Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 20:11
Jego avec Sarkozy aux Antilles
Mettre un terme aux spéculations relatives au remaniement ministériel… Jégo ne dit rien quand on l’interroge sur le sujet. En revanche, à la question : « Accompagnerez-vous le président de la République lors de son déplacement aux Antilles de la fin juin ? », sa réponse d’hier matin est explicite : « Oui, c’est prévu. » Le président devrait annoncer son remaniement après la réunion des députés et sénateurs en congrès à Versailles, le 22 juin ; il devrait partir aux Antilles, le 24 ou le 25, on peut donc estimer que le secrétaire d’Etat ne changera pas, sauf à devenir ministre, mais ça non plus, ça n’est pas confirmé.

Partager cet article

Repost0
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 17:23
Rumeurs de remaniement pour Oudinot
Dès qu’on parle de remaniement ministériel, c’est l’affolement ! Ainsi alors que le titulaire en poste à l’Outre-mer, sans doute un peu fébrile, a commandé un sondage sur son image et sa notoriété de secrétaire d’Etat en métropole, en Guadeloupe et en Martnique, des noms circulent dans le landernau ultramarin de Paris… Ainsi, le nom du président du groupe UMP au Sénat, Henri de Raincourt, traîne. Le sénateur de l’Yonne est bien vu du patronat ultramarin et il siège à la commission d’évaluation de la défiscalisation et de l’exonération des charges sociales en outre-mer. Mais son nom est récurrent comme ceux de Raoult ou Lagarde sur le sujet… Un autre scénario évoque le retour de Christian Estrosi. A défaut de récupérer un secrétariat d'Etat à la sécurité, il reviendrait rue Oudinot d’où, finalement, il était parti sans avoir été bizuté. Mais rien n’est sûr, Jégo est présent et c’est le président qui décidera. Avant ou après le congrès ?

Partager cet article

Repost0
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 16:18
Jean-Jacob Bicep, 5e de liste sur liste Europe écologie en Ile de France
« Il est fort probable que je sois eurodéputé en septembre »
Il est Guadeloupéen, vert et il a raté de peu son élection au Parlement européen. Ce n’est pas Harry Durimel, le Pointois qui a manqué de peu lui aussi son élection dans la circonscription outre-mer, mais le Saintannais Jean-Jacob Bicep, le cousin d’un ancien premier secrétaire de la fédération PS de Guadeloupe. Interview
Comment jugez-vous votre score à Paris ?

J’ai organisé à Paris le seul meeting spécialement dédié à l’outre-mer, c’était le 23 mai. Il y avait Dany Cohn-Bendit et j’ai fait venir les candidats de la Réunion et de la Guyane. Harry Durimel n’a pas pu se déplacer. Je suis très fier du soutien de la communauté. J’ai tracté sur les marchés et senti une vraie prise de conscience mais le fait que je sois en 5e position sur la liste Europe Ecologie, a fait de moi l’Antillais le mieux placé en métropole ! El les gens étaient reconnaissants de pouvoir identifier un originaire d’outre-mer à cette place. Dans le XXe, mon arrondissement, on fait 33 %, le meilleur score ! Ce qui veut dire que notre présence sur les listes, quels que soient les partis, c’est important.
Et maintenant, les régionales ?
Maintenant, ce qui va se passer, c’est qu’au mois de juillet, la Parlement européen va se réunir et on décidera qui ira dans les commissions, notamment à la Commission européenne. Et il est fort probable que je sois député au mois de septembre. Si ni Dany, ni Eva ne passent dans une commission, je me retrouverai aux régionales. Aller aux européennes, c’était de toute façon dans la stratégie des régionales.
Vous semblez préoccupé par le sort de la Martiniquaise Janine Maurice-Bellay transfuge du PS passée chez les radicaux au conseil régional d’Ile de France…
Elle n’a plus de parti… Connaissant mes copains socialistes avec qui je travaille tous les jours, je sais que l’on doit faire pression au bon niveau pour que JMB soit prise comme personnalité de la société civile sur la liste de gauche. Au deuxième tour des élections, on va poser nos conditions et parmi celles-ci, la représentativité des originaires d’outre-mer sur les listes et ça, on saura le dire au PS lorsqu’il sera question de faire une liste de fusion ! Je serai sans doute dans l’équipe de négociation et je ferai très attention à la place qu’on fera à JMB et au nombre d’originaires d’outre-mer.

Partager cet article

Repost0
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 20:43
Bilan d’étape pour les états généraux de l’Outre-merYves Jégo recevait hier l’ensemble des présidents et des rapporteurs des ateliers des états généraux de l’outre-mer. Venus des 4 DOM, de Mayotte et de Saint-Martin, ils ont pu échanger au cours d’une journée de travail au ministère de l’outre-mer et comparer les diverses propositions qui ont d’ores et déjà émergé depuis le début des réflexions, fin mars. Car le temps presse désormais… « Le premier conseil interministériel de l’outre-mer doit se tenir en octobre et au-delà du 31 juillet, le travail de synthèse va être très compliqué », a rappelé le secrétaire d’Etat avant d’inviter chaque délégation à présenter un point d’étape.
Delile Diman a évoqué un « bigidi » au début, puis une détente et enfin de la compréhension de la part de la population.
Elle a évoqué en vrac des idées qui ont fusé : un plan photovoltaïque pour Jarry, un plan Marshall, une carte vitale de l’information, l’affirmation de la présence de l’Etat, la lutte contre l’éparpillement des moyens, la famille au centre du travail d’insertion… Une liste incomplète car encore ouverte. « Depuis le 10 juin et la réunion publique du Moule, a indiqué Mme Diman, les propositions prennent le pas sur les interpellations et les interrogations. Il nous reste à passer à la phase d’approfondissement, de validation et de mutualisation. »
Pascal Saffache, pour la Martinique, a présenté « une photographie » des travaux en cours avec en ligne de mire, la recherche d’un développement économique endogène. Atelier par atelier, il a évoqué la modulation de l’octroi de mer, le règlement du problème du port de Fort de France, « le plus cher de France », la structuration des filières, la protection des zones agricoles, la pharmacopée et l’alimentation animale, la labellisation des produits locaux, de développement durable, l’excellence dans le tourisme, la biodiversité, la dynamique de coopération, un institut du travail, un guichet unique pour la formation, une entité politique unique, une consultation populaire pour le statu quo, la collectivité unique ou l’indépendance, la baisse du nombre d’acteurs dans le transport ou l’eau, la nécessité d’augmenter le nombre de cadres antilais, un conservatoire des arts et un ministère de l’Outre-mer plutôt qu’un secrétariat d’Etat…
Raphaël Robinson, pour la Guyane, a évoqué la nécessité d’une nouvelle gouvernance, une meilleure intégration régionale, des projets structurants, le développement durable, la maîtrise des prix et des circuits de distribution. I s’agissait de mettre en avant l’idée « d’un mieux vivre ensemble dans une société multiethnique ». M. Robinson a été laconique dans le détail des travaux des ateliers, car il attend que les forums avec la population se fassent.
Ils commencent ce jeudi à Maripa-Soula. Pour l’heure, 90 réunions des ateliers se sont tenues en Guyane dont 2 plénières avec les présidents et rapporteurs, et déjà 500 participants. 80 réunions des ateliers se sont tenues en Martinique dont 2 publiques et 2500 participants. 60 réunions des ateliers se sont tenues en Guadeloupe dont 40 publiques et 20 autres techniques avec 3000 participants.
La restitution finale des synthèses doit avoir lieu fin septembre. Yves Jégo a indiqué pour sa part que « le gouvernement souhait faire de l’après états généraux un moment fort de réalisation, avec un suivi sur 10 ou 15 ans ».

Partager cet article

Repost0
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 20:37
Le Conseil d’Etat ne menace pas Léon Bertrand à Saint-Laurent
Hier après-midi, le Conseil d’Etat a examiné la requête d’Alain Moueza qui conteste l’élection de la liste de Léon Bertrand aux dernières municipales à Saint-Laurent. Après un 1er épisode au tribunal administratif de Cayenne qui ne l’a pas suivi, en septembre 2008, l’opposant a saisi l’instance administrative suprême. M. Moueza n’admet pas que les noms des 8e et 9e de liste aient été intervertis entre la version de la liste déposée en préfecture et celle proposée aux électeurs. Comme l’avait argumenté le juge de première instance, le rapporteur public (anciennement le commissaire du gouvernement) a estimé que cela relevait d’une erreur matérielle et qu’elle n’était pas de nature à modifier le vote. D’autant que la liste de Léon Bertrand a eu 29 élus sur 33 ! Saisi aussi sur l’expulsion de M. Moueza du bureau de vote des Sables blancs où il était assesseur, le rapporteur public a rappelé que le président du bureau avait agi conformément à son rôle de celui qui fait la police du bureau dans la mesure où M. Moueza a refusé de procéder au dépouillement. Le Conseil d’Etat rendra son délibéré dans un mois.

Partager cet article

Repost0
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 18:05
Les quatre mains de Fred et Marijosé Alie
Elle et elle, entre chienne et louve, l’ouvrage à quatre mains de Marijosé et Fred Alie, publié chez HC Editions, mélange des écrits de la mère et des peintures et croquis de la fille. Dialogue de femmes, notes et pigments, chienne et louve… Deux femmes qui se retrouvent dans la musique et qui se distinguent dans d’autres modes d’expression choisis. Mots et
cris, chants et slam, pour l’une… Graphisme pictural pour l’autre. Un pas de deux, une rythmique de danse… Marijosé a vidé ses tiroirs d’écrivain, des années 1970 à l’époque actuelle, pour en extraire ce qui fait son être, être femme, être intelligente, être sensible, et être deux… Fred, sa fille, vient à sa rencontre avec ses œuvres plastiques. Comme si elles se redécouvraient, se découvraient. Les deux femmes s’exposent, à nu. Et en s’exposant elles se reconnaissent, se trouvent de nouveaux traits, des mots communs. Entre chienne et louve, version féminine de cette heure crépusculaire, fait le lien entre celle qui a de l’expérience et celle encore à l’aube de sa vie de femme ! Assurément, c’est un livre d’art dont la fabrication soignée souligne la qualité du dialogue artistique, à la hauteur des oeuvres de Fred qui rappellent  parfois Francis Bacon, Basquiat, sans parler de son hommage à Courbet et à l’Origine du monde. Livre de femmes, oui, et ce titre pour affirmer une féminité sexuée, mais d’abord une universelle humanité. Car si Marijosé Alie aime la provocation, elle et sa fille ne sont ni chienne ni louve, mais des femmes qui, à l’instar du dramaturge autrichien et grand provocateur Thomas Bernhard, savent que c’est à elles « de faire prévaloir leurs vues, pas aux hommes ».








Photos : RDG

Partager cet article

Repost0
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 17:06
Le Drépaction fait le plein !Succès retentissant pour le premier Drépaction qui s’est tenu samedi soir au Zénith de Paris. Plus de 5000 personnes, une vingtaine d’artistes sur scène dont Jacob Desvarieux, Bamboolaz, Sylviane Cédia, Medhi Custos, Bisso Na Bisso, Orlane, Admiral T… Mais aussi des politiques venus remettre leurs dons : Nassimah Dindar (7 000 euros du département de la Réunion), Victorin Lurel (10 000 euros de la Région Guadeloupe), Yves Jégo (15 000 euros du SEOM), Roselyne Bachelot (7 000 euros de la Santé), L’Union des groupements des producteurs de bananes (15 000 euros), Dorothée Hayot, la fille de Bernard, est venue remettre un chèque de 20 000 euros. Dans le public, on a remarqué Sébastien Folin, le conseiller du président du Sénat, Jean-Jacob Bicep, Chantal Berthelot, Alfred Almont… Partout dans la salle, des militants associatifs récoltaient les dons des particuliers. Pour Patrick Karam et Jeny Hipocrate de l’association Ensemble contre la drépanocytose, organisateurs, c’était avant tout une opération de communication sur cette maladie que nombre de spectateurs ignoraient encore alors qu’ils sont potentiellement porteurs du trait drépanocytaires. En début de soirée, Roselyne Bachelot a promis des mesures en faveur des malades, des accompagnants et des services de soin. C’est ce lundi que François Fillon doit rendre son arbitrage sur le plan drépanocytose. Pendant la semaine, les dons continuent sur le site drepaction.org. Le concert  du Zénith est retransmis sur RFO et France Ô, vendredi prochain.

En imagesAdmiral T, la pêche et la jeunesse avec lui !Bisso Na BissoVéronique Polomat, Patrick Karam, Taylor fixy et Victorin Lurel qui remet son chèque !Jacob Desvarieux met le feu avec les musiciens de BamboolazYves Jégo, épaulé par Patrick Karam qui a su retourner une salle hostile au début, a remis son chèque, puis est parti, saluant cette foule, tel un rocker !Kareen GuiockJenny Hipocrate, le Pr Galactéros de l'unité drépatocytose de l'hôpital Henri-Mondor à Créteil (inquiet pour ses moyens), le ministre de la Santé, Roselyne Bachelot qui promet une amélioration de la prise en charge des malades, et Patrick Karam qui a fait de cette maladie génétique un des fers de lance de son action à  la délégation interminstérielle à l'Egalité des chances des Français d'outre-mer.Jean-Michel Martial, somptueux quand il dit des mots empruntés à Martin Luther KingDorothée Hayot qui a porté au nom de son père 20 000 euros, et Valérie Moiran de l'APIPD, association de lutte contre la drépanocytoseJacob Desvarieux, Jean-Elisabeth Largite et Dominique PanolMedhi CustosClaudy Siar de Tropic FM, Canal Horizon et RFI, avec le pointois de Saint-Ouen, Amintas Abraham 1er "ki di yo brilé kaz a yé"Taylor Fixy et sa maman, Jenny Hipocrate, le ministre et le déléguéDaniel Dalin, président du Collectifdom et Dominique de la GuignerayeChantal néret, directrice de la communication de RFO/France Ô, avec sa mamanToute la soirée, les bénévoles ont collecté des fondsHendata M'madi Mogne conseillère municipale a Neuilly sur Marne, et Janine Maurice-Bellay, conseillère régionaleSteeve Herelius, le boxeur lourd léger d'origine guadeloupéenne, qui combattra le 27 juin pour tenter de décrocher la qualification pour une finale en janvier 2010




Partager cet article

Repost0
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 16:10
Césaire, le legs, la soirée au Sénat en image
Gérard et Serge Larcher ont invité au Sénat Annick Thébia-Melsan et une gran,de partie des contributeurs à l’occasion de la sortie de l’ouvrage collectif consacré à l’héritage du père de la négritude.

La députée de Guyane, l’ancien préfet de Paris et de Guyane, M. Vochel  qui laissé son nom à l’aéroport de Paripa-Soula, le sénateur maire de Mana, Georges Patient et l’élue guyanaise du 6e arrondissement, Marie-Thérès Lacombe.

Christian Bidonnot (Topdom et Outremer Obama organization) est avec le maire de Sainte-Luce, Louis Crusol, un homme qui fut très proche de Camille Darsière.

Hervé Bourges, ancien patron de TF1 (encore public), de France Télévision, du CSA, avec le sénateur Larcher

Hervé Bourges et l’épouse de feu François Mitterrand, Danielle.

Jean-Claude Bourjac, conseiller politique de Gérard Larcher et Dominique de la Guigneraye de Spiridom.

Elie Chouraki, le cinéaste, est avec l’avocat pénaliste martiniquais, Alex Ursulet.
Dominique Desanti, écrivain, journaliste et ancienne résistante communiste, a porté aussi sa contribution.

Christine Kelly, membre du CSA, Eric de Lucy, patron des rhums Clément et de l’UGPBan, Danielle Mitterrand et Serge Larcher. On aperçoit derrière ces deux derniers Anne de Bourbon, de la maison de France !

Avec Mmes Kelly et Thebia-Melsan, le président du conseil exécutif de l’UNESCO, le Guinéen Olabiyi Babalola Joseph Yaï.

Christine Kelly, le conseiller outre-mer du président du Sénat, Dominique Vian, et Dominique de la Guigneraye.
Les deux Larcher, Serge et Gérard, le président du Sénat, dont le cousinage remonte au XVIIIe siècle !

Paul Lumumba, fils du président assassiné Patrice Lumumba, Christiane Taubira et les époux Scholastique et Félix Kimbulunga, du club de réflexion des amis de Lumumba.

Paul Lumumba et Christine Rémion-Granel.

Christiane Taubira vient saluer Danielle Mitterrand assise aux côtés des sénateurs Serge Larcher et Georges Patient.

Yann Monplaisir et Eric de Lucy dont la fondation Clément qu’il dirige a financé l’ouvrage d’Annick Théba-Melsan.
Luc Saint-Eloy, un des contributeurs, avec le maître d’ouvrage, Annick Thébia-Melsan

Eric de Lucy, Danielle Mitterrand, Serge Larcher, Georges Patient, Annick Thébia-Melsan, Hervé Bourges, Christiane Taubira et Jacques Martial.


Partager cet article

Repost0
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 16:02
L'héritage d'Aimé Césaire
Annick Thébia-Melsan a présenté au Sénat, jeudi 11 juin, un ouvrage collectif dédié à Aimé Césaire et son héritage. « Une polyphonie avec beaucoup de contributions », a souligné Hervé Bourges. Pour construire cet ouvrage, « Aimé Césaire, le legs », Annick Thébia-Melsan a fait appel à de nombreux auteurs tous liés d’une manière ou d’une autre au poète martiniquais. On retrouve le prix Nobel Wole Soyinka, Maryse Condé, Patrick Chamoiseau, Abdou Diouf, Luc Saint-Eloy, Edouard de Lépine, Pierre Aliker, René Depestre, Paul Lumumba, Edgar Morin… La liste est longue des contributeurs rassemblés pour exprimer une idée : « Autour du legs d’Aimé Césaire, il y a de la vie, pas que de la mémoire, a indiqué Annick Thébia-Melsan, il y a forcément des siècles. Césaire savait qu’il écrivait pour l’humain. » Serge Larcher, sénateur de Martinique, pour sa part, a témoigné de sa première rencontre avec Aimé Césaire . C’était le 16 octobre 1945, alors que le candidat à la députation prononçait un discours de campagne sur la place du Diamant : « Quand je tourne le bouton de la radio, on dit qu’Hitler est mort, non il n’est pas mort… » Césaire parlait du message de chef du régime nazi, mais dans la foule, une femme enceinte s’évanouissait en entendant cela. Le lendemain, elle accouchait d’un petit garçon, Serge Larcher… L’ouvrage est édité chez Argol avec le soutien de la Fondation Clément.

Partager cet article

Repost0
13 juin 2009 6 13 /06 /juin /2009 18:15
La mauvaise stratégie de l’Elysée pour l’UMP en Guadeloupe
Finalement, c’est Gaël Yano, le député UMP de Nouvelle Calédonie qui est content ! la stratégie voulue par l’UMP Paris et l’Elysée a propulsé au Parlement européen son poulain, le ministre des sports du gouvernement de la province sud, Maurice Ponga. Inespéré ! Il est vrai que les socialistes en Guadeloupe avaient décidé de faire une campagne molle pour ne pas favoriser l’élection de Marie-Luce Penchard. « Si on faisait 3000 voix de plus, Marie-Luce Penchard était élue », rappelle Victorin Lurel. Mais la brouille de Gabrielle Carabin qui a appelé à voter Durimel (73 % au Moule !) a fini de boucler la donne. Avec en plus, un siège (inespéré, encore !) pour le Marie-Galantais Patrice Tirolien. Tout cela est venu perturber le plan de l’Elysée et de Xavier Bertrand, patron de l’UMP, qui voulaient absolument obtenir un score pour Marie-Luce Penchard, « pour l’avenir de sa carrière », selon une source UMP. Celle-ci a fait un score avec 29 %, mais elle n’a pas été élue… Ils avaient mis le paquet pourtant : Gabrielle Louis Carabin avait été convoquée à l’Elysée pour obtenir son ralliement. En vain. Maintenant, la députée du Moule attend son exclusion avec philosophie. Samedi, lors de la journée du Parlement des enfants, Xavier Bertrand a évité Mme Carabin qu’il avait pourtant bien vue ! Tout ça n’augure rien de bon pour les régionales de 2010. Qui va-t-on présenter en face de Lurel ? Le président sortant parie sur une liste hétéroclite agrégeant des opposants où on pourrait même trouver des élus GUSR, les amis de Larifla et de Gillot. Mais c’est sûr, Carabin n’en sera pas. Et au deuxième tour ? Elle pourrait peut-être même prêter renfort à Lurel pour défendre une assemblée unique dans le cadre de l’article 73. La politique en Guadeloupe est une science que l’Elysée et l’UMP nationale ne maîtrisent pas forcément, même avec Marie-Luce Penchard en première ligne !

Partager cet article

Repost0

Articles Récents