Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

26 septembre 2017 2 26 /09 /septembre /2017 05:58

La FFA et la Région Ile-de-France soutiennent les athlètes antillais

La Région Ile-de-France et la Fédération française d'athlétisme (FFA), ont décidé de soutenir les clubs et athlètes antillais touchés par les récentes intempéries. Dans ce contexte, ils s’engagent à financer la participation des athlètes antillais à quatre stages dans l'Hexagone pour leur permettre de participer aux championnats de France. Ces stages seront organisés en Ile-de-France, en collaboration avec la ligue d’athlétisme et les clubs, en amont des championnats de 2018 : élite en salle à Liévin, cadets-juniors en salle à Val-de-Reuil, cadets-juniors sur piste à Bondoufle et élites sur piste à Albi. « Cet appui exceptionnel, indique le président de la FFA, André Giraud, nous permettra de rassembler l’élite antillaise et de lancer notre nouveau plan haut niveau Outre-mer afin d’assurer la présence de ces athlètes en équipe de France. »

Ce soutien devrait permettre aux clubs de concentrer leurs finances sur la reprise des activités avec cette nouvelle saison qui s’annonce compliquée au vu de la détérioration ou de la destruction de nombreux équipements sportifs après le passage des ouragans. « Nous avons souhaité, précise Patrick Karam, vice-président de la Région Ile de France, ouvrir spécialement le dispositif régional "Ile-de-France, terre d’excellence" aux délégations d’Outre-mer pour permettre à tous ces jeunes athlètes de continuer leur progression ».

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
26 septembre 2017 2 26 /09 /septembre /2017 04:38
Greg Germain sur le plateau de tournage de "Chérif", à Lyon, le 24 juillet 2017

Greg Germain sur le plateau de tournage de "Chérif", à Lyon, le 24 juillet 2017

Greg Germain est depuis 2013  Jean-Paul Doucet, le directeur de la police judiciaire de Lyon, dans la série policière de France 2 Chérif.

"Le chef d'état-major de toutes séries télévisées, c'est l'audience"

C'est reparti pour une cinquième saison de Chérif ?

Oui et en grand-chelem, puisqu'au mois de janvier, février, pour la quatrième saison, nous avons battu tous les records de France puisque nous sommes arrivés premiers les vendredis pendant cinq semaines. Environ 5,3 millions en audience cumulée pour 22 % de parts de marché. France 2 est très heureuse ! Et moi aussi qui depuis vingt refusait de faire de la télévision. Pas parce que je me sens trop grand pour faire de la télé, mais tout simplement parce que les rôles qu'on me proposait ne me satisfaisaient pas en tant qu'acteur. J'ai mon mot à dire, Dieu Merci ! Je peux accepter ou refuser le travail qu'on me propose.

Qu'est-ce qui vous a convaincu, alors ?

C'est une histoire amusante ! Il y a trente ans, j'étais à un festival de cinéma à Amiens. Un jeune homme est venu me proposer le scénario d'une série qu'il avait écrite. Ca s'appelait "Paris spécial police" et le rôle principal qu'il me proposait était celui du commissaire Mandrone. Et c'est ce même jeune homme qui m'a appelé trente ans plus tard pour me dire qu'il était parvenu à monter sa série. "Ce sera deux capitaines les héros, pas vous, mais j'aimerai bien que vous jouiez le rôle du commissaire divisionnaire." Et parce que le captaine Chérif qui donne son nom à la série est un acteur d'origine maghrébine, Abdelhafid Metalsi, J'ai décidé d'accepter et c'est avec un grand bonheur que je suis reparti dans la nouvelle saison. Mon rôle grandit de plus puisque le commissaire Doucet devient le troisième personnage de la série.

Quelle sympathie avez-vous pour votre personnage ?

C'est un rôle que j'aime beaucoup ! Je n'ai plus l'âge de jouer les capitaines, de courir sur le terrain. Jean-Paul Doucet, c'est le rôle du père du régiment, du pater familias, qui veut que ça se passe bien dans son hôtel de police, qui dirige d'une main douce mais ferme ses capitaines. L'un de ceux-là a des méthodes qui lui appartiennent et le commissaire vient le tempérer. Il a des valeurs !

Et des liens étroits avec le capitaine Chérif...

Il se trouve que je l'ai pris sous mon aile quand il avait 14 ou 15 ans, qui l'ai fait entrer à l'école de police... C'est un peu mon fils, d'ailleurs nous nous tutoyons alors que les autres me vouvoient... Voilà pourquoi mon personnage va prendre plus d'importance...

Quelle avenir pour cette série ?

Nul ne peut prédire ! Le chef d'état-major de toutes séries télévisées, c'est l'audience, même sur France 2. Mais en 2018, la sixième saison devrait comporter douze épizodes au lieu de dix.

Y a-t-il d'autres séries dans votre collimateur ?

Je devais jouer un maire résistant dans une série pour OCS...

Ce n'était pas Raphaël Elizé ?

Non, et finalement, j'ai refusé.

Propos recueillis par FXG, à Avignon

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 05:18
Le 23 septembre prochain, Jean-Marc Mormeck sera au Campus outre-mer, au ministère des Outre-mer, avec Orange, Accenture, Sncf, Bred, Auchan et France Télévision, six entreprises partenaires de la plateforme égalité-emploi, pour muscler la partie emploi, stage, contrat d'apprentissage du campus.

Le 23 septembre prochain, Jean-Marc Mormeck sera au Campus outre-mer, au ministère des Outre-mer, avec Orange, Accenture, Sncf, Bred, Auchan et France Télévision, six entreprises partenaires de la plateforme égalité-emploi, pour muscler la partie emploi, stage, contrat d'apprentissage du campus.

Mormeck préfère le "faire ensemble" au "vivre ensemble"

Le délégué interministériel à l'égalité des chances des Français des Outre-mer a choisi de cibler la jeunesse d'outre-mer et souhaite s'occuper de celle des banlieues.

"Les banlieues et les outre-mer ont plus ou moins les mêmes problématiques, explique Jean-Marc Mormeck, le délégué interministériel à l'égalité des chances des Français d'outre-mer. Tous ces jeunes manquent de réseau, de contacts et on peut les aider..." Pendant le mois d'août, l'ancien champion de boxe a créé le buzz en demandant dans une interview au Parisien que son périmètre d'action soit élargi des ultramarins de l'Hexagone aux jeunes des banlieues. Le 8 septembre dernier, il était reçu à Matignon par la conseillère technique en charge des collectivités territoriales et l'aménagement du territoire, Mélanie Villiers. Celle-ci n'a pas le pouvoir de décision, mais elle est tombée d'accord avec Jean-Marc Mormeck. "Il y a un trou dans la raquette, confie un collaborateur du délégué, le sujet n'est aujourd'hui pas occupé." Depuis bientôt dix-sept mois qu'il est délégué, Jean-Marc Mormeck a su donner son empreinte à ce poste dont il est le quatrième titulaire : "On a réussi à faire beaucoup de choses avec rien" (100 000 euros de budget annuel, ndlr.) Jean-Marc Mormeck est arrivé avec son identité de boxeur et il est allé taper dans son carnet d'adresses les patrons de société du CAC 40 (entre autres). "J'ai déjà convaincu plus d'une vingtaine d'entrepreneurs de participer à la plateforme égalité emploi, d'aider ces jeunes d'outre-mer, les orienter, leur offrir des perspectives... On a toujours besoin d'un stage pour valider un diplôme, d'une expérience, d'un contrat d'apprentissage. Quand je me déplace près de ces décideurs, c'est pour leur expliquer quel est le type de public que je vais leur envoyer." Des jeunes qui arrivent d'outre-mer pour leurs études... "Non seulement, ils ont déjà  des difficultés en outre-mer, mais ils en rencontrent de nouvelles pour se loger, pour les cautions bancaires, pour des choses qui n'ont pas lieu d'être mais qui leur arrivent, comme s'ils étaient des étrangers. Ce sont des jeunes  qui sont sensés être Français !..."

Ouvert aux quotas

Le délégué finance l'association Jeunesse outre-mer (AJOM) qui suit personnellement les nouveaux arrivants, les prépare aux entretiens, leur donne des éléments de langage. De l'autre côté, l'AJOM analyse avec les entreprises pourquoi elles ont retenu tel ou tel jeune, qu'est-ce qui a marché ou pas. "Et puis, ajoute le délégué, il y a quelque fois trop de codes. Eh bien, je suis aussi le décodeur pour ces jeunes qui comme moi sont sortis de l'Outre-mer et souvent ont grandi en banlieue."

Il est allé les voir aussi dans leurs banlieues, au Bosquets, à Clichy-Montfermeil par exemple... "Ils veulent s'ouvrir, sortir de leur cité." C'est alors qu'il a eu l'idée d'élargir son périmètre d'action. Invité à l'université d'été du Medef, M. Mormeck n'a pas hésité à parler des quotas : "Pourquoi pas ? Il y a des racistes et avec les problèmes de radicalisation, les gens font un amalgame de tout ! S'il y a des quotas, on sera bien obligé de travailler avec un Blanc et un Noir et on pourra se faire une vraie opinion. Le vivre ensemble ne peut pas être qu'un slogan ! Moi je crois que le vivre ensemble, c'est facile parce qu'on est bien obligé de le faire. Le faire ensemble, c'est moins facile mais maintenant, il faut qu'on commence à le faire."

Nommé par Hollande, confirmé par Macron, le délégué assure qu'il n'est pas un politique et espère ne jamais le devenir... "Tout au mieux, assure-t-il, je suis un citoyen engagé."

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
22 septembre 2017 5 22 /09 /septembre /2017 05:59

Edouard Philippe a présidé le second comité interministériel pour la reconstruction

Le second omité interministériel pour la reconstruction de Saint-Barth et Saint-Martin s'est mercredi soir à Matignon. Edouard Philippe, à l'issue,  a pris la parole une dizaine de minutes pour parler d'abord des effets du cyclone Maria qui a plus particulièrement touché la Guadeloupe. Il a indiqué que ce n'étaient plus 80 000 mais 70 000 foyers qui étaient privés d'électricité. Il a encore indiqué que le fonctionnement du CHU était dégradé et que le gouvernement était particulièrement vigilant à la situation des dialysés en Guadeloupe.

Sur le plan agricole, le Premier ministre a signalé que la quasi totalité des plantations de bananes était affectée et que la production était interrompue. L'état de catastrophe naturelle sera signé samedi, a-t-il encore indiqué.

En ce qui concerne les îles du Nord, Edouard Philippe a assuré que les pluies et les vents étaient moins violents que ce que redouté. Une rotation de l'A 400M a pu d'ores et déjà être assuré et les rotations maritimes reprenaient leur cours. L'usine de désalinisation, débranchée avant l'arrivée de Maria sera à nouveau opérationnelle d'ici demain. Les escadrons supplémentaires de gendarmerie basés à Saint-Martin vont être réaffectés en Guadeloupe et Martinique. L'effectif militaire à Saint-Martin sera maintenu à 900 hommes et le BPC Tonnerre, attendu dimanche, débarquera 300 militaires. Il débarquera du matériel de génie logistique qui permettra  la reconstruction.

Le Premier ministre a encore indiqué que les déchets ménagers pourraient être évacués de Saint-Martin.

Il a encore indiqué que le ministre de l'Economie avait ordonné un gel du remboursement des dettes sociales et fiscales et un moratoire sur les paiements.

Les déclarations de sinistres liées aux ouragans Irma et José sont reportées au 15 octobre. Par ailleurs, la Banque publique d'investissement garantira les engagements pris par les entrepreneurs qui voudraient investir dans la reconstruction.

Sur les 95 % de bâtiments endommagés, le Premier ministre a indiqué que 25 % des bâtiments avaient soufferts légèrement, 50 % plus lourdement mais restaient réparables et 25 % étaient irréparables.

178 personnes bénéficient d'un hébergement d'urgence.

"Quelle que soit l'ampleur des dégâts, a ajouté Edouard Philippe, la nature de la reconstruction devra faire l'objet d'un débat avec la Collectivité."

Philippe Custine est le délégué interministériel qui a été nommé pour la reconstruction des îles.

Si les enfants devraient pouvoir faire leur pré-rentrée dès le 25 septembre, le Premier ministre a indiqué qu'il se rendrait sur place à la Toussaint pour "la vraie rentrée".

Si dans les îles du Nord, il ne parle plus d'urgence mais de durée, la Martinique et la Guadeloupe, touchée par Maria, le sont aujourd'hui. Le prochain comité interministériel aura lieu dans quinze jours.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
22 septembre 2017 5 22 /09 /septembre /2017 04:06
Chantal Loïal interprète une chorégraphie dédiée aux souffrances de Saartjie Baartman

Chantal Loïal interprète une chorégraphie dédiée aux souffrances de Saartjie Baartman

"On t'appelle Venus" au musée de l'Homme

A l'occasion de la fête du patrimoine, la chorégraphe Chantal Loïal est venue donner son spectacle, "On t'appelle Vénus", une pièce dédiée à la Sud-Africaine Saartjie Baartman. Connue sous l'appellation de "Vénus hottentote" du fait de son fessier et de ses hanches hypertrophiés, Saartjie Baartman, née esclave vers 1789, est morte d'une pneumonie dans des conditions de pauvreté et de misère extrêmes en 1815 à Paris, après avoir été exploitée en Europe comme phénomène de foire... A sa mort, le savant français Georges Cuvier du muséum d'histoire naturelle fit un moulage en plâtre de son corps avant de le disséquer et d'extraire  son squelette. La statue ainsi réalisée et le squelette seront exposés au muséum d'abord puis, à compter de 1878 au musée du Trocadéro qui deviendra en 1937 le musée de l'homme, jusqu'au milieu des années 1970. Après des années passées dans les caves du musée et un débat poignant au Sénat, les restes de Saartjie Baartman seront restitués à l'Afrique du Sud où elle sera enfin inhumée en 2002...

Jouer ce spectacle dans le lieu qui a exposé au grand public pendant des décennies le moulage du corps de cette femme était pour la chorégraphe guadeloupéenne "l'hommage nécessaire pour enfin reconnaitre son martyr, un spectacle qui peut être reçu comme un rituel pour le souvenir de sa souffrance !"

Le public était présent pour ces deux représentations. "On t'appelle Venus" reviendra d'ailleurs au musée de l'Homme pour deux autres représentations les 11 et 12 janvier 2018.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
22 septembre 2017 5 22 /09 /septembre /2017 04:03
Daniela Dalila, auteure de Zaïre et Théophile, et Michel Branchi au stand de Justice le 16 septembre

Daniela Dalila, auteure de Zaïre et Théophile, et Michel Branchi au stand de Justice le 16 septembre

Les partis communistes des DOM à la fête de l'Huma

Comme chaque année, la fête de l'Humanité accueillait dans "le village du monde" les représentants des partis, syndicats, mouvements proches des thèses défendues par les communistes français. Ainsi, non loin du stand des Kanaks de l'USTKE, se trouvait le petit stand de "Témoignage", le journal du parti communiste réunionnais (PCR), tenu par son secrétaire général, Maurice Gironcel. En face, le grand stand de Justice, le journal du parti communiste martiniquais. Si le secrétaire général du parti communiste guadeloupéen, Félix Flémin, était bien présent sur le site de la fête, il n'y avait pas de stand au nom de l'organe de presse du PCG Nouvlles étincelles. "Il y a deux ans, explique Michel Branchi, rédacteur-en-chef de Justice et élu à la collectivité territoriale de Martinique, le stand des Guadeloupéens s'est effondré. Depuis, ils paient leur dette à l'Huma, mais il reviendront dans deux ans."

Les représentants des trois partis communistes se sont réunis vendredi et ont adopté une déclaration commune pour dénoncer les assises de l'outre-mer et affirmer qu'ils n'en attendent rien. "Il y a déjà eu 1996 avec les assises d'Achille de Peretti, rappelle Michel Branchi, les états généraux de 2009... La question fondamentale du développement est celle d'un vrai pouvoir local. Nous ne sommes pas en retard, nous ne sommes pas outre-mer, nous ne sommes pas des RUP, nous ne sommes pas des populations, mais des pays et tout projet, tout plan de développement doit partir de cette réalité."

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
21 septembre 2017 4 21 /09 /septembre /2017 08:52

Les chaîne Outremer 1ère deviendront Outremer la 1ère en 2018

Au 1er janvier 2018, les noms des chaînes d'outre-mer de France Télévision seront légèrement modifiés.  Ainsi "Martinique 1ère" deviendra "Martinique la 1ère". Cette modification fait suite à une médiation intervenue entre le groupe France Télévision et le groupe M6, propriétaire de la chaîne Paris Première. Les dirigeants de cette chaîne ont estimé, il y a cinq ans quand TéléMartinique est devenue Martinique 1ère, qu'une localisation suivie de "première" pouvait potentiellement créer de la confusion dans l'esprit des téléspectateurs. Paris première avait alors saisi le tribunal de grande instance qui avait déclaré sa demande irrecevable, mais qui avait ordonné une médiation qui s'est déroulée pendant quelque dix-huit mois. Un accord a été trouvé en 2014. Il prévoit d'introduire entre le nom de la localité et le suffixe "première" un article déterminant, en l'occurrence "la". Dès lors, France Télévisions s'est engagée mettre en oeuvre cet accord à partir de 1er janvier 2018.

Mais dans le même temps, France Télévisions a mis en route une réflexion pour mettre en cohérence visuelle toutes les marques du groupe aussi bien FranceInfo que son portail numérique. Dans cette recherche de cohérence visuelle, les chaînes d'outre-mer comme France Ô devraient y gagner une visibilité propre à leur caractère outre-mer tout en étant en cohérence avec les autres marques. "Ce n'est pas un de ces grands chantiers qu'a pu connaître France télé par le passé, explique la directrice de la communication du pôle outre-mer de France télévisions, France Ô et les 1ères vont simplement se mettre dans une cohérence d'habillage autour de l'Outre-mer au sein de France télévision." Tout en appliquant les termes de l'accord passé avec Paris Première. Pour l'heure, aucune image, aucun logo n'a encore fuité...

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 06:16

Les dragages d'entretien à Degrad des Cannes et Kourou irrespectueux de l'environnement

Pour éviter l'envasement du port de Dégrad-des-Cannes et du site portuaire de Pariacabo à Kourou, sous l’effet des apports sédimentaires de l’Amazone et des deux rivières qui y débouchent, les autorités portuaires, aujourd'hui le grand port maritime de Guyane (GPMG), ont toujours procédé à la réalisation de dragages d’entretien des chenaux (de 15 et 14 km sur les fleuves Mahury et Kourou), pour maintenir un tirant d’eau suffisant pour la navigation. Le grand port maritime a donc déposé à l'Autorité de l'environnement (Ae) une demande pour poursuivre les dix prochaines années ce travail de dragage à raison de 4 200 000 m3 par an pour Mahury et 2 000 000 m3 par an pour Kourou.

L'Ae n'a pu donnerune suite favorable à la demande. "En l’absence de réalisation d’inventaires floristique et faunistique spécifique, l’état initial est fondé presque entièrement sur des informations bibliographiques, parfois inadaptées, indique l'Ae dans son avis. Il ne bénéficie en rien d’éventuels retours d’expérience du GPMG. (...) En conséquence, le dossier ne permet pas d'apprécier les impacts du projet vis-à-vis du patrimoine exceptionnel de la zone d'étude. De surcroît, il présente de nombreuses incohérences ou contradictions."

L'Ae a donc refusé de soumettre en l'état le projet à enquête publique. Elle se contente de recommander au GPMG de "reprendre l'étude d'impact pour en pallier les insuffisances, même s'il s'agit de la poursuite de pratiques antérieures".

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 05:49

Méthode et calendrier des assises de l'Outre-mer

Les assises sont présentées rue Oudinot comme "un nouveau temps d'expression, d'identification de projets, de solutions concrètes, adaptées aux particularités de chaque territoire et aux souhaits de ses habitants". Elles seront organisées "selon une forme adaptée et respectueuse de la demande des habitants". Annick Girardin les ouvrira au tout début du mois d'octobre. Pendant quatre à six semaines, se réuniront les ateliers nationaux et locaux sur chacun des sujets qui auront été déterminés dans les territoires. L'objectif du ministère sera d'aller chercher les gens là où ils sont, d'adapter les modes de consultation pour qu'ils participent de manière concrète à ces assises, pour que prennent la parole ceux qui ne la prennent pas habituellement et que l'exercice ne se cantonne pas seulement à quelque chose d'institutionnel.

Lors de sa venue en Guyane, si elle se confirme, Emmanuel Macron constatera le lancement des assises et l'avancement du travail des ateliers qui auront été engagés depuis le début du mois d'octobre sous l'égide des préfets. De la mi-novembre à la fin décembre, la population sera consultée sur les projets et les propositions qui auront été portées dans le cadre de ces ateliers. Au premier trimestre 2018, les résultats de cette consultation seront exploités. Les ateliers seront ensuite à nouveau réunis localement pour clore le débat des assises qui seront achevées en juillet 2018, en tout cas avant la préparation du budget 2019.

FXG, à Paris

Assises et budget 2018

"Le budget 2018 ne trahira pas les engagements pris concernant le rôle des assises", assure le ministère des Outre-mer. L'avenir du CICE outre-mer ne sera donc pas décidé avant la clôture des assises de l'outre-mer. Ce sera un sujet de discussion qui sera menée dans le cadre d'un atelier de ces assises au niveau national. "L'avenir du CICE Outre-mer, conclut le ministère, ne sera pas préempté par la loi de finances 2018."

Partager cet article

Repost0
18 septembre 2017 1 18 /09 /septembre /2017 03:56
Il y a sept ans, Patrick Saint-Eloi

L'hommage de la télé à Patrick Saint-Eloi

Ce week-end, France Télévisions a rendu hommage à un monument du patrimoine musical antillais, Patrick Saint-Éloi, créateur du zouk love.

Sous la direction musicale de Jacob Desvarieux, les amis de Patrick Saint-Eloi ont revisité son répertoire dans une émission spéciale animée par Elisabeth Tchoungui.

L'émission a été enregistrée mercredi 6 septembre, au Réservoir, une salle parisienne à l'ambiance feutrée, soit sept ans après la disparition du chanteur. Ses amis de Kassav ont pris les opérations en main. Jean-Philippe Marthély alias Pipo ne veut pas entendre parler d'"ami", mais plutôt de "frère". "On a eu l'occasion de travailler pendant vingt ans et quelque !" Pipo n'oubliera jamais leur première rencontre lors d'une tournée avec Kassav à la Réunion. "Il me demande où je vais dormir. Je lui dis que je cherche un hôtel. Il m'a invité à partager son logement... C'est la première fois qu'on se voyait..." Par la suite, Pipo et PSE ont partagé plusieurs appartements, ont composé ensemble... "C'était la folie de la jeunesse et c'est devenu familial, fraternel !" Pipo a chanté plusieurs titre de PSE, mais il se refuse à dire lequel il préfère : "C'est comme ses enfants ! Patrick en a trois et j'aime les trois !" Georges Décimus n'aime pas parler des disparus, mais il veut bien évoquer les raisons de cet hommage : "C'était le moment parce que tout le monde, les gens qui ont connu Patrick, sont disponibles et prêts pour bien travailler. Et pour moi qui l'aie connu depuis l'enfance, je suis fier de participer à cet hommage." Marie-Céline Chroné, l'une des choristes historiques de Kassav, n'aurait manqué pour rien au monde ce rendez-vous : "Je trouve ça formidable et il était temps qu'on le fasse !" Elle n'a pas oublié l'Olympia de PSE. "C'était un grand moment parce que c'était le jour de son anniversaire." Elle se souvient d'un artiste "très gentil, très agréable, très patient"... "Il ne parlait pas beaucoup, mais il était très sérieux dans son travail. Il savait ce qu'il voulait, il savait où il allait."

Jacob Desvarieux qui n'a jamais oublié le jour où Georges Décimus est venu lui présenter le jeune PSE, raconte : "Patrick Saint Eloi, c'est l'histoire du mec qui était debout tout à côté de moi sur scène pendant vingt ans ! J'ai entendu qu'il y a des gens qui croient qu'il est mort, alors on fait une émission de télé pour bien montrer qu'il n'est pas mort ! Parce qu'un mec qui est mort, c'est un mec qui n'a laissé aucune trace ! Ca veut dire qu'on ne peut plus parler de lui, parce qu'il n'a rien fait, ni chef d'oeuvre, ni d'enfant ! Or, Patrick Saint-Eloi en l'occurrence, il a fait des enfants, des chefs d'oeuvre. Je ne vais pas le comparer à Michel-Ange, mais enfin... Quand même !

Ses textes, son amour et son grand coeur

Samedi soir sur les 1ères en Guyane, Martinique et Guadeloupe) et dimanche soir sur France Ô, sa famille, notamment Fabiola, et les meilleurs artistes de la Caraïbe et d’Afrique invités par le groupe Kassav, ont repris ses titres emblématiques. Tanya Saint-Val en duplex du MACTe et en duo avec Thierry Cham, Esy Kennenga, Marijosé Alie, Richard Cavé, David Tayorault, Fally Ipupa, Kalash, Lycinaïs Jean, D. Daly, les groupes de gwo ka Koseika et les Frères Geoffroy ont tous répondu présents pour participer à cette soirée musicale dédiée au crooner guadeloupéen.

Thierry Cham qui a partagé plusieurs scènes avec PSE, en Martinique et en Guadeloupe, se souvient de sa première fois, en 1994, à la Plantation, à Basse-Terre. "Je suis allé lui parler et il me dit  qu'il aimait beaucoup Coup de Foudre, ma dernière chanson... Il a commencé à la fredonner puis il m'a invité à venir chanter West Indies avec lui." Thierry regrette que PSE n'ait tourné que très peu de clips : "Il n'y a pas eu suffisamment d'images autour de lui, mais en termes de sons et de musique, il a laissé beaucoup de choses !" "Il reste ses textes, son amour et son grand coeur", résume Pipo. "Patrick, ajoute Tony Chasseur, a laissé une empreinte indélébile dans l'histoire de la musique des Antilles des trente dernières années donc cet hommage est obligatoirement un heureux événement et chacun s'attache à marquer le mieux possible les sentiments que nous avons encore pour Patrick." "Il a laissé, complète le pianiste Patrick Marie-Joseph, une façon de chanter, de se positionner, une forme d'élégance... Il a laissé aussi des mélodies très faciles à retenir et des textes sublimes."

Lilian Thuram, Victorin Lurel, José Da Silva (président de Sony Afrique) et d’autres personnalités ont témoigné à cœur ouvert. Ses fans aussi ont participé à cet hommage à travers des vidéos postées sur la page facebook officielle de Patrick Saint-Éloi.

Pour le prince du zouk love, Jacob Desvarieux avait promis une grand-messe comme on en a rarement vu et il s'y connaît ! "J'ai tenu le rôle d'un cardinal dans une série et j'ai appris le pater noster en italien et en chantant !"

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0

Articles Récents