Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 17:44
Ultrazik, nouveau festival de musiques des Outre-mer à Achères (78)

Ultrazik, un nouveau festival dans les Yvelines

Sous le parrainage du musicien martiniquais Dédé Saint-Prix, la première édition du festival Ultrazik est tout entier dédié aux musiques des Outre-mer et propose des rencontres multiples avec la population autour de concerts, de stages et de moments d'échanges. Les concerts ont tous lieu au Sax à Achères dans les Yvelines, une salle pouvant accueillir 500 personnes.

Après un showcase privé le 11 mai à 19 heures en guise d'inauguration, avec la participation musicale de Dédé Saint-Prix, au Bateau Chocolaté à Conflans-Sainte-Honorine, le fetival ouvrira ses portes au Sax avec une soirée maloya, le 12 mai à 20h30 avec « La grande réunion », une carte blanche à Jean-Didier Hoareau avec Dédé Saint-Prix, René Lacaille et Danyèl Waro. En ouverture, ce seront les protagonistes des Djembés Sessions emmenés par Jean-Christophe Bénic et Michel Weelen et la chorale Maloya de Jean-Didier pour une création détonante : Aux sources du maloya.

Samedi 13 mai à 20h30 ce sera le trio féminin de Marijosée Alie et ses filles, Fred et Sohée, Elle & Elles. en première partie, Kaducia, l'Achères steel band. Final avec AKM, jazz caribéen.

Le 19 mai à 20h30, le pianiste martiniquais Hervé Celcal revisite la tradition bèlè façon jazzy. En première partie, le groupe tahitien Ahu tiare nui.

Le samedi 20 mai à 20h30, place au zouk et au kompa avec Milca et Stony en guest et le Big Family.

Enfin, dimanche 21 mai à 16h, Florence Naprix et Paul Mathieu animeront le bal créole sous la direction d'Hervé Celcal.

Le Sax, 2 rue des champs 78260 Achères, à 15 minutes à pied de la gare d'Achères ville (RER A)

Tél : 01 39 11 86 21

Courriel : reservation@lesax-acheres78.fr

Partager cet article

Repost0
2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 05:32

Les résultats de trois bureaux annulés outre-mer

Avant de publier définitivement les résultats de l'élection présidentielle, le Conseil constituionnel a annulé le résultat dans certains bureaux de vote, notamment en Outre-mer.

Dans le bureau de vote n° 2 de la commune de L'Ajoupa-Bouillon (Martinique), dans lequel 218 suffrages ont été exprimés, le délégué du Conseil constitutionnel a constaté, lors de son passage, que seul le président du bureau de vote était présent. Alors même que les deux assesseurs n'ont été absents qu'une partie de la journée, une telle irrégularité est de nature à entraîner des erreurs et peut favoriser la fraude. Par suite, il y a lieu d'annuler l'ensemble des suffrages émis dans ce bureau.

Dans le bureau de vote n° 50 de la commune des Abymes (Guadeloupe), dans lequel 251 suffrages ont été exprimés, la composition du bureau de vote, en l'absence d'assesseur, ne respectait pas les conditions prévues par l'article R. 42 du code électoral. Cette irrégularité s'étant poursuivie en dépit des observations faites par le magistrat délégué du Conseil constitutionnel, il y a lieu d'annuler l'ensemble des suffrages émis dans ce bureau.

Le procès-verbal des opérations électorales du bureau de vote n° 155 de la commune de M'Tsamboro (Mayotte), dans lequel 183 suffrages ont été exprimés, ne comporte pas la mention des résultats obtenus par les candidats à l'issue du dépouillement. Ces résultats ne figurent pas non plus sur le procès-verbal du bureau centralisateur de la commune. Ce manquement rend impossible le contrôle de la régularité et de la sincérité du scrutin. Il y a donc lieu d'annuler l'ensemble des suffrages émis dans ce bureau de vote.

FXG, à Paris

Des micmacs dans les bulletins blancs et nuls

Dans le bureau de vote n° 2 de la commune du François (Martinique) et dans le bureau de vote n° 13 de la commune du Robert (Martinique), la commission de recensement a retranché du nombre des bulletins blancs et du nombre des bulletins nuls le nombre de ces bulletins qui ne lui avaient pas été transmis. En raison de la faiblesse des discordances relevées et en l'absence de fraude, il convient de s'en tenir au nombre des bulletins blancs et nuls tel qu'il résulte du procès-verbal des opérations électorales.

Partager cet article

Repost0
30 avril 2017 7 30 /04 /avril /2017 06:06

La Martinique aux portes du patrimoine mondial

En février 2018, le dossier d'inscription de la Martinique au patrimoine mondial de l'humanité sera aux mains de l'UNESCO.

"Nous devons aujourd'hui être à la fois les fils et les gardiens de notre patrimoine au nom de l'humanité." Louis Boutrin, président du parc naturel et vice-président de la CTM, était à Paris jeudi pour défendre devant le Comité national des biens français du patrimoine mondial de l’UNESCO, l’inscription du "bien naturel martiniquais". C'était la troisième et avant-dernière audition avant l'ultime qui aura lieu en octobre 2017 et qui concernera la gestion du "bien".

Le "bien", c'est le territoire assis sur 18 communes du Nord de la Martinique comprenant les trois massifs volcaniques forestiers, la montagne Pelée avec le mont Conil, les pitons du Carbet et le morne Jacob. Les points forts de cette candidature reposent sur le volcanisme et la géologie (et leurs 25 millions d'années d'histoire) et la biodiversité qui représente 87 % de la flore arborée des petites Antilles avec un endémisme exceptionnel et le plus élevé de la région. Il s'agissait jeudi de défendre le périmètre et le coeur du bien, sa zone tampon où les activités humaines seront autorisées, et le cadre distant, c'est-à-dire les sites qui permettent de mettre en valeur le "bien". Si tout s'est bien passé, la candidature martiniquaise reste encore attendue sur son plan de gestion. "Il va falloir mettre en place une stratégie, explique Louis Boutrin, pour garantir l'intégrité du bien que nous devons protéger."

L'ombre du chlordécone évacuée

Les experts, pour la deuxième, sont revenus sur la question de la pollution des sols au chlordécone. Heureusement, d'ores et déjà, 80 % du bien font l'objet de protection à travers la réserve biologique intégrale, les arrêtés de biotope et le classement en zones naturelles d'intérêt écologique faunistique et floristique (ZNIEFF) et surtout, il n'y a jamais eu sur le coeur du bien de cultures bananières, donc de chlordécone. "J'ai du faire une clarification, je l'espère définitive."

En se lançant dans cette opératon, la Martinique vise une visibilité internationale nouvelle puisque l'inscription d'un bien au patrimoine mondial de l'UNESCO permet en général de mulitiplier par 5 le nombre de visiteurs. Mais elle s'inscrit aussi dans un projet de territoire. "Nous voulons, poursuit Louis Boutrin, renforcer l'attractivité du territoire avec l'implantation de micro-projets de développement soutenable de manière à fixer les populations du Nord de la Martinique qui est actuellement frappé par un exode rural." Car derrière ces projets de développement, il y a des projets de formation pour développer l'économie sociale et solidaire et l'emploi.

Une fois que le comité aura validé le périmètre et le plan de gestion, ce sera la France qui présentera le projet à l'UNESCO, sans doute en février 2018.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 06:27
Au New Morning le 19 avril dernier

Au New Morning le 19 avril dernier

Le batteur "rythmicien" martiniquais Jean-Claude Montredon a brillé, mercredi 20 avril au New-Morning, à Paris. L'artiste qui fête ses ses 50 ans de carrière est venu présenter son premier album "Diamant H2O" dont il signe les compositions. A la tête de son quintette, Jean-Claude Montredon s'est entouré du pianiste Alain-Jean-Marie, du bassiste Michel Alibo, du saxophoniste Jon Handelsman et du trompettiste Stéphane Belmondo avec sa conque de lambi.

"J'ai voulu rendre hommage au rocher du Diamant"

La musique, ça a commencé comment, à l'école, dans la famille ?

J'ai quand même eu mon certificat d'études (rires)... Ma mère m'envoyait chercher de l'eau au point Démosthène. Il y avait un robinet sur le trottoir et j'amenais un seau. Ce seau, je l'ai tourné et il avait un son de tabla. Un jour, un ami de ma mère, de Sainte-Lucie, lui a dit : "Tu vois ce petit, il va faire un musicien." Après mon certificat d'études, j'ai dit à ma mère que je ferai de la musique. Elle m'a dit : "La musique, c'est sérieux, il faut travailler..." Je n'ai pas travaillé et je me suis retrouvé à l'orchestre Tropical du père de Georges Noël. C'est Georges qui m'a auditionné avec une timbale, boléro, mambo... Je n'ai pas fait long feu avec Tropical, un an au plus. Je me suis retrouvé dans l'orchestre des frères Bernard Père avec la timbale. On jouait au Tam Tam vers Redoute, l'établissement de Berly et Ghislaine Glaudon, les patrons de l'Impératrice, avec les oncles de Marius Cultier, son frère Nel Lancry, Thurenne Roussy, Lola Martin... Marius a joué là aussi et il m'a pris comme un fils. On faisait aussi des punchs en musique le midi à l'ORTF avec Francisco Charles-Denis, Paul-Jules Vécour et Marius... Puis Georges Brival lui a demandé de monter l'orchestre Tropicana...

Quand avez-vous touché une batterie pour la première fois ?

J'avais 16 ans et je jouais de la conga avec Tropicana, à la Bananeraie et à la Morina sur l'ancienne route de Schoelcher, et pendant les quarts d'heure de charme, le batteur Jacques Michelin allait danser et me laissait donner un petit coup de batterie. Je jouais des boléros et quand le quart d'heure de charme s'achevait, il revenait à sa batterie et sa timbale et je reprenais ma conga ; on lançait un cha cha cha.

Très vite vous partez au Canada, comment ça s'est présenté ?

Nous sommes partis le 12 juillet 1967 pour l'exposition universelle. Georges Brival a tout vendu, la Bananeraie et la Morina, pour ce voyage auquel participait une délégation de toutes les Antilles. Georges Brival avait monté une boîte dans l'Expo, "La cabane à rhum". C'était culinaire et musical. Georges m'a proposé de prendre la batterie et j'ai joué des boléros, des biguines avec Marius, le sax Paul Julvécourt, le contrebassiste Donnadieu Monpierre, le chanteur Pierre Jabert et encore André Salvador, le frère d'Henry. Alain Jean-Marie nous a rejoint avec son vibraphone...On n'était pas encore très jazzy. Je connaissais un peu la bossa nova puisque quand j'avais 8 ans, ma mère m'a offert un poste à galène et j'écoutais Stan Gets sur Voice of America...

Que s'est-il passé après l'Exposition universelle ?

Nous sommes restés à Montréal pour l'exposition Terre des hommes qui prolongeait la première. Marius Cultier est parti jouer dans un autre groupe. Leur scène de prédilection était l'hôtel de la Martinique à Montréal... Je jouais dans des clubs avec Alain, Paul Julvécourt et Winston Berkley. Un jour, j'entre dans un supermarché et j'entends Stan Gets que je reconnais aussitôt. Je veux être comme lui, je me dis. Je veux qu'en m'entendant, les gens sachent que c'est moi. Pendant quatre ans, j'ai travaillé mon rythme, mon impro, mon son et ma technique, huit heures par jour, dans un studio, dans le noir. Surtout, ne pas jouer comme les autres. Quand tu entends le batteur de Sony Rollins jouer "Saint-Thomas", tu entends le calypso mais ça n'en est pas un. Quand un Américain joue le cha cha cha ou le mambo, il y a des lacunes dans le rythme. Il joue très bien le 4-4, mais si tu lui demandes d'aller dans le 6-8 ou le 7-4, il est perdu... A droite, c'est le poignet qui travaille, à gauche, c'est le pouce et l'index. Je joue haut perché, comme au-dessus d'une cuisine et je fais ma cuisine ! Quand tu joues très droit, tu reçois toutes les bonnes vibrations...

Pourquoi avoir quitté Montréal ?

Paul Julvécourt voulait restait, mais alain, Winston et moi avons dit non, il fait trop froid ! On a monté le groupe Liquid Ruck Stone, puis on est rentré en Martinique. On a eu un contrat à l'hôtel Diamond Rock. Le patron nous a dit : "Vous jouez ce que vous voulez, mais je veux entendre les fourchettes et les couteaux de mes clients." Exactement comme Chet Baker qui disait à Alain Jean-Marie : "Tu joues, mais pas trop. Tu improvises, mais pas trop. Tu m'accompagnes, mais pas trop..." (Rires !)

Liquid Ruck Stone, le Diamond Rock et maintenant l'album qui s'appelle "Diamant H2O"...

Tout ça renvoie au rocher du Diamant. Il est entre ciel et mer et j'ai voulu lui rendre hommage. Ce rocher a été courtisé par les Anglais, les Français, les Allemands, les Espagnols, les Hollandais... Tous ces gens ont combattu pour prendre ce rocher. Il y a eu des morts et il y a de l'or. Les pirates qui l'ont déposé tuaient des esclaves pour que leur âme garde le trésor. Même le commandant Cousteau n'y est pas arrivé...

Pourquoi dîtes-vous que c'est la musique qui vous a choisi ?

Un jour, je retrouve un ami qui me dit : "Mwen kité mizik." Je lui ai répondu : "Non, c'est la musique qui t'a quitté !" La musique est très jalouse ! A 23 ans, quand j'ai rencontré ma première épouse, je lui a! dit que la musique était ma femme et ma batterie ma maîtresse.

Vous n'avez jamais joué de zouk ?

Quand on me demande ce que je pense du zouk, je réponds que j'ai fait de la kadans kompa. J'ai joué avec West African Cosmos d'où sont sortis Touré Kunda et la world music. Le jazz, c'est Duke Ellington qui a dit à un journaliste : "Call it jazz." Le blues, c'est le chant des esclaves... On donne les noms qu'on veut... J'aime jouer de la musique évolutive. François Luther m'a permis de jouer dans le Caribean Workshop Group et dans le West Indies Jazzmen. Je suis dans le premier 45 tour de Malavoy — j'aimerai bien l'avoir. Le titre que je joue s'appelle "Ralé Senn'nan". Ma conception de la musique, c'est l'évolution. Je ne veux pas me cantonner à une musique, ni faire n'importe quoi. Dans la musique, il n'y a pas de sentiment, je ne joue pas avec mes copains si ça ne m'intéresse pas.

Pourquoi avoir attendu 50 ans pour faire un album solo ?

J'ai toujours été sideman pour pas mal d'artistes et l'opportunité est arrivée via Touali mon fils, et Annabelle, son épouse. Et puis, j'ai le temps, je suis à la retraite ! Et comme je touche 262 euros par mois, je dois encore gagner ma vie ! Mais je suis bien loti, j'ai des copains en Martinique qui ne touchent que 160 euros !

Propos recueillis par FXG, à Paris

Un DVD à sortir avec Alain Jean-Marie

Jean-Claude Montredon annonce la sortie prochaine d'un DVD, "Quelques rythmes de la Caraïbe", avec Alain Jean-Marie au piano et lui-même à la conga et à la batterie. Chaque rythme est illustré par une composition originale signée de l'un ou de l'autre. On entendra par exemple pour la biguine "Travay red" d'Alain Jean-Marie...

Partager cet article

Repost0
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 06:25
Pêche outre-mer

La modernisation des flottes de pêche outre-mer en route

Le rapport sur la gestion des flottes de pêche dans les régions ultrapériphériques (RUP) a été voté jeudi 27 avril par le Parlement européen. Il préconise la mise en place d’une politique adaptée pour ces territoires. Les députés européens français Younous Omarjee (GUE/NGL), Isabelle Thomas, Louis-Joseph Manscour (SD) et Maurice Ponga (PPE) ont porté ce projet en s'appuyant sur le pouvoir d'adaptation permis par l'article 349 du traité européen.

Jusqu'alors les RUP bénéficient en matière agricole de compensations financières via des programmes spécifiques (POSEI), en revanche, aucun dispositif adapté n’existait à ce jour dans le domaine de la pêche. Ce rapport reconnaît désormais la nécessité de soutenir le remplacement des navires de pêche vétustes par des navires neufs, au nom de la sécurité des pêcheurs artisanaux des RUP et de la pérennité de leur activité, sans remise en cause des plafonds de pêche autorisés pour que la ressource reste préservée. "Il s’agit aussi, explique Isabelle Thomas, de leur permettre de s’éloigner du rivage, comme aux Antilles où la chlordécone interdit la pêche côtière, ce que les embarcations actuelles ne permettent pas."

Pour autant, estime Younous Omarjee, ce combat n’est pas encore gagné puisqu’il appartient désormais à la Commission européenne et aux représentants des gouvernements des Etat membres de l’Union européenne de se mettre à l’écoute du vote du Parlement européen. "Nos demandes, rappelle Younous Omarjee, sont très claires : un POSEI pêche et l’autorisation des aides pour le renouvellement des flottes des RUP."

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 07:19
Marjolaine Milome-Noiran, Georges Patient, Thierry Robert et l'ancienne inspectrice générale des finances, Anne Bolliet

Marjolaine Milome-Noiran, Georges Patient, Thierry Robert et l'ancienne inspectrice générale des finances, Anne Bolliet

Un appel à voter Macron de l'intergroupe parlementaire de l'Outre-mer

Le sénateur apparenté PS Georges Patient (Guyane) et le député Modem Thierry Robert (Réunion) ont lancé mercredi, au nom de l'intergroupe parlementaire de l'Outre-mer, "un appel solennel pour un vote massif pour Emmanuel Macron". Les deux parlementaires étaient accompagnés de Marjolaine Milome-Noiran et d'Anne Bolliet du staff du campagne du candidat d'En Marche !

Inquiet après le premier tour de la "victoire des abstentionnistes qui a fait de Marine Le Pen le vainqueur du premier tour en Outre-mer", Georges Patient lance cet appel à "tous les abstentionnistes, mécontents ou contestataires,. Allez voter et votez Emmanuel Macron. Pas un vote barrage, mais un vote pour, car on risque d'avoir comme président une femme qui prône l'isolationnisme quand nos outre-mer ont besoin de s'émanciper dans leur environnement régional". Georges Patient a encore critiqué cette "candidature de la peur des étrangers". Il a précisé encore que "même si dans nos territoires, nous souffrons de ces problématiques, nous sommes des enfants de colonisés, des terres d'immigration".

Pour Thierry Robert, "c'est une catastrophe". Alors que la Réunion et la Guyane ont voté d'abord pour Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, il se refuse à jeter la pierre à leurs électeurs qui ont rejeté la politique des 25 dernières années. "Ces électeurs, déçus, ont fait le choix de renverser la table en espérant quelque chose de meilleur." Selon lui au second tour, "tout le monde peut se racheter car Emmanuel Macron sait que les outre-mer attendent beaucoup de lui et il va amender son programme sur certains points." Revenant sur l'annonce du candidat d'En Marche ! d'organiser dans les trois premiers mois des assises de l'Outre-mer pour régler la première année les urgences, Thierry Robert a indiqué que "Emmanuel Macron ne souhaite pas qu'il y ait sur d'autres territoires d'Outre-mer ce qui s'est passé en Guyane".

Quant à l'électorat de Melenchon, Thierry Robert reconnaît qu'une large partie de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté, mais croit "au vote de raison et de responsabilité".

Georges Patient assure avoir pris l'attache de "beaucoup de (mes) collègues qui m'ont donné un blanc-seing. Je n'ai pas eu les 53 parlementaires, mais beaucoup adoptent cette position dans leurs territoires pour que Marine Le Pen n'arrive pas en tête au second tour". A noter qu'Alfred Marie-Jeanne la lancé un appel à barrer la route à Marine Le Pen sans appeler expressément à voter Macron.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 07:15
Potier délégué à la lutte contre les racismes

De l'Outre-mer à la lutte contre les racismes

Depuis l'arrivée de Manuel Valls à Matignon en avril 2014, l'énarque Frédéric Potier (37 ans) était le conseiller outre-mer du Premier ministre. Quand Manuel Valls est parti en campagne pour les primaires, Bernard Cazeneuve a gardé cd conseiller auprès de lui. A l'approche de la fin du mandat du Premier ministre, Frédéric Potier vient d'être nommé délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT. Ce qui fait dire au Canard qui consacre dans sa sdernière édition un papier aux "rescapés, recasés et repêchés de Hollande" : "Une activité aussi sensible que la gestion de la Guyane."

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 05:14

Audrey Pulvar suspendue d'antenne

La journaliste Audrey Pulvar a été suspendue de l’antenne de CNews, indique le Parisien, pour une durée encore indéterminée. Sa direction lui reproche d’avoir manqué à son devoir de réserve et de neutralité. Elle a signé avec Zabou Breitman, Julie Gayet, Bruno Solo, Agnès Jaoui ou Françoise Laborde une pétition anti-Marine Le Pen lancée par la ministre de la Famille, Laurence Rossignol : « Féministes, nous ne voulons pas du Front National. Nous votons Emmanuel Macron ! ».

Sa signature a été dénoncée sur twittter par Florian Philippot, vice-président du Front National pour qui "cela pose un vrai problème d’impartialité".

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 07:48
Bareigts rallie Macron

Bareigts vote Macron

Ericka Bareigts, ministre des Outre-mer et soutien de Benoît Hamon, a fait une déclaration dimanche vers 22 h 30 pour dire qu'elle comprenait le vote des Français comme "un rejet des partis traditionnels" et "une volonté de changement profond de la relation des Outre-mer à l’Hexagone". Elle n'a pas voulu se priver de vanter son bilan personnel rue Oudinot et au Parlement pour plaider ensuite "un changement de modèle radical qui permettra l’émancipation et le développement des Outre-mer". Pour autant elle "ne partage pas les valeurs de la candidate d’extrême-droite". Et sonne à son discours des accents macroniens : "L’enseignement que nous devons tirer de ce scrutin est qu’il est fondamental de dépasser les approches partisanes pour travailler tous ensemble au service de l’intérêt général et des valeurs de la République." Plus clairement elle affirme "connaître Emmanuel Macron, son projet, ses valeurs (...) partager un engagement, une ambition et cette volonté de changement pour les Outre-mer". Elle votera donc Emmanuel Macron le 7 mai et appelle "les forces progressistes à voter Emmanuel Macron".

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 05:52
Marie Jal ne s'arrête jamais là, ne baisse jamais les bras !

Marie Jal ne s'arrête jamais là, ne baisse jamais les bras !

Marie Jal en concert au Gosier

La chanteuse et compositrice Marie Jal dite Mariam donnera un concert "acoustic world" en solo, armée de sa guitare et de sa voix, le 28 avril à 20 heures au Gwada Tacos - Gosier Givré, à la Résidence Créole de la Pointe de la Verdure au Gosier. Marie Jal est une chanteuse à textes, nourrie d'influences espagnoles et africaines. Elle a un tube, "Continuer le combat" que le public reprend à tue-tête : "Wow, wow,wow... La vie, c'est ça !" On ne s'en lasse pas !

Réservations conseillées au 0590 82 26 33, car c'est un tout petit resto !

http://mariejal.wixsite.com/mariejal

Partager cet article

Repost0

Articles Récents