Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 08:01

La transat Bretagne–Martinique sur les starting-blocksles-skippers.jpg

La présentation des skippers de la transat en solitaire Bretagne-Martinique a eu lieu mardi à Paris. C’est la première épreuve du championnat de France de cours au large en solitaire. Ils sont quinze prêts à affronter les 3500 milles qui séparent Brest de Fort-de-France à bord de leur Figaro Beneteau. Ils sont Gildas Morvan, Erwan Tabarly pour les plus connus et bien sûr le Martiniquais Eric Baray. La course prendra son départ depuis le port de commerce de Brest le 17 mars à 13 heures. Une semaine auparavant, le 10 mars a 14 heures, aura lieu le prologue dans la rade de Brest. Les skippers auront pour impératif de laisser l’île de Tersera aux Acores à tribord. A une vitesse moyenne de 9 nœuds, ils peuvent espérer arriver en 16 jours à Fort-de-France. Campagne-CMT.jpgEric Baray a repris la même « reality team Vini oué ça » qu’il y a deux ans avec le skipper marseillais Marc Emig, Frederic Bonnet et Gérard Proveau pour la préparation, Pascal Pierre-Louis dit POM et Marie-Christine Duval pour la communication.

Un village de la course sera installé à compter du 9 mars. Le comite du tourisme de la Martinique y occupera un espace de 18 m2. Il va profiter de cette opportunité pour communiquer sur la destination Martinique avec une campagne originale et décale avec un affichage à Brest jusqu’au 5 mars. Campagne-CMT-2.jpg« L’idée est d’associer deux cultures agricoles emblématiques (artichaut et ananas), ou de lier deux moments de fête traditionnelle (fest-noz et carnaval) ou enfin coupler deux roches phares (menhir et rocher du Diamant) », explique le Comite du tourisme.

Le suivi télévisé de la course sera assuré par Martinique 1ere, France 3 et France O. un documentaire de 52 minutes sera diffusé le 16 mars à 19 h50 sur France O ; le départ donnera lieu à une retransmission en direct le 17 mars des 12 h 45 et enfin, chaque jour à 19 h 55, il y aura un sujet d’une minute trente pour faire le point de la course.

FXG, à Paris


ITW Eric Baray, skipper de Vini Oué ça

 

eric-Baray.jpg« A moi de jouer »

Comment vous sentez-vous ?

Ayant déjà navigué sur le bateau, je suis prêt. Il me reste deux jours d’entraînement pour retrouver toute la touch. Apres, ce n’est pas une course autour de trois bouées, c’est une course de longue haleine. Il ne faut pas faire d’erreur au niveau météo, c’est l’essentiel. Le bateau est bien préparé et, par rapport à la précédente course, il y a deux ans, on a noté ce qu’il fallait modifier, notamment les desserts en lyophilisé (rires). C’est important ! A côté de ça, le physique est bon. Je n’ai pas arrêté de courir, que ce soit du match race, de la fleet en flotte ou un peu de solo… Dans la tête, les choses sont bien. J’ai encore un stage de météo à faire. C’est ce qui m’a manqué la dernière fois… Apres, on verra bien à l’arrivée.

Quelle expérience avez-vous tiré de la précédente transat ?

Essentiellement ces problèmes de météo puisque j’ai fini dix-sept heures après le premier et je suis resté tanqué trente heures sans vent… J’ai vu que dans le gros temps, il y en a qui en ont bavé un peu plus que moi. Il a fallu barrer sans arrêt pendant deux jours et demi… Je vois donc qu’il faut que je travaille un peu plus la navigation au près pour gagner les 40 dixièmes de nœuds qui m’ont manqué. Au largue, ça va. J’ai fait un stage de sommeil aussi.

Le Martiniquais n’a aucun complexe à avoir vis-à-vis des marins bretons ?

Aucun complexe ! Je dis toujours aux jeunes qui me suivent de regarder toujours qui est en face d’eux. Ce ne sont ni des robots, ni des surhommes. Ils n’ont pas la cape comme Superman ! Conclusion : Vous êtes des êtres humains. Donnez-vous les moyens techniques qu’ils ont et à vous de faire mieux ! Apres, c’est l’engagement qu’on y met, l’appétit de la victoire qui fait qu’on arrive à accéder au podium. On peut casser, mais si on ôte tout cet aspect mécanique, que le meilleur gagne. Je fais tout pour ! A moi de jouer.

Propos recueillis par FXG

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents