Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 05:02
Mai 1967 à Paris

Les commémorations de mai 1967 ont démarré dans l'Hexagone

Le collectif "Doubout pou mé 67" a lancé ce week-end en Région parisienne le cycle de commémorations des événements qui ont traumatisé les Guadeloupéens les 26 et 27 mai 1967 à Pointe-à-Pitre. Ce collectif rassemble la plupart des groupes à peau d'Ile-de-France, tel Choukaj, Vibwasyon a mas, Miyo, Mas libérasyon, Mas mélé, Mas Ayio, Ms an bistan, Karibean mas, Eritaj, mais également les autres mouvements culturels de la Guadeloupe comme Akiyo, Voukoum, Mas ka klé. Samedi soir à Saint-Denis, Moïse Mayoute, le président d'Akyio a participé à une projection débat en présence d'un nombreux et jeune public. Tony Mango, militant de la langue créole et l'un des responsables du collectif a rappelé la finalité de ces commémorations qui se résume à trois mots : vérité, justice, réparation. Célio Siber a exposé les conséquences psychologiques de ces événements meurtriers dans l'inconscient collectif guadeloupéen, à savoir un stress post-traumatique ayant souvent conduit au déni ou à la culpabilisation. Moïse Mayoute est revenu sur les conséquences sociales et politiques et l'importance des mouvements culturels qui portent cette mémoire.

Dimanche, les groupes à peau ont déboulé de la République à Nation sous le thème, "lymiè pou lézansyen".

Le 24 mai, c'est la CGT DOM qui organise à Montreuil une conférence débat en lien avec le collectif Doubout pou mé 67". Le 26 mai au soir, place de la République, ce sera une veillée d'hommage aux victimes et enfin, le 27 mai, ce sera une nouvelle marche "pour la vérité, la justice et les réparations". Pour cette occasion, tous les groupes à peau seront mobilisés, mais également des syndicats (Union syndicale solidaire, CGT DOM, CNT, Syndicat des travailleurs corses, Union syndicale des travailleurs kanaks et exploités, et encore les associations Comité d'organisation du 10 mai, Sortir du colonialisme, le CRAN, le MIR, la fondation Frantz-Fanon...

A chaque fois, une pétition pour la vérité, la justice et les réparations sera mise à disposition (change.org mai 67 en Guadeloupe, 50 ans et après).

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents