemain de l'incendie qui a ravagé le CHU de Pointe-à-Pitre et au moment même où la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, foulait le plancher de notre aéroport Pôle Caraïbe, le président de la République diffusait un communiqué de presse pour se féliciter que "aucune victime n(e soit) heureusement à déplorer. Aucun patient n’a(it) été blessé pendant l’incendie".

L'Elysée indique ensuite que "les cellules de crise nécessaires à la bonne coordination des interventions en Guadeloupe et à Paris ont été immédiatement mises en place" et que le plan blanc de l’hôpital a été déclenché.

L'Elysée précise la mission de la ministre de la Santé  qui "s’assurera ainsi de la mise en place dans les tous prochains jours d’un hôpital de campagne". Ces nouvelles capacités hospitalières devront permettre la prise en charge des urgences avec "l’objectif de pouvoir accueillir jusqu’à 150 patients par jour, la continuité du service hospitalier et l’accès aux soins pour tous les Guadeloupéens".

Le communiqué se conclut par les félicitations et les remerciements du chef de l'Etat aux équipes de soins et de secours, aux agents hospitaliers, aux professionnels de santé et aux administrations de l’Etat qui gèrent cette situation.

FXG, à Paris

Le feu dans les finances du CHUM

Un autre incendie couve au Centre hospitalier universitaire de la Martinique (CHUM). Le seul établissement de la zone à pouvoir suppléer la Guadeloupe est dans une crise financière sans nom qui a abouti à son placement sous tutelle de l'Etat pour une durée de six mois, avec l'arrivée attendue le 3 janvier 2018, de trois administrateurs provisoires de l'inspection générale des affaires sociales. Sa dette fournisseur atteint les 150 millions ! Vu l'état de l'hôpital de Saint-Martin après l'ouragan IRMA, en cas d'urgence absolue, il ne reste guère que la Guyane pas trop loin, mais là bas aussi, couve une crise sociale et financière...

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2017 5 01 /12 /décembre /2017 07:47
Le CHU de la Martinique sous administration provisoire

CHUM Douvan Douvan Martinique reçu au ministère de la Santé

Le directeur de cabinet de la ministre des Solidarités et de la Santé a reçu une délégation du collectif "CHUM Douvan Douvan Martinique" qui regroupe des médecins, des administratifs, des personnels de santé et des représentants des usagers du CHU de la Martinique, hier après-midi à Paris. Pendant plus d'une heure, la dizaine de membres du collectif ont ainsi prendre à la source toutes les informations qu'ils ont jugé utiles, de même qu'ils ont pu faire valoir leurs exigences en tant qu'acteurs du fonctionnement du CH. Ainsi, l'une de ses membres, Ghislaine Joachim-Arnaud, secrétaire générale de la CGTM, a expliqué à l'issue de cet entretien ce qu'il en serait de l'"administration provisoire" du CHUM : "Trois personnes, médecins et directeur, viendront à partier du 3 janvier. On ne sait pas si ce sera deux inspecteurs généraux des affaires sociales et un médecin de l'IGAS ou deux médecins et un inspecteur..." La délégation a demandé que la mission de ces administrateurs soit ouverte et que leur collectif soit associé à l'ensemble des travaux. En principe, le statut d'administrateur provisoire leur donnera l'obligation de consulter les instances représentatives du personnel de l'hôpital. "Nous avons obtenu qu'il y ait des évaluations avant la fin des six mois." Le directeur de cabinet leur a ainsi signalé qu'il recevrait les trois administrateurs tous les mois pour un compte rendu. Une première évalutation sera faite, après trois mois, pour la fin mars. Parmi les mesures que prendront les trois administrateurs provisoires, certaines seront immédiates, d'autres à long terme. Ils auront par ailleurs une grande latitude pour réexaminer de nombreux aspects à commencer par le financement actuel du CHU et plus largement des hôpitaux d'Outre-mer. "Il n'est pas impossible, a indiqué Mme Joachim-Arnaud, que les solutions ne soient pas les mêmes dans tous les territoires." Au CHUM qui vit à 90 % des ressources de l'assurance maladie, l'évaluation concerne les travaux de rénovation des bâtiments vétustes, les effectifs médicaux et paramédicaux; les lits et tout le matériel... Pour ses seuls fournisseurs, le CHUM a un an de retard et cumulerait une dette de 150 millions d'euros ! "Il y a donc, reprend Mme Joachim-Arnaud, d'importantes dispositions à prendre en matière de budget. Tous les jours, les collègues à la comptabilité doivent négocier avec nos fournisseurs ! On ne peut pas faire marcher un hôpital avec des moyens de cette nature !"

Le rapport final, dans six mois, des trois administrateurs devra donner des pistes au ministère pour un financement et un fonctionnement pérennes. Pendant ces travaux, le CHU devra fonctionner au meilleur de ses capacités, en attendant mieux, tel est l'enjeu de cette mise sous tutelle.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2017 5 01 /12 /décembre /2017 07:43
Saphia Enjoylife, humoriste guyanaise génération 2.0

Saphia Enjoylife, humoriste guyanaise génération 2.0

L'assemblée de l'humour en Guyane

Dix ans après son lancement, l'assemblée de l'humour revient en Guyane avec une nouvelle génération d'humoristes, la génération 2.0 à en croire son producteur, le Guadeloupéen Joseph dit Djoe Dunoyer. "Ce sont des comiques qu'on a découvert sur Youtube et les réseaux sociaux", explique celui qui a lancé Mamane, Phil Darwin ou encore Patson. Cette fois, il présente un plateau avec des jeunes gens dont le nom commence à se faire entendre. Ils sont Mat le Buzz, Tareek, Walydia et Marina Cars. Et pour compléter le programme, une artiste du terroir avec la jeune Saphia Enjoylife. "J'ai découvert Saphia en Guyane, raconte Djoe, sur la scène de la  Air Caraïbes Comédy, j'ai été séduit."

djoe a décidé de relancer le plateau de l'assemblée de l'humour car il observe que le terreau est bien vivant et fertile. "Il y a le Martinique comedy club et la Caribean stand up en Martinique, le Comic créole show et le Ki jan trouvey en Guadeloupe et encore le Yana komedy en Guyane.

La première génération de l'assemblée de l'humour a tourné partout en Frande, aux antilles, en Belgique et en Afrique. Djoe Dunoyer veut réitérer en s'ouvrant à la Guyane. Puis, ce sera en le 26 janvier au palais des sports du Lamentin en Martinique, et le 27 au palais des sports du Gosier en Guadeloupe.

FXG, à Paris

Le 15 décembre au Zéphyr

Le 17 au Royal Amazonia, en mode cabaret

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2017 5 01 /12 /décembre /2017 06:24

Le Karesol pour la décolonisation de Guadeloupe 

Luc Reinette, au nom du Karesol A Otorite Politik Gwadloup, organisation indépendantiste qui a posé les fondations d’une autorité politique pour la Guadeloupe, a adressé hier au président du Comité spécial de la Décolonisation de l'ONU, Rafael Dario Ramirez Carreño, une lettre lui demandant la réinscription de la Guadeloupe sur la liste des pays à décoloniser.

Cette démarche s'inscrit dans le cadre de la « Troisième Décennie Internationale de l'Elimination du Colonialisme » (2011-2020), consacrée par l'ONU à la décolonisation. Selon le Karesol, "le peuple et le pays de Guadeloupe s’inscrivent pleinement dans les critères de la Déclaration sur l’Octroi de l’Indépendance aux Pays et Peuples coloniaux, issue de la Résolution 1514 de l’Assemblée Générale de l’ONU du 14 décembre 1960".

S'inscrivant dans la lignée de Louis Delgrès, "mort les armes à la main en 1802, au cri de la Liberté ou la Mort, en opposant une farouche résistance armée aux troupes françaises de Napoléon venues rétablir l’ordre colonial et l’esclavage en Guadeloupe", les militants du Karésol, demandent solennellement au Comité spécial de la Décolonisation de l'ONU de "contribuer à mettre fin à l’arrogance et à l’hypocrisie des gouvernants français qui ont usé en 1946 d’un honteux subterfuge pour (les) priver de (leurs) droits fondamentaux". Le Karesol a choisi d'adresser son courrier un an avant la tenue du référendum d'autodétermination de la Nouvelle-Calédonie. Jusqu'à présent, seule la Polynésie a obtenu récemment sa réinscription sur cette liste onusienne des pays à décoloniser. La démarche avait été initiée par celui qui était alors président de la collectivité territoriale de Polynésie Française, l'indépendantiste Oscar Témaru qui a laissé depuis sa place au loyaliste Edouard Fritsch.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2017 5 01 /12 /décembre /2017 05:28

15 communes reconnues touchées par les vents cycloniques de Maria

La liste des communes reconnues en état de catastrophe naturelle en raison des vents cycloniques après le passage de l'ouragan Maria le 19 septembre dernier, a été publiée au Journal officiel du 29 novembre. Il s'agit  des communes de Baillif, Basse-Terre, Bouillante, Capesterre-Belle-Eau, Gourbeyre, Deshaies, Goyave, Lamentin, Petit-Bourg, Pointe-Noire, Saint-Claude, Sainte-Rose, Trois-Rivières, Vieux-Fort, Vieux-Habitants. L'arrêté de catastrophe naturelle dans ses annexes exclut nommément de la liste les communes des Abymes, Anse-Bertrand, Baie-Mahault, Capesterre-de-Marie-Galante, La Désirade, Grand-Bourg, Le Gosier, Morne-à-l'Eau, Le Moule, Petit-Canal, Pointe-à-Pitre, Port-Louis, Saint-François, Saint-Louis et Sainte-Anne.

L'état de catastrophe naturelle peut ouvrir droit à la garantie des assurés contre les effets des catastrophes naturelles, en l'occurrence des vents cycloniques sur les biens faisant l'objet de contrats d'assurance, lorsque les dommages matériels directs qui en résultent ont eu pour cause déterminante l'effet de ces vents et que les mesures habituelles à prendre pour prévenir ces dommages n'ont pu empêcher leur survenance ou n'ont pu être prises.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0

Articles Récents