Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 15:40

Lior Shoov au Baroc

Lior-Shoov.jpg« Pourquoi juste comme ça je chante ? (…) Une bouche qui s’ouvre… » Un hang entre les jambes, des doigts agiles qui frappent et font sonner cet instrument suisse aux allures tibétaines et au son cristalin d’une corde pincée. Une soucoupe volante musicale aux sonorités asiates ! C’est Lior Shoov, la femme orchestre. Elle s’empare d’un ukulélé et joue une reprise de Marie Laforêt… « Mon amour, mon ami, quand je chante c’est pour toi… » Une voix de jeune fille, un brin rugueuse, un brin rapeuse, mais suave. Une voix de caractère. Puis elle prend un kalimba. Elle frappe les touches, elle frappe le bois. Tout est bon à percuter, jusqu’à son corps qui sert lui aussi de caisse de résonance. Et une bouche qui s’ouvre : « J‘ai jamais écrit une chanson d’amour… Sauvage… Mais avec toi, elle peut changer… » Ukulélé et claquettes prennent le relais sur un air jazzy qu’on aurait volontiers imaginer sortir de la gorge d'un Louis Armstrong. Du swing ! Elle le crie, elle le chante, elle le frappe, elle dégorge avec un humour qui dit tout son respect pour le black jazz ! A chaque concert qu’elle donne, elle éprouve un sentiment de fragilité, ne sait pas ce qu’elle doit dire à ce public qui, spontanément, lui accorde toute son attention. Alors, elle rythme avec les doigts, la bouche et toute une panoplie d’artifices percusionnés, même des castagnettes ! Et elle se balade ! « Est-ce que tu sais ça ? On voyage dans un bar… Passe, passe ! » C’est le rythme qui l’amène à la voix : « Pas d’ami mais le rythme… » Et elle s’amuse : « Est-ce que c’est fini, cette chanson d’une minute et demi ? » Tout est dans sa ponctuation rythmique qu’elle déclame avec sa bouche, ses doigts, ses claquettes et ses castagnettes « et son rire qui appartient à la chanson ».

« Quand je sera grand, je serai content ! »

Lior-Shoov-2.jpgDe temps, en temps, elle s’empare d’un verre de vin. « Quelqu’un m’a dit faut pas faire de pause ; je ne fais pas de pause… C’est vrai que j’aime bien le vin rouge. » Et elle se marre, un instrument électronique pour enfant dans les mains. Il y a du Pascal Comelade dans l’air, il y a aussi du punk dans sa grâce, du rap, du slam... On pense quelques fois à Philippe Catherine et son côté déjanté, mais en bien meilleur ! Il y a aussi du Dave Tippet avec ses flower’pots et les effets de voix de Meredith Monk. Des enfants de John Cage.

Lior Shoov aime voir les visages de son public. Elle s’empare de clochettes, et un tintement seul devient déjà musique. Un son brésilien, une samba jaillit, a capella. Un tambourin devient une batterie et un os en plastique pour chien couine façon section cuivre ! « Parce que chaque jour est différent… » Elle agite sa tête, frénétiquement et la voilà Sid Vicious dans ses mouvements du chef ! « Over the sea « , au kalimbé, « over the windows »… Elle attrape des petites cuillers pour chanter papa et maman, elle frappe ses cuisses. « Quand je sera grand, je serai content ! » Lior Shoov vient d’Israël. « Avant, je le disais pas parce que ça fait honte… » Maintenant, elle dit parce qu’elle aime « les gens et tous les gens. Et Israël et le reste, c’est pas les gens parce que les gens aiment bien vivre ! » Alors, elle chante une petite dernière en hébreu. Des tuyaux de plastiques verts et bleus en guise de tomes basses. « Je vais loin, je vais nulle part… » Lior Shoov est une artiste qui se contenterait de taper du bout de ses doigts sur le zinc d’un bar et ça serait déjà de la musique. On aimerait connaître son histoire, l’histoire de ses voyages qui lui ont appris sa captation naturelle de la musique. Elle ne le dit pas, mais on le ressent, elle jouera de la musique jusqu’à en mourir…

Enfin elle achève : « J’adore quand c’est pauvre, mes mains et moi ! » Un oxymorre.

FXG

Au Baroc, rue Sambre et Meuse, Paris 10e (metro Belleville ou Colonel Fabien), le 2 novembre à partir de 21 heures

Partager cet article

Repost 0

commentaires

will 28/04/2015 20:34

Très bel article. Moi qui vis subjuguée par Lior Shoov depuis un petit mois et demi, je la reconnais complètement!

fxg 28/04/2015 23:22

Sensass votre commentaire !

Ferdinand 23/10/2011 18:27



J'adore c'est carrément exitant et ca fait envie !!! Bravo!!  peut etre cela donnera t'il envie a l'outre mer culturelle  d'inviter dans ses territoires cette embassadrice du "Tout
Monde".



Donlexo 23/10/2011 08:54



Je ne comprends pas trop l'intérêt de cet article, il est franchement hors sujet par rapport à la thématique de votre blog qui est de parler du 5e DOM de France. Loir Shoov est certainenement une
artiste originale, cependant j'aurais plutôt aimé que vous nous fassiez un article sur le resssenti des Mahorais à propos de la crise qui se déroule dans leur département. Il y a une délégation
de Mayotte à Paris, une itw me paraît souhaitable. Près d'un mois de mobilisation ce n'est pas un détail et cela mérite votre attention. Qui est plus, faire MLP ou son ministère commenter la
situation serait plus que normal. En mettant cela en perspective avec les événement des Antilles, il y a de quoi faire un joli papier !



fxg 23/10/2011 11:25



Je fais ce que je veux et Mayotte n'est pas dans mes arcannes. C'est come ca. Tant pis



Paul 22/10/2011 18:51



Ca vit, elle vit, elle dégage



Articles Récents