Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

25 mars 2018 7 25 /03 /mars /2018 05:10

Un député En marche ! s'inquiète de l'apparition de "la chimique" à la Réunion

Député de la 4e circonscription de la Charente-Maritime, Raphaël Gérard a rejoint la délégation outre-mer de l'Assemblée nationale et s'y montre fort actif. Ayant été choqué par la diffusion virale d’une vidéo mettant en scène un jeune Réunionnais en pleine crise de démence et sous l’emprise d'une drogue appelée la « chimique », Raphael Gérard a écrit à la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, pour l'inviter à prendre "des mesures d’urgence pour stopper net le développement de sa consommation sur l’île".

La chimique est une drogue synthétique sous la forme d’une poudre blanche qui, une fois chauffée, est mélangée avec du tabac. Son coût est faible, de 5 à 20 euros le gramme. Le député charentais signale que la chimique est déjà connue des services d’addictologie du Centre Hospitalier de Mayotte où elle fait son apparition en 2011.

Si elle est réputée produire des effets euphorisants, sa consommation sur l’archipel de Mayotte suscite de l'inquiétude du fait de l’exacerbation des comportements violents observés chez les consommateurs. "Le procureur de la République à Mayotte M. Garrigue, écrit le député charentais,  a établi un lien direct entre la montée de la délinquance et la prolifération de cette drogue sur l’île." Il précise que les faits de violence ont doublé de 2013 à 2015 et que "s'il y a une régression des cas d’admission aux urgences à Mayotte liés à des cas d’intoxication aigue à la « chimique », après deux pics importants en 2013 et en 2015, il semble que sa consommation se développe désormais sur l’île de La Réunion".  Par ailleurs, comme la molécule est encore nouvelle, elle n'est pas encore classée dans les produits stupéfiants

Pour toutes ces raisons, Raphael Gérard, demande à la ministre de la Santé de mobiliser ses services "pour éviter qu’une situation similaire à celle de Mayotte se développe à La Réunion où un homme jugé récemment pour des faits des violences a invoqué être sous l’emprise de la « chimique »".

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents