Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 07:31

Interview d’Alex Ursulet, avocat au barreau de Paris

« J’ai mal à la France »

Alex-Ursulet.jpgVous avez pris en charge la défense de Matthieu Anatole dont Le Canard enchaîné a relaté le très contestable contrôle d’identité suivi d’un tabassage en règle par la police. Pourquoi avez-vous décidé de le défendre ?

Les détails que donne ce jeune garçon dans son procès verbal d’audition sont tellement criants de vérité que nul ne peut douter un instant de la réalité des sévices qu’il a subis. J’ai immédiatement saisi le parquet de Pontoise qui vient de décider de classer sans suite la procédure d’outrage et de rébellion initiée par les policiers. Le procureur indique également avoir décidé l’ouverture d’une enquête sur le comportement de ces policiers. Nous avons donc décidé de nous constituer partie civile et de déposer plainte contre ces fonctionnaires de police.

Les contrôles de police ciblés sur les Noirs et les Arabes ne sont pas nouveaux, mais là, vous venez aussi de prendre en charge la défense d’un policier noir victime d’autres fonctionnaires de police. Est-ce un cran de plus qui est franchi ?

A l’intérieur même de l’institution policière, les victimes, policiers eux-mêmes, n’hésitent plus à s’affranchir de leur peur, de leur honte et sortent de l’omerta pour dénoncer des comportements racistes de ceux qui sont pourtant leurs collègues. Les autorités compétentes devraient imposer dans la formation du policier un enseignement d’histoire et de géographie, mais aussi une initiation aux droits civiques, car c’est souvent l’ignorance qui est à l’origine du préjugé. Je préconise également un examen psychiatrique à l’admission et une évaluation psychologique à la sortie de l’école de police. Etre policier est un métier dangereux où l’on a le droit de porter une arme et de tirer ; le policier est censée protéger et rassurer et non pas effrayer et blesser dans tous les sens du terme.

Vous-même avez été victime d’un contrôle musclé que vous avez relaté dans le livre Pourquoi me tutoyez-vous ? Comment expliquez-vous ce phénomène des contrôles au faciès ?

Il y a des mots qui blessent l’âme et rien ne justifie l’aspect discriminatoire de certaines déclarations d’un autre âge qui transpirent la moisissure, que l’on soit ministre ou journaliste en vue. Bien sur que dans notre communauté, il n’y a pas que des anges, mais il faut arrêter de stigmatiser la communauté noire à travers ceux qui ont failli. Mais qu’il soit policier, CRS, sportif de haut niveau, médecin, journaliste, musicien ou avocat, l’homme

 


« On peut s’attendre à des réactions de désespoir qui donneront de la France une image désastreuse »

 


noir est encore vécu par beaucoup comme une menace, stigmatisé dans une appartenance à une catégorie dangereuse voire délinquante, porteuse d’une dangerosité fantasmée et rien, me semble t-il, ne le met aujourd’hui à l’abri de tels préjugés. Ce qui anime la communauté noire française aujourd’hui est un sentiment d’injustice, d’impuissance, d’inégalité, une réalité d’exclusion, de souffrance, de discrimination. Abandonnée à elle-même, elle a perdu confiance en elle-même et surtout elle est en train de perdre confiance en la République… Ca l’amène à cultiver un complexe d’infériorité dans sa relation à l’autre.

La police est-elle raciste ou pensez-vous, comme le sous-entend Eric Zemmour, condamné pour cela, qu’elle s’adapte aux statistiques ?

On ne naît pas policier, on le devient. On ne naît pas raciste, on le devient. Briser ce cheminement relève de la responsabilité de l’autorité publique qui doit mettre en place toutes les mesures appropriées pour en finir avec ces discriminations préjudiciables à tous.

Qu’attendez-vous du gouvernement ou de la délégation interministérielle à l’égalité des chances des Français d’Outre Mer ? 

Nous attendons du président de la République un signe fort. Je suis inquiet. J’ai mal à la France… Je sais que le seuil de tolérance a été dépassé. Si rien n’est entrepris urgemment pour mettre un terme au sentiment d’insécurité, d’injustice et d’exclusion qui touche la communauté noire française, on peut raisonnablement s’attendre à des réactions de désespoir, qui pour légitimes qu’elles soient, donneront de la France une image désastreuse.

Propos recueillis par FXG (agence de presse GHM)

 

 

   

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

anatole 27/03/2011 12:16



merci à Maître Ursulet l'unique je l'adore  lui et Aime cesaire



Articles Récents