Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

14 juillet 2007 6 14 /07 /juillet /2007 18:48

People
Garden party à l’Elysée et ministère de l’Outre-mer
Vendredi 13, d’abord, le président de la République s’est rendu rue Oudinot pour saluer la communauté ultra-marine. Le lendemain, au palais de l’Elysée, Nicolas Sarkozy a reçu quelque 7 000 personnes dont 2 000 victimes. Parmi elles se trouvaient des Antillais et des Guyanais.

A medetom
L’outre-mer au sommet de l’Etatalliot-marie-sarkozy-estrosi.JPGLe secrétaire d’Etat à l’Outre-mer, Christian Estrosi, le ministre de l’Outre-mer, Michèle Alliot-Marie, et le président de la République, Nicolas Sarkozy, dans la cour du secrétariat d’Etat à l’Outre-mer, rue Oudinot.

Le candidat et le ministrebeaujour-estrosi.JPGJean-Claude Beaujour, candidat malheureux (« Non pas malheureux, j’ai planté un premier drapeau », corrige-t-il) à la députation de Paris pour l’UMP, en grand échange avec le secrétaire d’Etat, Christian Estrosi.

Les agriculteurs de la Gwadaolivier-francius--Daniel-Dolin--Eric-Nelson.JPGEric Nelson, président de la chambre d’agriculture de la Guadeloupe (à droite), son neveu, Olivier Francius (à gauche) et Daniel Dolin, directeur de la chambre étaient les hôtes de la garden party de l’outre-mer.

Deux présidentsAmbrosio-passe-coutrain.JPGJacques Ambrosio, président de l’APTOM, l’association des ultra-marins employés dans le métro, est avec Jean-Pierre Passe-Coutrain, président de l’association CROMVO, à Sarcelles.

BB Antilles et femmes politiquescabinet-leon-bertrand.JPGAutour D’olivier Nigard du BB Antilles, Maryse Lachêne, Martiniquaise ancienne colistière UMP aux régionales en Ile de France et Caroline Porot, ancienne collaboratrice au cabinet de Léon Bertrand.

Le retour de l’UNOMdes-noirs-4.JPGSur cette image festive, on reconnaît les compères de l’Union nationale pour l’Outre-mer (UNOM), Paul Mélyon et Arole Lamasse. Serge Anglo et Rémi Marcin ne sont pas loin !

Les potomitanf--lix-Douglas--Gerard-jeanne-rose--sylvain-l--oni-et-anita-gaza.JPGIls sont de toutes les occasions où les ultra-marins de Paris se rencontrent : Félix Douglas (RFO), Gérard Jeanne-Rose, président d’association, Sylvain Léoni, de la Réunion, et Anita Gaza de la mairie de Paris.

Des fanm douboutjean-baptiste-loial.JPGL’ancienne présidente du Collectifdom, Juliette Jean-Baptise, bien plus sage que sa sœur Sonya, a décroché, à l’occasion de la garden party de l’outre-mer, un rendez-vous avec le nouveau délégué interministériel. Ca semble amuser la danseuse Chantal Loïal !

Famille créolefamille-Claude.jpgCharles Claude, le père, Laurent Claude, le fils, et la fiancée de ce dernier. Doit-on présenter encore c Martiniquais, patrons du restaurant parisien La créole et de la non moins célèbre Académie du rhum ?

L’OPIOMles-journalistes-de-l-outre-mer.JPGFrançois Thomas, notre confrère de Radio Caraïbes en rêve : une association réunissant les journalistes de l’outre-mer à Paris. Sur cet échantillon de ce à quoi pourrait ressembler partiellement l’Office de presse et d’information de l’outre-mer (OPIOM), on retrouve Emilie Porry d’ATV, William Kromwel (RFO radio), François Thomas et Chritophe Gosselin (RCI) et encore Chantal Didier (La Dépêche de Tahiti et l’Est Républicain)

Littératuregallimard-foix-mariann.JPGAutour de l’auteur guadeloupéen Alain Foix, son attachée de presse chez Gallimard, Myriam Benainous, et sa comédienne fétiche, Mariann Mathéus.

Les hommes du présidentkaram-estrosi-biancarelli.JPGSur le perron du ministère de l’Outre-mer, les trois hommes que le président a mis en place pour sa politique outre-mer : Patrick Karam, nouveau délégué interministériel à l’égalité des chances pour les Français d’Outre-mer, le secrétaire d’Etat, Christian Estrosi, et le conseiller pour l’Outre-mer du président de la République, Olivier Biancarelli.

Lobbying agricolela-guigneraye--barnier.JPGDominique de la Guigneraye, responsable rhumier, très proche d’Eric de Lucy, est avec le nouveau ministre de l’Agriculture, Michel Barnier. Pendant la fête nationale, le lobbying pour nos produits continue !

La brune et le conteurmarie-jeanne-igo-dran--.JPGMarie-Jeanne Serbin-Thomas, directrice de la rédaction du magazine Brune, est en compagnie du conteur martiniquais Igo Drané.

La trace d’un coupleolivier-laouchez-et-christel-grat.JPGOlivier Laouchez est venu écouter le discours du président de la République, en compagnie de son amie, Christel Grat. Le patron de Trace TV a encore de nouvelles raisons de se réjouir : l’audience de sa télé continue de croître !

Théâtre et cinémafirmine-richard-Jean-Camille-Sormain.JPGFirmine Richard, la comédienne guadeloupéenne révélée par Coline Serreau, est avec le metteur en scène martiniquais Jean-Camille Sormain.

Les plumesles-plumes.jpgLe conseiller spécial Henri Guaino, la plume du président, est en compagnie de la plume parisienne de France-Antilles et France-Guyane !

Le charme de Rama Yaderama-yade-max-jean-baptiste--livie-pierre-charles.JPGLes Martiniquais Max Jean-Baptiste et Livie Pierre-Charles sont tombés sous le charme de Rama Yade, nouveau secrétaire d’Etat aux droits de l’Homme.

 A l'Elysée
Le collectifdomdagnet--josepho-beaujour.jpg
Dans le grand salon du palais de l’Elysée, le nouveau co-président du Collectifdom, Charles Dagnet, une de ses collaboratrices, Eddie Josépho, et l’avocat, homme politique et vice-président du Collectifdom, Jean-Claude Beaujour.

Frère et soeurFran--oise-et-Claude-Benito-Espinal.jpgFrançoise Benito-Espinal est venue pour le compte de l’agence Couleur international. Depuis 2004, c’est cette agence qui organise la partie outre-mer de la garden party présidentielle. Cette année, près du bassin, au fond des jardins, un stand consacré à l’Outre-mer mettait une fois encore en valeur nos bananes. A côté de Françoise, Claude Benito-Espinal. Edouard, le spécialiste environnemental de Guadeloupe est leur frère.

La coordination des originaire d’outre-mer pour Nicolas Sarkozyla-ccordination-sarkozyste--doc-gyneco.jpgAutour de Patrick Karam et de Doc Gynéco, deux soutiens inconditionnels au nouveau président, les membres de la coordination nationale des comités de soutiens des originaires d’outre-mer : Freddy Loyson, René Silo, Jimmy Blanche, Pierre Do-motta, Henri Bortalis…

Les héros et les victimes

Sauvetage pénibleLaurence-abrahim-et-yannick-parole.jpgLaurence Abrahim, originaire de Gourbeyre en Guadeloupe, est devenue gardien de la Paix en 2002. Après son concours décroché au pays, elle a pris ses fonctions à Asnières dans les Hauts-de-Seine. Samedi, elle était invitée du président car à l’aide d’un collègue, elle a évacué sur cinq étages une personne handicapée en fauteuil roulant, alors que l’immeuble était touché par un incendie. Elle pose avec son ami, Yannick Parole, originaire du Gosier.

Une médaille pour les gardiens de prison de Rémire-Montjolymonmarch----barbereau.jpgQuatre ans jour pour jour après avoir été blessés par balle lors d’une tentative d’évasion de la prison de Rémire-Montjoly en Guyane, Christian Monmarché et Hugues Barbereau retrouvent enfin le sourire. Alors que leurs collègues, indemnes, ont reçu une médaille d’or, ils l’attendent toujours. Invités le 13 juillet à la garden party du ministère de la Justice, ils ont été entendus par Rachida Dati, le garde des Sceaux : « La médaille, elle ne va plus se balader, je m’en occupe. » Ils n’ont pu être décorés, samedi 14 juillet au Château, mais, foi de ministre, ce sera fait avant la fin juillet.

Les pompiers de Saint-Françoisrayapin--lebogne.jpgPatrick Rayapin, 33 ans, un enfant, sapeur-pompier 1re classe au centre de protection et d’intervention de Saint-François, et Denis Leborgne, 40 ans, un enfant, Moulien et lui aussi sapeur-pompier 1re classe à Saint-François, sont fiers de montrer leurs cartons d’invitation. Ils ont été les hôtes du président de la République pour cette cérémonie du 14 juillet dédiée aux victimes. « Notre acte de bravoure a été de sortir une femme handicapée grabataire d’une maison en flamme, rue du marché, au cœur de Saint-François, témoigne Patrick Rayapin. C’était en février dernier… » « On est mis à l’honneur, mais à travers nous, c’est toute la Guadeloupe et pour tous ceux qui se battent pour sauver la vie. Nous souhaitons beaucoup de force à tous les volontaires », complète Denis Leborgne.

 

 

Partager cet article

Repost0
13 juillet 2007 5 13 /07 /juillet /2007 14:23

INTERVIEW. Grégoire Guéden, directeur général Clément/Damoiseau, responsable de l’exportDamoiseau.JPG« Le rhum est inconnu en Chine et la Martinique et la Guadeloupe encore moins connues ! »
Avec un bureau à Shangaï et un importateur en Inde, les rhums Clément, JM et Damoiseau se lancent à l’assaut du marché asiatique. Comment avez-vous mis en place votre stratégie ?
gregoire-1.JPGOn parle beaucoup des marques françaises qui s’exportent dans les marchés émergents et on se dit que quand on n’est pas gros, ce n’est pas pour soi. Mais si on n’est pas gros, on peut être malin ! Lors de mon premier voyage en Chine, il y a dix-huit mois, j’ai noté la faible représentation des petites marques. Pourtant l’Asie n’est pas plus loin que le marché américain, c’est juste de l’autre côté ! Les difficultés viennent de la complexité administrative. Je me rends compte d’abord que les grands groupes investissent massivement. J’y suis donc retourné pour rencontrer les importateurs et présenter nos produits, à Shangaï, Pékin et Hong Kong. Et je découvre que le rhum est inconnu en Chine et la Martinique et la Guadeloupe encore moins connues ! Nous allons donc jouer sur le côté exotique, caribéen.
Concrètement, votre implantation en Chine s’est réalisée de quelle manière ?
A mon retour à Paris, j’avais deux distributeurs partant pour ce défi avec nous. Le premier Vin sélection, à Shangaï, représente les rhums JM et Damoiseau ; le deuxième, Méta Design, à Hong Kong, pour les rhums Clément. Nous avons recruté un collaborateur français,  Roland Ambrunn, qui nous été présenté par nos contacts en Chine. Il a été formé par la suite dans nos rhumeries et à notre siège parisien. Il a pour rôle d’aider les importateurs et l’équipe commerciale sur place à mieux comprendre le produit et développer les ventes. Il est installé à Shangaï depuis avril et les produits sont arrivés il y a deux mois… La soirée de lancement des rhums Damoiseau et JM a eu lieu début juillet. C’était la première caribean party en Chine ! Nous sommes déjà présents dans une cinquantaine d’établissements de Shangaï. Clément est lancé le 14 juillet à Shangaï avec le concours de la chambre de commerce française.
Comment est le marché ?gregoire2.JPG
Le marché rhum en Chine n’existe pas. Les Chinois ne boivent pas de rhum. Et avec nos quelques bouteilles, nous serons très rapidement les leaders du marché chinois ! Il y a un marché très fort pour le cognac et le Whisky, nous aurons donc un très gros marché pour le rhum. Le groupe Pernod-Ricard est très présent en Chine avec son cognac Martel et son Whisky Chivas. Ajoutez à cela le Havana club et nous avons les trois produits que Pernod-Ricard cherche à écouler sur tous les marchés. S’ils lancent leur rhum en Chine, nous serons vite au cœur d’un marché en plein boum. A nous d’expliquer que notre rhum est un premium de grande qualité. Nous sommes précurseurs car nous commençons par installer d’abord le haut de gamme.
Mais qu’est-ce qui vous a décidé à lancer tout très vite sans connaître l’impact du rhum ?
Quand je suis venu la première fois en Chine, j’ai imaginé être dans un avion rempli de petits producteurs français. Ca a été ma hantise… Donc, on n’attend pas !
Combien de cols espérez-vous écouler pour la première année ?
On commence juste à sentir le marché. Un marché en pleine mutation et qui, pour le rhum, n’existe même pas encore. Nos objectifs se construisent au jour le jour. On se satisfera pour l’heure d’être dans les meilleurs établissements de Pékin, Shangaï et Hong Kong. Mais ne pas le faire aurait été une bêtise, alors on y va mais on navigue à vue. C’est drôle de voir nos petites marques antillaises débarquer sur ce marché de géants à l’autre bout du monde. C’est un beau challenge.
gr--goire-3-copie-1.JPGCombien un Chinois doit-il sortir pour une bouteille de rhum ?

Le rhum vieux Clément est à 300 RDM (30 euros). On l’a mis en face du Chivas 12 ans d’âge.
Vous faîtes de la pub ?
On ne peut s’aligner face aux géants Sony et autres sur les panneaux publicitaires. Nous faisons des soirées événementielles et des relations publiques.
Vous vous attaquez aussi au marché indien ?
L’Inde, comme la Chine, est un marché émergent. Mais il est complexe à cause de ses droits de douane. Pour l’alcool, c’est du 200 % ! Mais ce pays évolue et l’OMC a sommé le gouvernement indien de baisser ses droits de douanes. Là encore, on n’attend pas que le marché soit mur. Nous avons envoyé, il y a trois mois, un de nos collaborateurs, Mathieu Delassus, en prospection. Il est rentré en ayant rencontré beaucoup d’importateurs intéressés. Il faut savoir que l’Inde est le premier producteur mondial d’alcool de canne avant le Brésil et sa cachaça. Un importateur a pris un lot de plusieurs milliers de bouteilles en juin. Nous lui enverrons pendant un mois un barman spécialiste du rhum qui va sillonner les établissements pour former les barmen indiens à l’utilisation de nos produits. Voilà, on a pris position en quelques mois sur les deux principaux marchés à fort potentiel pour l’avenir.pic17421.JPGLes quotas de rhum pour le marché français suspendus à la Commission européenne
La commission européenne n’a plus d’objections à formuler concernant la demande des rhumiers antillais pour augmenter leur quota pour le marché métropolitain de 15 000 hap. Désormais les producteurs et négociants sont suspendus au calendrier de la commission puisqu’il faut, au préalable, que la mesure passe en conseil des ministres européens. « Plus les semaines passent, assure Grégoire Guéden, plus le risque de ne plus pouvoir fournir nos distributeurs est grand. Le 15 octobre, nous ne pourrons plus livrer… »

Partager cet article

Repost0
12 juillet 2007 4 12 /07 /juillet /2007 21:36

220 000 chômeurs de plus officiellement en France au 31 décembre prochain
Hier, en début d’après-midi, les députés réunis dans le cadre de l’examen du projet de loi sur le travail, l’emploi et le pouvoir d’achat, ont adopté l ‘amendement présenté par les députés Chantal Berthelot, Serge Létchimy, Louis-Joseph Manscour, Victorin Lurel et l’ensemble des inscrits du groupe socialiste, radical et citoyen. Il s’agissait d’intégrer les statistiques ultramarines du chômage dans les chiffres nationaux.
Serge Létchimy avait lancé un avertissement la veille : « Nous proposons quant à nous de mettre fin au véritable scandale que constitue l’exclusion des 220 000 chômeurs recensés outre-mer des statistiques nationales : ce serait une mesure de justice et d’égalité. » Le rapporteur et le ministre de l’économie, Christine Lagarde, sont convenus de la chose et ont simplement souhaité que la date de prise en compte des chômeurs d’outre-mer soit reporté au 31 décembre et non au 1er octobre.
Les chômeurs « zombifiés », selon Victorin Lurel, rejoindront les statistiques nationales.

Partager cet article

Repost0
12 juillet 2007 4 12 /07 /juillet /2007 21:27

INTERVIEW. Christian Estrosi en déplacement à Saint-Barth et Saint-Martinestrosi-3.JPG
« L’outre-mer est traité à égalité »
Vous vous apprêtez à effectuer votre premier déplacement ministériel dans les îles du Nord. Quel est votre message aux nouvelles collectivités ?
J’ai décidé de partager ce moment fort que constituera l’installation des deux nouvelles collectivités avec leur assemblée et leur exécutif qu’elles se sont librement choisies les 1er et 8 juillet. J’ai estimé qu’étant responsable, je me devais d’être à leurs côtés.
Les Zones franches globales concerneront-elles les deux collectivités nouvelles ?
Les aspects fiscaux des réformes à venir ne les concernent pas. Toutes les autres mesures, sur le plan social, de la continuité territoriale prévues dans la loi de programme leur bénéficieront. Ils sont sous le régime d’une convention fiscale que nous allons signer ensemble. Leur nouveau statut ne créera pas un paradis fiscal, mais reconnaîtra leurs spécificités issues de l’histoire.
Le Parlement a adopté aujourd’hui un amendement visant à intégrer aux chiffres nationaux du chômage les chiffres d’Outre-mer. La gauche l’a proposé, la droite l’a voté…
Cela représente un avantage et un inconvénient. L’avantage c’est de dire que vraiment l’outre-mer est traité à égalité dans les statistiques globales du chômage en France. L’inconvénient, c’est qu’on sait qu’on a un effort supplémentaire à faire outre-mer. Au moment où je veux m’attaquer à la lutte contre le chômage, ça me paraît important que nous ayons une bonne lisibilité. Ce qui me fait peur c’est le discours de ceux qui ne connaissent pas l’outre-mer et on risque de mettre le doigt dans un engrenage où les handicaps de l’outre-mer seraient noyés.
Le programme du voyage
Le secrétaire d’Etat à l’outre-mer est attendu dimanche aux Antilles. En provenance de Paris via la Guadeloupe, il débarque à Saint-Martin à 8 h 45 avant de filer sur Saint-Barth où il passera la matinée. Il participera au premier conseil territorial, puis rencontrera la presse avant de déjeuner avec les élus. A 14 h 30, il repart à Saint-Martin où à 15 heures, il participera au conseil territorial. Puis il ira voir les services des douanes avant de participer à un cocktail où sont attendus 250 personnes. Après un point presse à 17 h 30, il repartira pour Paris à 18 h 30.

Partager cet article

Repost0
12 juillet 2007 4 12 /07 /juillet /2007 14:29

Un amendement spécial chlordécone rejeté
Eric Jalton, député de Guadeloupe, a présenté, hier à l’Assemblée nationale, un amendement à la loi sur le travail, l’emploi et le pouvoir d’achat, afin de compenser les effets de la catastrophe écologique du chlordécone : « La solidarité envers ces agriculteurs est nécessaire pour maintenir leur pouvoir d’achat durant la décontamination de leurs exploitations. » Il a reçu, la veille, le soutien du nouveau député de Martinique, Serge Létchimy : « J’en viens à un problème crucial outre-mer, en particulier aux Antilles, celui de la pollution des terres au chlordécone et autres pesticides (…) En guise de compensation, le groupe socialiste, républicain et citoyen vous propose d'exonérer ces agriculteurs de cotisations. » Victorin Lurel est venu aussi soutenir son collègue des Abymes : « En Guadeloupe, ce sont plus de 5 000 hectares, sur 40 000, qui sont pollués par ces produits. Nous allons perdre des emplois. Les chercheurs ont montré que, les pesticides remontant dans la sève, les bananes – production majeure de la Guadeloupe et de la Martinique – ne sont plus à l’abri de la contamination. Le taux de prévalence du cancer de la prostate, du cancer du sein et des malformations congénitales est le plus élevé au monde. Une catastrophe est en cours ! » Le secrétaire d’Etat à la Consommation et au Tourisme, Luc Chatel a indiqué que le FEADER, le fond européen pour l’agriculture et le développement rural, sera mobilisé pour la reconversion des exploitations touchées. « À cet effet, le ministre de l’agriculture a écrit le 21 juin dernier au préfet de la Martinique – et cela concerne également la Guadeloupe – pour lui demander la mobilisation de ces crédits. » L’amendement des socialistes a été rejeté.

Partager cet article

Repost0
12 juillet 2007 4 12 /07 /juillet /2007 12:56

Les ultra-marins de 9 semaines et 1 jour démarrent leur tournée européenneEmrand-Henry-1er-plan-et-JM-Silo-bye-bye.jpgMartine-Sylvestre-bye-bye.jpgYmelda-bye-bye.jpgJean-Luc Silo (et Emrand Henry au premier plan), Martine Sylvestre et Ymelda avant de monter dans le bus de la tournée, mercredi matin devant le siège de RFO à Malakoff

Jour J hier, devant le siège de RFO à Malakoff (92). Le bus de la tournée est là, prêt à charger les neuf lauréats de l’émission 9 semaines et 1 jour, leurs musiciens et accompagnateurs. Au programme des artistes ultra-marin : une tournée européenne. Rien que ça pour des musiciens qui, la plupart du temps, n’ont jamais joué ailleurs que dans leur pays ou région d’origine. « Je suis serein, tranquille », avance le Guyanais Jean-Luc Silo. Il affirme ne pas avoir le trac, mais admet : « Ca représente quasi le début d’un début… » Le 13 juillet, c’est la première date à Aix-en-Othe. « Je flippe un max, avoue la martiniquaise Ymelda, mais là, je suis rassurée, je me sens bien car il y a les musiciens derrière qui assurent. » Ymelda, originaire d’Haïti, connaît déjà bien la scène. Elle a tourné dans la Caraïbe. Mais cette tournée européenne, c’est sa première. Le 15 juillet, c’est devenu un rituel, ils se produisent sur la scène Francofolies de la Rochelle. Martine Sylvestre est heureuse, « en train de flotter » : « Je n’ai pas encore réalisé l’aventure dans laquelle je me suis embarquée. » Pour elle aussi, c’est sa première tournée européenne. Elle la qualifie comme « le grand début dans une carrière solo ». Avec eux, Loïc Painaye de la Réunion, Lathéral de Mayotte, Hélène Panier de Saint-Pierre et Miquelon, Vaitiare Tuhoe de la Polynésie, Falakiko Takasi de Wallis et Futuna, Hmej Wenehoua de Nouvelle-Calédonie et deux invités : Le duo MédiT, les floués de l’Eurovision, et Emrand Henry, un Saint-Lucien de 24 ans, chanteur de reggae-gospel, zouk, soca, R’n’B. Medi-T-guest.jpgAprès la Rochelle, ils seront le 17 juillet à la Bellevilloise à Paris avant de filer en Belgique où ils sont les hôtes des Francofolies de Spa.

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2007 2 10 /07 /juillet /2007 19:41

Le carnaval tropical de Paris

firmine-richard--rodrigues.jpgSamedi dernier, entre Bastille et Porte dorée, une trentaine de groupes carnavalesques venus de métropole, d’Outre-mer et du Danemark ont défilé pour le 6e carnaval de Paris. Place Félix-Eboué, les carnavaliers ont démontré leur capacités créatives au jury co-présidé par Firmine Richard et la Brésilienne Maria Augusta Rodrigues.


Meilleur costumeArt-et-patrimoine-copie-1.jpg
Les Martiniquais de Balata rassemblés sous la bannière d’Art et Patrimoine ont été récompensés par le jury du prix du meilleur costume.
Coup de cœurbloco-de-Paris.jpg
Les Brésiliens du Bloco de Paris et d’Aquarella ont mis le feu et ont fait durer leur show devant le jury bien plus longtemps que les autres groupes. Ils ont montrer leur savoir faire en enchaînant des samba redoutables qui leur ont valu le prix Coup de cœur.
DunkelfolketDanois.JPG
Les Danois du groupe Dunkelfolket ont fait sensation avec leur masques de bois et leur costume lugubres. Leur prestation a été servie par un prix pour l’originalité
Meilleure chorégraphieDif---kako.JPGLes danseurs professionnéls de la troupe Difé Kako n’a pas eu de mal à remporter le prix de la meilleure chorégraphie, comme l’an passé. Cette fois, ils étaient accompagnés des Gourbeyriens du groupe Houëlmont.
Encouragement pour les Guyanais !encouragement.JPG
Le groupe de Guyanais, Mo isi, mo rot bo a eu un franc succès avec ses costumes noir et or et leur représentation de la nuit étoilée. Ils ont récolté le prix de l’encouragement.
Meilleur groupe à pied d’outre-mer et métropoleEtnik-groov-et-soleil-cara--be.jpgKarib K, Soleil Caraïbes et Etnik groov ont remporté la palme très enviée de meileur groupe à pied d’outre-mer et métropole.
Miss Val de Marne avec les Antillaismi-yo-coeur-des-antilles.JPG
Les carnavaliers d’Arcueil, Cœur des Antilles, leur camarade du Val de Marne, Mi Yo, escortés par Miss Val de Marne, ont décroché le titre de meilleur groupe de métropole.
Meilleure ambianceprix-public-meilleure-ambiance-copie-1.JPG
Les makoumés de Moov ont fait sensation et le groupe martiniquais a eu la reconnaissance du public en récoltant le prix de la meilleure ambiance.
Meilleur costume d’outre-merrestan-la-costumes.JPGLes Guadeloupéens de Restan la ne sont pas venus pour rien. Leur chapeaux représentant les moulins de la Grande-Terre et de Marie-Galante ont fait sensation et leur ont permis de décrocher le prix du meilleur costume d’outre-mer.
Meilleur groupe de métropoleSiguines.JPGSiguines qui rassemble des Martiniquais et des Guadeloupéens du Val de Marne ont été récompensés du prix du meilleur groupe de métropole.

 

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2007 2 10 /07 /juillet /2007 14:29

Jacob Desvarieux sera le parrain de l'édition 2007
La ville de Paris trouve un accord avec l’organisateur des Césaire de la musiqueC--saire-conf-mairie.jpg
Thierry Fanfant, Ronald Rubinel, Frank Anretar, Jacob Desvarieux, le parrain, et Richard Kempler

Frank Anretar a annoncé lundi soir avoir noué un partenariat avec la mairie de Paris pour l’organisation des Césaire de la musique. Cette annonce laisse à penser que la mairie pourrait participer au financement de la prochaine édition des Césaire. « Cela ne se fait pas comme ça et se décide en commission », tempère Frank Anretar. Quoiqu’il en soit, le souffle glacial du conseil de Paris, au mois de décembre, est passé. Lors de cette séance, les élus parisiens avaient reproché le versement d’un subvention aux Césaire au prétexte qu’Admiral T avait reçu un prix alors qu’il est l’auteur d’un texte considéré homophobe. La mairie a demandé à Frank Anretar de s’expliquer et de faire des propositions. L’association du Martiniquais Louis-Georges Tin s’est montrée intéressée pour co-organiser avec l’équipe de Frank Anretar les Césaire et les élargir ainsi à la défense des minorités, ethniques ou sexuelles. Finalement, l’accord passé avec la ville de Paris prévoit simplement que pour éviter ce genre de problème, la liste des nominés soit présentée pour avis préalablement. La seconde édition est programmée le 22 octobre au Casino de Paris.

La liste des nominés 2007

1 - Artiste féminine de l’année :

         Annie-Flore BATCHIELLILYS (Gabon)

         Shy’m (Martinique)

         Viktor LAZLO (Martinique)

         Milca (Guyane/Haïti)

2 - Artiste masculin de l’année :

         Fally IPUPA (Congo)

         Ismael LO (Sénégal)

         Olivier JEAN-ALPHONSE (Martinique)

         Patrick SAINT-ELOI (Guadeloupe)

3 - Meilleur groupe

         Bamboolaz (Martinique)

         Quartier Latin (Congo)

         T-Vice (Haïti)

         Ziskakan (Reunion)

4 - Artiste/groupe musique urbaine

         Casey(Martinique)

         Daddy Mory (Martinique)

         Joey STARR (Martinique)

         Soprano (Comores)

5 - Artiste révélation de l’année

         Les Déesses (Afrique-Antilles)

         Marvin (Côte d’Ivoire)

         Saïk (Guadeloupe)

         RAS (Reunion)

6 - Musique traditionnelle

         Akiyo (Guadeloupe)

         Valérie LOURI(Martinique)

         Gran Moun Sello (Reunion)

         Jacques SCHWARZ-BART (Guadeloupe)

7 - Meilleur album

         Abd Al Malik (Congo)

         Lord Kossity (Martinique)

         Yannick NOAH (Cameroun)

         Laurent VOULZY (Guadeloupe)

8 - Auteur-compositeur

         Medhy CUSTOS (Guadeloupe)

         Patrick SAINT-ELOI (Guadeloupe)

         Fabrice SERVIER (Martinique)

         Joël JACCOULET (Martinique)

9 - Chanson de l’année

         Medhy CUSTOS: (Guadeloupe)

         Joyce et Ridge (Guyane/Guadeloupe)

         Kamini (Congo)

         Top Digital (Haïti)

 


Partager cet article

Repost0
10 juillet 2007 2 10 /07 /juillet /2007 13:13

Les députés apparentés socialistes d'outre-mer veulent l'intégration de leurs chômeurs dans les statistiques nationales
La session extraordinaire du parlement se poursuit avec l’examen du projet de loi sur le travail, l’emploi et le pouvoir d’achat. Les députés d’outre-mer inscrits au groupe socialiste, radical et citoyen, Victorin Lurel, Serge Létchimy, Louis-Joseph Manscour, Eric Jalton et Chantal Berthelot ont déposé un amendement visant à compléter l’article premier de cette loi. « Le projet présenté par le Gouvernement a pour objectif de lutter contre le chômage. Or, il apparaît que les statistiques nationales des chiffres du chômage n’intègrent pas les chômeurs outre-mer », motivent nos parlementaires qui déplorent une « situation totalement choquante puisque ce qui n’est pas comptabilisé n’est naturellement pas pris en compte par les pouvoirs publics ». L’article additionnel qui sera discuté mercredi soir stipule :
« Avant le 1er octobre 2007, le gouvernement remet au Parlement un rapport sur les modalités d’intégration des personnes privés d’emploi en outre-mer dans les statistiques nationales relatives aux chiffres du chômage.»

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2007 2 10 /07 /juillet /2007 12:51

INTERVIEW. Patrick Karam, délégué interministériel à l’égalité des chances pour les Français d’outre-merKaram-face--rdg-.jpg
« Si on m’a nommé, c’est que l’on connaît mon tempérament »
Comment voyez-vous la mission que vous a confié le gouvernement, lundi en conseil des ministres ?
J’ai des compétences propres et des compétences partagées avec le secrétaire d’Etat à l’Outre-mer. Mais il faut savoir que tous les ministres sont responsables de la bonne marche de ma mission et je vais être en relation avec tous les conseillers outre-mer de chaque ministre. Mes compétences propres concernent l’égalité des chances pour les ultra-marins de métropole. Ce sera donc la lutte contre les discriminations au logement, contre les discriminations bancaires… Au Collectifdom, j’ai dû lancer des procès. Cette fois, j’aurai les moyens de l’Etat ! Je veux proposer des quotas de logement en cité U, y  ouvrir une maison de l’outre-mer. Je vais mettre en marche une politique active pour l’emploi des ultra-marins en métropole.

Comment comptez-vous opérer en matière d’emploi ?
Je ne vais pas hésiter à mobiliser les entreprises de métropole qui ont des représentations outre-mer. A côté des mesures pour l’égalité de chances des individus, je veux prendre des mesures pour l’égalité des chances collective comme la présence de l’outre-mer en métropole, sa connaissance, son identité, son histoire, le créole à l’école, sa culture, la place du cinéma d’outre-mer, le 23 mai…

Ce sont les combats du Collectifdom…
Oui, c’est la philosophie des combats que j’ai menés pendant quatre ans au Collectif. Mais j’ai aussi à nouer des relations avec les territoires et je compte me rendre dans les 9 pays d’outre-mer où se posent les problèmes de continuité territoriale de fret et de transport aérien, de téléphonie, de numérique. Là, ce sont des compétences que je partage avec le secrétaire d’Etat.

KARAM-trois-quarts-RDG--1-.jpg Votre méthode ?
Je vais m’adosser à l’existant. Je voudrais mettre en place un comité consultatif avec les principales associations d’ultra-marins, mais aussi le fonds d’action sociale, l’ANT… Je veux utiliser l’existant pour servir de levier.

Vos relations avec les élus d’outre-mer ?
Ils ont un rôle à jouer et je souhaite travailler en totale synergie avec eux. Je vais tous les rencontrer. J’ai déjà commencé mes consultations.

C’est votre récompense pour services rendus pendant la campagne ? Comment avez-vous négocier votre affaire avec le président de la République ?
Nicolas Sarkozy m’a dit : « Je vous nomme parce que je veux des résultats. » Si on m’a nommé, c’est que l’on connaît mon tempérament. Ca fait des dizaines d’années que tout le monde ignore les problèmes des originaires d’outre-mer. Trois rapports, Kriegel, Bébéar et Seguin, ont oublié de parler de nous. C’est la première fois qu’une structure avec du pouvoir est créée. Enfin, le président de la République se donne des moyens pour régler les problèmes des Français d’outre-mer. Si j’échoue, ce sera de ma faute !

Quel est votre plan d’action ?
Depuis que je travaille la question, j’ai déjà recensé les problèmes. Je vais aller vite et dans le détail. Dans l’immédiat, je dois recruter une équipe de cabinet et m’installer au secrétariat d’Etat à l’Outre-mer. Je trouverai un ultra-marin pour occuper le poste de directeur ou de chef de cabinet. J’ai déjà demandé à l’administration de me fournir des CV.

 

M. le délégué interministérielKARAM--RDG-.jpg
Patrick Karam, 46 ans, vient du monde de l’entreprise. Fils d’un commerçant pointois apparenté aux Karam de Guyane, il a deux jeunes enfants. Gérant d’une imprimerie pendant cinq ans, il s’est lancé en 2003 à la tête du Collectifdom et des combats qui l’ont conduit où il est. Sachant l’ouvrir, celui qui n’hésitait pas à lancer ses troupes faire le siège de la place Beauvau quand Nicolas Sarkozy l’occupait en 2003, il est parvenu à trouver son oreille. Mais c’est aussi un chercheur en géostratégie, docteur en droit, spécialiste de l’Asie centrale et de l’Islam politique. Il a parcouru pendant des années le Caucase, la Tchétchénie, le Haut-Karabakh, l’Ossétie, l’Afghanistan et écrit de nombreux ouvrages spécialisés. Il a par ailleurs dirigé une maison d’édition scientifique. Au Collectifdom, il a signé différents rapports : « Français d’Outre-Mer, dossier sur une discrimination occultée », Edition L’Hamattan, décembre 2004 ; rapports sur la discrimination cinématographique et audiovisuelle, Radiographie des violences urbaines… Patrick Karam a aussi été, à 17 ans, vice-champion junior de karaté en Guadeloupe. Ca participe aussi à son image…

 

Partager cet article

Repost0

Articles Récents