Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

5 juillet 2008 6 05 /07 /juillet /2008 11:33
La Réunion capitale de l’environnement outre-mer
Durant quatre jours, spécialistes de l’environnement et politiques vont plancher à La Réunion sur le défi environnemental de l’outre-mer européen.
L’outre-mer ouvre en beauté la présidence française de l’Union européenne grâce à une initiative de l’Union mondiale pour la nature (UICN). La Réunion accueille du 7 au 11 juillet une conférence intitulée « L’Union Européenne et l’Outre-mer : Stratégies face au changement climatique et à la perte de biodiversité ».
Le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Jean-Louis Borloo, ouvrira les travaux lundi. A l’occasion de sa venue il lancera un programme de développement des énergies renouvelables à La Réunion. Le Grenelle de l’environnement a fixé à 50 % à l’horizon 2020 le pourcentage de ce type d’énergie outre-mer. Le secrétaire d’Etat à l’Outre-mer Yves Jégo ira conclure la conférence vendredi.
Les représentants des sept régions ultrapériphériques de l’Union Européenne (les départements d’outre-mer pour la France) et des 21 pays et territoires d’outre-mer (PTOM) participeront à des tables rondes et ateliers aux côtés des institutions européennes, des organisations non gouvernementales et de petits Etats insulaires.
Délégations antillo-guyanaises
Une délégation martiniquaise sera conduite par Sylvain Bolinois et Lise N'Guela, vice-présidents du conseil régional, une autre guyanaise sera menée par José Gaillou, vice-président du conseil régional et une troisième, guadeloupéenne, sera emmenée par Christian Baptiste, conseiller régional.
Les collectivités d’outre-mer françaises appartiennent à 4 des 34 points chauds de la biodiversité mondiale (Caraïbes, océan Indien, Nouvelle-Calédonie et Polynésie-Micronésie). Ces « hot spots » abritent à eux-seuls 50 % des espèces de plantes et 42 % des vertébrés terrestres. La France occupe donc un rôle essentiel dans la sauvegarde de la biodiversité.
L’outre-mer est particulièrement exposé à de nombreux risques dont celui du changement climatique. Traitement des déchets, énergies propres, conservation de la biodiversité, gestion des écosystèmes, sont autant de thèmes intéressant les collectivités ultramarines.
David Martin (Les Nouvelles Calédoniennes et les Nouvelles de Tahiti)

Faire de la vulnérabilité un atout
Politiques et économistes commencent à prendre conscience que le temps où l’environnement était un sujet réservé aux seuls écolos est terminé. Les conséquences sociales, économiques ou sanitaires de la dégradation environnementale et du réchauffement planétaire sont désormais une réalité. La conférence ouvrira-t-elle la voie d’un « outre-mer exemplaire », en transformant sa vulnérabilité en atout ? Pour Julia Marton-Lefèvre, Directrice générale de l’UICN  les stratégies mises en place pourraient « servir de modèle pour le reste de l’Europe et du monde, tout en jouant un rôle dynamique dans leurs propres régions ».

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents