Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

14 mai 2008 3 14 /05 /mai /2008 19:13

INTERVIEW. Manuela Ramin-Osmundsen, Martiniquaise, ancienne ministre de Norvège
Arrivée en Norvège en 1991, Manuela Ramin-Osmundsen, est devenue ministre de la famille et de l’égalité du gouvernement travailliste de Jens Stoltenberg, en Norvège. Après quatre mois au pouvoir, elle a du démissionner. De passage à Paris cette semaine, elle a rencontré Patrick Karam et la presse. Interview d’une Martiniquaise remarquable.

« L’expérience du jeu politique et du jeu des alliances avec les médias »
Comment avez-vous vu vécu vos premiers moments en Norvège ?
Pendant trois ans, j’ai occupé divers emplois pour apprendre la langue et connaître le pays. J’ai travaillé dans un cabinet d’avocats, j’ai été professeur… Puis j’ai posé ma candidature pour un poste dans l’administration et j’ai découvert le dossier de l’intégration, la lutte contre les discriminations où j’ai pris le leadership pour devenir directrice adjointe de l’intégration avant d’en prendre la tête quatre ans après.
Vous avez été attaquée par l’opposition…
J’ai été critiquée à mon départ à cause du dossier des Irakiens. J’ai préféré démissionner pour que le service continue de fonctionner normalement. Mais je suis restée quatre adjointe et cela n’a duré qu’une semaine !
Vous avez été la première femme noire à obtenir un poste de ministre…
Je n’ai pas eu le ministère de l’intégration, j’ai obtenu le portefeuille de la famille et de la parité. En Norvège, il y a obligation de représentation des deux sexes dans les conseils d’administration, 40 % de femmes au minimum. Nous menons aussi une politique pour inciter les hommes à prendre plus de responsabilité dans le foyer pour laisser les femmes entreprendre professionnellement. J’ai travaillé aussi sur l’enfance en danger, les violences, les maltraitances…
Pourquoi avez-vous accepter de démissionner ?
J’ai travaillé quatre mois sans être critiquée, c’était une expérience réussie. Les critiques sont venues avec la nomination d’une médiatrice. Avec du recul, tout le monde voit que c’est une bagatelle. J’ai cédé au pouvoir de la presse. Mais l’expérience est réussie.
Quelle expérience ?
L’expérience du jeu politique et du jeu des alliances avec les médias est tout à fait particulière… Mais je n’ai pas d’amertume car il est possible d’y contribuer dans ce pays ! J’aurais aimé y rester plus longtemps. C’est important de voir d’autres politiques qui viennent d’ailleurs.
Les différences entre la France et la Norvège sont telles ?
En Norvège, nos politiques sont plus offensives. On a des statistiques sur l’immigration, à l’école, dans le logement, à l’entreprise. L’institut qui fait ces statistiques produit des études sur le sentiment d’appartenance et ça, c’est important. Dans le secteur public, on a des mesures coercitives, des mesures d’incitation envers les immigrés. Ca fait tomber des barrières.
Les statistiques font débat en France. Qu’en pensez-vous ?
Pour faire des politiques adéquates, il faut savoir où on en est avec la population issue de l’immigration. En France, ça crée des problèmes éthiques, on ne doit pas les ignorer… Mais le dispositif législatif de la HALDE est important !
Pourquoi avoir rencontré le délégué interministériel à l’égalité des chances des Français d’outre-mer ?
Je me suis entretenu avec M. Karam et les mesures prônées par sa délégation sont intéressantes. Elles sont concrètes et consistent à rétablir des inégalités et les résoudre concrètement. Il a un portefeuille intéressant et une vision offensive.
Les Norvégiens sont-ils racistes ?
Le racisme existe. Il y a eu des violences racistes suite à ma démission. Sur Internet, il y a eu des graves attaques à mon propos comme des immigrés.
Quels sont vos liens avec la Martinique ?
J’y ai toute ma famille, mais ça fait deux ans et demi que je n’y suis pas retournée. J’y suis née… Mon père est de Basse-Pointe, ma mère de Fort-de-France. Je suis allée à l’école en France et j’ai trois identités : Martiniquaise, Française et Norvégienne.
Qu’allez-vous faire maintenant ?
Je vais prendre des renseignements et me réorienter. Je vais voir comment utiliser mes compétences et puis je veux dire un grand coucou à toute la Martinique et à toutes les Antilles !

Patrick Karam : « Elle est l’exemple de l’excellence des originaires d’outre-mer »
Manuela Ramin-Osmundsen est l’exemple de l’excellence des originaires d’outre-mer. Elle a vécu à Paris, en Martinique. Elle a épousé un Norvégien et elle est devenue ministre en Norvège ! Et puis, elle représente une expérience en matière de lutte contre les discriminations. Son expérience m’intéresse car elle doit me servir. Je veux savoir exactement comment elle conçoit cette lutte. On peut puiser des idées, les importer. J’attens une note de sa part et je verrais ce que je ferai car c’est une expérience remarquable et son point de vue va m’aider pour bâtir des politiques publiques. Je veux suivre sa carrière. »

CV vite fait
15 juillet 1963, Myriam et Henri Ramin baptisent leur fille Manuela.
1991, Manuela Ramin épouse M. Osmundsen et s’installe en Norvège. Elle accouche d’une fille.
1992. Naissance d’une deuxième fille.
1995. Naissance d’une troisième fille.
4 octobre 2007. Renonce à la nationalité française pour prendre la norvégienne.
18 octobre 2007. Entre au gouvernement
14 février 2008. Démission

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents