Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 08:26

CMA-CGM investit 30 millions d’euros sur la ligne Antilles

Après la fin des accords anti-concurrentiels entre la compagnie maritime CMA-CGM et ses concurrents Maersk ou Marfret, CMA-CGM a dû investir pour renforcer son attractivité.

delucy-fort-st-pierre-RDG-.jpgXavier Eglier, directeur des lignes Antilles à la CMA-CGM, et Philippe Ruelle, directeur de l’UGPBan, ont annonce, mercredi à Paris, un investissement de 30 millions d’euros par la compagnie maritime avec l’achat de 1500 conteneurs refrigeres (dits reefers) operes sur la ligne Antilles dite PCRF (pour porte-conteneurs refrigeres). L’ensemble des nouveaux reefers devraient  être opérationnels à compter de mars 2014. Les groupements de planteurs de bananes des Antilles sont le principal client de la compagnie maritime qui transporte pour eux 13 000 conteneurs refrigeres par an dans le sens Antilles-Europe du nord (le reste se compose des déchets recycles en conteneurs secs, de rhum et de jus de fruits tropicaux). La part du transport sur un kilo de banane vendu 1,5 € dans l’Hexagone est estimé à 20 centimes.

Avec ses quatre porte-conteneurs réfrigérés, CMA-CGM est désormais quasiment seule à assurer le service de la ligne Antilles depuis le départ de son concurrent Maersk. Pour autant CMA-CGM transporte des conteneurs de Maersk, Marfret ou Wec lines. Le chiffre d’affaires annuel moyen de CMA-CGM sur le service PCRF s’est établi sur la période 2008-2011 entre 80 et 120 millions d’euros. La vente de capacités à ses concurrents a par ailleurs représenté 15 à 25 millions d’euros par an. Jusqu’alors les compagnies avaient passé des accords d’allocation de capacités. Ils ont été dénoncés par l’Autorité de la concurrence. L’Autorité estimait que certaines clauses de ces accords étaient « susceptibles de restreindre la concurrence » et les a fait casser le 25 juin dernier.

L’important investissement de CMA-CGM (20 000 euros par reefer) s’inscrit dans ce contexte. En effet, Xavier Eglier a indiqué que ces investissements n’étaient pas défiscalisés, mais qu’il s’agissait pour elle de participer à l’amélioration du bilan carbone de la banane durable des Antilles françaises dans la mesure où les nouveaux reefers sont moins consommateurs d’énergie… « On n’est pas poussé par la Commission européenne qui ferait la chasse aux « dirty reefers », mais par nos clients », a déclaré M. Eglier. Il semble plus probable que ce soit la fin des contrats d’allocation des capacités avec ses concurrents qui aura poussé CMA-CGM à cet investissement. L’enjeu : renforcer l’attractivité de son service conteneurisé réfrigéré dans un contexte plus concurrentiel. Il cible d’abord les planteurs de bananes, mais aussi, par voie de retour, les clients qui utilisent ces mêmes conteneurs pour importer aux Antilles l’ensemble des produits frais destinés aux super et hypermarchés des deux îles.

FXG, à Paris

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents