Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

1 septembre 2008 1 01 /09 /septembre /2008 15:09
De Petit-Bourg au CAC 40
Dominique Maximin est un jeune Guadeloupéen qui suit un parcours d’excellence dans un secteur peu courant, la haute finance. Portrait d’un jeune homme ambitieux.
Dominique Maximin, 33 ans, était en poste à Londres quand il a pris une année sabbatique pour intégrer à Fontainebleau le mastère business administration à l’Institut supérieur d’administration des affaires (INSEAD), un équivalent des MBA de Harvard, Columbia ou Stanford aux USA. Il est donc retourné à l’école pour « mettre en perspective son expérience acquise et booster sa carrière ». Il achèvera en décembre son cycle et décrochera en France un diplôme anglo-saxon. Petit-fils du député maire gaulliste de Petit-Bourg, Mariani Maximin, Dominique il est né à Bordeaux d’un père médecin et d’une mère enseignante. Rentré en Guadeloupe à l’âge de 4 ans, il y a passé son bac au lycée des Droits de l’homme de Petit-Bourg en 1992. Aussitôt il part faire une prépa HEC à Toulouse puis intègre l’école supérieure de commerce de Pau, avant de devenir expert-comptable. En Guadeloupe, d’abord, chez Gilles Thémine, puis  à  Bordeaux, Paris où il entre, en 2001, au service de KPMG Salustro Reydel. Il y accomplit pendant quatre ans des missions spéciales pour Véolia, Framatome, Vivendi Natixis… « Tout était possible, je n’ai jamais senti de plafond de verre ! » En septembre 2004, il passe le Channel et devient manager spécialiste des marchés de capitaux américains chez Ernst & Young, à Londres. « A Paris, j’étais dans un univers où je travaillais sur de gros dossiers de boîtes du CAC 40 et j’ai eu envie de passer à l’international. » A Londres, il va s’occuper d’introduction en bourse, de levées de capitaux... Il lit le Financial Time en anglais ! C’est alors qu’il décide de passer le Rubicon : « Aller du côté de celui qui initie les transactions. » L’INSEAD lui permettra d’intégrer une banque d’affaires.
Un think tank gwada
« L’INSEAD est une école phare du management et c’est la plus diverse ! Il y a plus de 75 pays représentés et un réseau d’une centaine d’anciens élèves. » Sur le campus même à Fontainebleau, d’ici novembre, il rencontrera les grandes banques d’affaires françaises, américaines et britanniques, comme les fonds d’investissement. « Ils viennent faire leur marché chez nous ! »
Dominique Maximin a pris conscience de son parcours d’excellence  à partir du moment où il a commencé à travailler. Il s’est rendu compte que les rencontres, le pragmatisme et l’intelligence (pas forcément académique) apportaient beaucoup. Aujourd’hui, il a son réseau où l’on retrouve Tidjane Thiam, ancien ministre des finances de la Côte d’Ivoire qui dirige actuellement un groupe d’assurance anglais Prudential ou le PDG de The Economist. Il ne sait si son prochain poste l’emmènera à Paris ou à Londres, mais il voudrait aussi s’investir dans les instances économiques de la Guadeloupe. « J’appartiens à une génération des 25 à 35 ans, une génération formidable avec des gens brillants et de bons parcours académiques… » Parmi eux, il y a l’énarque Kenny Jean-Marie, Melvin Manchau (IEP Paris, qui travaille à New York dans la finance), Pablo Maragnès (fils de Daniel, consultant en developpement social), Antony Maragnès (IEP Bordeaux devenu consultant dans les politiques publiques), Karel Deglas (professeur d'histoire a Saint-Martin) et Youri Bangou (le fils de Jacques, dans le secteur de la santé). Ensemble, ils envisagent de monter un think tank, rien moins qu’un « réservoir de pensées » !
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents