Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 15:45
Lucette Michaux-Chevry était reçue, hier matin, à Paris, par Yves Jégo. Interview de la sénatrice guadeloupéenne sur le perron de la rue Oudinot.
« J’adore le combat, ça me tient en forme »
De quoi vous êtes-vous entretenus vous et M. Jégo ?
Je voulais faire part au ministre de la décision des sénateurs de l’outre-mer de constituer au Sénat un groupe qui permettrait d’avoir une action de lobbying auprès des sénateurs métropolitains. Les problèmes de l’outre-mer sont complexes du fait de la mondialisation avec l ‘apparition des pays émergents, et du fait de ce qu’est structurellement l’outre-mer. Nous nous rendons compte que nos collègues métropolitains nous méconnaissent et surtout, parfois, prennent des décisions qui ne tiennent pas compte de la réalité locale. Moi, je suis fatiguée de voir que l’on considère l’outre-mer à travers un budget, à travers un coût financier...
Est-ce un groupe officiel ?
Le président Larcher a acté ce groupe et je suis venue en parler au ministre pour que nous puissions avoir des collaborateurs dans ce ministère qui travaillent avec nous, ainsi que des administrateurs du Sénat.
Qui constitue ce groupe ?
L’outre-mer. Tout le monde va y rentrer. Ce n’est pas un groupe politique, c’est un groupe d’influence afin de nous faire entendre. Nous aurons d’ailleurs dans le bureau du Sénat un collègue de l’outre-mer qui va siéger. Ca ne sera pas moi.
C’est la mission outre-mer promise par Gérard Larcher ?
A notre demande ! Et nous avons fortement influencé le président… En politique, il faut peser et nous avons pesé et bien pesé.
Comment allez-vous agir ?
Nous allons être une force de proposition. Lorsque l’on parle de niches fiscales, il y en a ! Mais on ne peut pas parler de niches fiscales en outre-mer. Par contre les prises de position du ministre sur la défiscalisation sont fondées. Il y a des dérapages qui ne sont pas acceptables. Mais la défiscalisation est indispensable si on veut rattraper les retards cumulés par l’outre-mer depuis des décennies. Il faut pouvoir faire figurer dans notre groupe, faire siéger des sénateurs métropolitains qui vont travailler avec nous et qui vont prendre vraiment le pouls, la température des problèmes de l’outre-mer.
Vous avez des exemples ?
Il va y avoir les élections européennes très bientôt. Les trois députés européens sont tous Réunionnais. C’est normal ? On risque encore de l’avoir…Cela démontre que l’outre-mer n’est pas complètement intégré dans le fonctionnement des Assemblées nationales. Pour notre représentant au bureau du Sénat, nous avons décidé de faire tourner, que ce ne soit pas la même région tout le temps qui représente l’outre-mer.
Etes-vous aussi venue donner des éléments de langage concernant l’UMP outre-mer à M. Jégo ?
Je n’ai pas de leçons à donner à M. Jégo. Il faut simplement savoir qu’en outre-mer, il y a une spécificité et qu’il y a de plus en plus une revendication d’expression. Si l’UMP continue à vouloir, de Paris, décider pour l’outre-mer, ça va tanguer. Ma force politique à moi est de dire : je suis sur mon terrain et je fais la loi sur mon terrain. Mais il faut faire évoluer les choses et faire en sorte qu’on puisse travailler en symbiose et qu’il y ait une prise en compte de nos réalités. Personne n’aurait pensé que j’aurais été élue sénateur après l’échec des régionales. J’ai été élue. Je n’étais pas la candidate de l’UMP, non plus, pour les élections à Basse-Terre et pourtant j’ai gagné. Je ne dis pas que je serai dans d’autres combats, mais je pousserai les combats.
Les régionales ?
Je vais les pousser ! La Guadeloupe est gérée par un dictateur qui a une vision égocentrique de la gestion et qui est persuadé que la Région est sa propriété. Il a été démocratiquement élu et il n’a jamais mis son costume de président. Il est resté un militant…
Pour gagner les régionales, vous avez besoin de Mme Carabin. Qu’allez-vous faire ?
Si j ‘avais été réélue présidente de la Région, il n’y aurait jamais eu de schisme. Quand un vieil éléphant s’éloigne un peu, il y en a toujours d’autres qui viennent le pousser. Mais moi, on ne m’a jamais poussée. Je me retiens moi-même. Je ne pense pas qu’il faille parler de schisme. Mme Carabin a besoin de se faire reconnaître, c’est normal et légitime. C’est une ambition naturelle. Je crois qu’elle ne peut ignorer si elle est députée que c’est quand même grâce à la puissance de mon action. C’est elle aussi qui a décidé de donner au plus beau boulevard de la Guadeloupe, classé par Paris, mon nom. Donc elle me reconnaît. L’intérêt de la Guadeloupe est de ne pas s’amuser sur des questions de personnes. Cela démontre l’absence de projet. J’ai un projet pour la Guadeloupe 2010-2020. Je ne serai plus là, mais j’ai le devoir en tant qu’élue responsable de transmettre quelque chose.
Allez-vous vous présenter vous-même ?
Je ne vais pas être tête de liste mais je serai dans le combat. D’ailleurs, j’adore le combat, ça me tient en forme.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents