Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 19:20
L'hommage du photographe

Partager cet article

Repost0
28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 15:57
Les Ultramarins à la Gay prideTjenbé red, l’association de soutien aux LGBT d’origine ultramarine (lesbiennes, gays, bi et transsexuels) avait son char, samedi, à la Gay pride. On y a d’ailleurs vu le délégué interministériel à l’Egalités des chances des Français d’outre-mer, Patrick Karam. « Je suis venu apporter mon soutien à Tjenbé red car il y a un problème spécifique de discrimination dans la discrimination, avec les homosexuels ultramarins. Au sein de la communauté, ils sont victimes d’insultes, de coups, de rumeurs, de blagues qui humilient. Et s’il y a 13 fois plus de suicides chez les adolescents homosexuels en France, ce chiffre est plus important chez les Ultramarins… » Et il est vrai que nombre de jeunes qui font leur coming out sont bien souvent exclus de chez eux par leurs parents. Certes, aucune statistique n’est disponible, mais David Auerbach-Chiffrin, chargé d’un  rapport sur le sujet, a dressé d’ores et déjà, une longue liste de cas. « Les LGBT ne sont pas des malades mentaux, rappelle le délégué, et ceux qui le croient sont encore au XIXe siècle. » Patrick Karam entend donc faire de la pédagogie pour faire évoluer les mentalités. « Un électrochoc est nécessaire car une simple blague peut conduire au suicide. » Une situation d’autant plus anormale que les premiers à se moquer sont souvent eux-mêmes des homosexuels refoulés…

Le gonzo reportage de RDG
Patrick Karam a voulu s'afficher comme d'hab, il a été intronisé par David Auerbach-Chifrin sur le char de Tjembé Red avant de rejoindre le cortége des stars dans lequel il s'est retrouvé en dernière position, a la traîne pour ainsi dire...
En tête du carré vip (toujours aussi inaccessible si l'on est pas accrédité), encadré par une garde prétorienne crypto marxiste (service d'ordre du PCF... C'est pas gai comme disent les belges). Les places sont chères et historiquement squattées. Agglutiné autour du grand communiquant de la LGBT, on a vu Jean-Paul Huchon, Bertrand Delanoë, Harlem Désir et de nombreux média... On n'a pas croisé Jack Lang !!!!
On a croisé Louis Georges Thin avec la bandrole slavic et le responsable de la gay pride de Mosou qui ne doit pas avoir la vie facile !!!!! Il s'appelle Nikolaï Alexeïev ; il s'est fait savater sérieux a Moscou !!! C'est un homme courageux !!
C'était très festif et comme toujours très musical, on a beaucoup entendu BillieJean, Beat It, et Thriller  de Michael Jackson.
Il y avait  les policiers gay, la CFDT gay, l'UMP gay, le Modem gay, les arabes gay, les sportifs gay, les cyclistes gay, les étudiants gay, les enseignants gay, les barbus gay, etc etc....   on a cherché le char des présidents Gay ???? (ici je me rend compte que je devrai  écrire partout Gay et Lesbien...)
Sur le char de Tjembé red

Devant le char de
Tjembé red
Peut-on devenir une icone aujourd'hui ?...
Obama même à la Gay pride... "L'investissement projeté sur sa personne ne peut produire que de la déception", pour reprendre Cioran.
Référence à ces pays qui pendent facilement les hommes et lapident les femmes...
Jeune multicolore et plurisexuel of... Dim

Partager cet article

Repost0
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 16:19

Yves Jégo ne sera plus porte-flingue de Sarkozy

Yves Jégo ne sera plus le porte-flingue de Nicolas Sarkozy, comme il l’a été en tant que député. L’éviction du maire de Montereau du secrétariat d’Etat à l’Outre-mer a signé le divorce entre les deux hommes. Selon son entourage, Yves Jégo pourrait se tourner vers le Parti radical de Jean-Louis Borloo. Il envisage aussi de se rapprocher du président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, Jean-François Copé, dont les ambitions présidentielles sont connues. Yves Jégo retrouvera son siège de député le 24 juillet.

DM

Partager cet article

Repost0
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 16:03

La 4e édition des trophées afro-caribéens en route

On nous promet Michel Drucker et Marijosé Alie à la présentation, Gérard Puliccino à la réalisation, et une retransmission sur France Ô/RFO et France 2 ! Du lourd donc pour cette 4e édition des Trophées des arts afro-caribéens (TAAC) qui aura lieu le 21 septembre au théâtre du Châtelet à Paris. Franck Anretar et Joseph Dunoyer, les organisateurs annoncent encore un parrain et un invité d’honneur de prestige : Lilian Thuram et Derek Lewis, le vice-président de BET production.Quant au plateau artistique, on sait seulement que c’est l’orchestre des Beaux gosses, dirigé par l’excellent Patrick Marie-Joseph (avec Thierry Vaton, Stéphane Castry…) qui accompagnera les numéros d’artistes. Pour la 2e année, les TAAC récompenseront des œuvres audiovisuelles et littéraires en sus des musiciens. Catherine Ruelle, journaliste à RFI, est la présidente du jury cinéma et documentaire, François Durpaire préside le jury littéraire et Lucien Ugolin, le jury musical.


Les nominés

Musique (photo : Lucien Ugolin, président du jury)

Artiste de l’année : Patrick Saint-Eloi, Tanya Saint-Val, Davy Sicard, Rokia Traoré

Meilleur groupe : Baster, Amadou et Mariam, Magic System, Ti Kabzy

Révélation de l’année : Erik, Medhy Gerville, Jessy Matador, Sandra Nkaké

Album de l’année : Mulatu Astatké, Medhy Custos, Victor Deme, Ziskakan

Meilleur clip : Humphrey featuring Rohff (Dans la minute), Fanny J featuring Kamnouze (Mon irréel), Diziz la peste (Il est déjà trop tard), Keisha

Littérature (Photo : François Durpaire, président du jury)

Meilleur essai : Féminisme(s) en Afrique et dans la diaspora de Sylvie Chalaye et Boniface Mongo-Mboussa (Revue Africultures), Les traites négrières coloniales, histoire d’un crime de Marcel Dorigny et Max-Jean Zins (Cercle d’art), Philosophie de la relation d’Edouard Glissant (Gallimard), La politique africaine de la France en question de Shanda Tonmé (L’Harmattan), Aimé Césaire, le legs d’Annick Thébia-Melsan (Argol).

Meilleur roman : Les neuf consciences du Malfini de Patrick Chamoiseau (Gallimard), Les caractères sexuels secondaires de Tania de Montaigne (Flammarion), Une heure pour l’éternité de Jean-Claude Fignolé (Sabine Wespieser), La couleur de l’aube de Yannick Lahens (Sabine Wespieser), Black bazar d’Alain Mabanckou (Seuil) et Morne Câpresse de Gisèle Pinault (Mercure de France).

Cinéma (Photo : Catherine Ruelle, présidente du jury)

Meilleure fiction : L'appel des arènes de Cheick N’Diaye (Sénégal), Aliker de Guy Deslauriers (France), Mange ceci est mon corps de Michel Ange Quay (Haïti), La première étoile de Lucien Jean-Baptiste (France) et 35 Rhums de Claire Denis (France).

Meilleur documentaire : Katanga business de Thierry Michel, Le pays à l’envers de Sylvaine Dampierre, Jacques Roumain d’Arnold Antonin, Mémoire vaudou d’Irène Lichtenstein, Tu n’as rien vu à Kinshasa de Mwézé Dieudonné Ngangura.

 

Partager cet article

Repost0
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 14:13

Le cabinet des trois océans

Denis Robin, préfet de Mayotte, prendra ses fonctions de directeur de cabinet  de Marie-Luce Penchard après la visite de François Fillon à Mayotte, Son adjoint sera Olivier Jacob, qui reste. Xavier Brunetière et Vincent Malefère restent aussi, il s'occupera du logement et la fonction publique. Grégory Kromwell a été confirmé comme chef de cabinet. Il vient de chez Christine Boutin et arrive avec Mathieu Béjot qui s'occupera de la communication. Il y aurait une volonté de composer un cabinet avec des ultra-marins issus des trois océans. Reste à trouver des gens du Pacifique et de l'océan Indien.

Partager cet article

Repost0
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 13:50

« Une carte blanche pour fabriquer deux heures d’antenne tous les jours »

Qu’allez-vous faire à I Télévision ?

A I Télé, je vais faire un grand format de l’info puisque j’aurai deux heures de direct tous les jours, du lundi au vendredi avec bien sûr des journaux d’information, du reportage, des invités, des débats, des chroniques… Ce sera une grande session d’infos de 18 à 20 heures. Cette tranche a été celle de Thomas Hugues, puis de Nicolas Demorand et, depuis quelques mois, c’est Maya Lauqué qui s’en occupait parce que Nicolas Demorand est parti en cours d’année.

L’information continue, vous connaissez bien puisque vous êtes passée par LCI…

Je connais bien l’info en continue et, justement, pour moi c’était une envie, une souhait de retrouver cette adrénaline de l’info permanente, instantanée, le fait de pouvoir partir en édition spéciale immédiatement quand il y a un événement, d’être en permanence dans la réactivité , dans l’info très chaude… C’est une excitation qui, pour moi est toujours intacte, donc je suis très heureuse de retrouver ça.

Quand commencez-vous à I Télé et quand terminez-vous à France 3 ?

Je commence à I à la mi-août et on n’a pas encore tout à fait décidé de la date de rentrée, enfin la date à laquelle on va faire cette première. Et France 3, c’est jusqu’au 9 juillet. Dernier journal, le jeudi 9 juillet…

Qu’est-ce qui vous a motivé à quitter une belle place comme celle de présentatrice du JT de France 3 ?

J’avais envie de remise en question, de remise en cause, d’explorer des terrains non pas inconnus, bien sûr, mais un peu différent de ce que je faisais jusqu’à maintenant… C’est vrai que j’ai essayé de le faire à l’intérieur du groupe France Télévision, mais il n’y avait pas de réponse adaptée à mes attentes et j’ai préféré aller voir ailleurs.

Vous vous êtes battue contre le projet de réforme de l’audiovisuel public et on a dit que c’est une des raisons qui aurait poussé à votre départ. Qu’en est-il réellement ?

Ce n’est pas une des raisons qui m’ont poussée à prendre cette décision, du tout ! Et je ne pense pas que le débat se situe là. La direction de France Télévision a compris que j’avais vraiment un souhait profond de changement et le groupe n’était pas en mesure de m’offrir ce pourquoi je voulais changer… Donc voilà, je suis partie ailleurs !

Comment ça s’est fait ?

Je suis allée vers I Télévision. Ce ne sont pas eux qui m’ont approchée, c’est moi qui suis allée vers eux. Je suis allée vers eux comme je suis allée vers d’autres rédactions et leur proposition était la plus intéressante. Je ne parle pas du point de vue financier, mais du point de vue du contenu : avoir carte blanche pour fabriquer deux heures d’antenne tous les jours, c’est à mon avis très stimulant pour n’importe quel journaliste.

Ca fait quoi d’être la présentatrice favorite des Français ?

Si c’est vrai, c’est évidemment très agréable et j’en suis très touchée… Maintenant, ça va ça vient l’amour ! (rires) Il faut pouvoir rester en bonne place dans le cœur des gens et j’espère y arriver.

Vous étiez la première ultramarine à présenter un JT national, quel regard portez-vous sur la première ultramarine à prendre en charge le secrétariat d’Etat à l’Outre-mer ?

Je trouve ça très bien ! On va avoir quelqu’un qui sait de quoi elle parle, j’espère que ça va bien se passer. On a souvent dit que les chefs de gouvernements ne nommaient pas d’Antillais au secrétariat d’Etat à l’Outre-mer à cause de la rivalité entre les Antillais, je trouvais ça un peu dommage… J’espère qu’il n’y aura pas cette rivalité qui me semble vraiment dépassée et que ça n’empêchera pas le secrétariat d’Etat à l’Outre-mer de fonctionner.

Partager cet article

Repost0
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 09:42

La phrase du jour de Roger de Jaham

Si les Békés ont eu le bras assez long pour pouvoir "débarquer" Yves JEGO, ils devraient être chaleureusement félicités par tous pour avoir fait nommer pour le remplacer la première personnalité originaire de l'outre-mer, et de surcroît une femme antillaise !

Partager cet article

Repost0
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 18:32
Chabine miroir, le retour de LMC et de… Fifille
Avec Chabine miroir (Cap Bear éditions, 2006), Henri Hazaël-Massieux se moquait de Lucette Michaux-Chevry et de nombre de politiques guadeloupéens dans un roman où cet ancien administrateur civil exilé dans l’Hexagone n’avait pas osé se lâcher totalement. Cette fois, avec Zombi a chabine (Cap Bear, 2009), il récidive en actualisant les choses depuis la chute de Michaux-Chevry en 2004. L’auteur utilise une trame romanesque, la zombification de Chabine grâce aux plantes médicinales du Dr Henri Joseph (le Dr Rijo), pour éclairer le lecteur sur la situation guadeloupéenne depuis les dix dernières années. Malheureusement, M. Hazaël-Massieux (Masse-Bourg) continue d’accorder une place importante à des acteurs politiques résolument en perte de vitesse, voire disparus. Ainsi, il consacre un chapitre aux Chamougon (Ramoudongue), accorde une place bien importante à Joël Beaugendre (Dr Beaufils) ou Ernest Moutoussamy (Laperlocou), sans se rendre compte que les choses ont changé et que d’autres personnes ont pris le relais dans le leadership politique local. Il donne une place relativement importante à Blaise Aldo (Al Blaireau) et à Gabrielle Carabin (Gaby Fusil), mais Victorin Lurel, mentionné une ou deux fois comme le président de la chambre haute locale, est étrangement absent, tout comme Gillot, président de la chambre basse locale. En fait, la gauche n’existe pas dans ce livre, sauf si l’on considère Eric Jalton (Rico Dalton) à gauche, ce qui est incertain ! Mais il raconte… Des élections sénatoriales de 2004, aux législatives de 2007 en passant par les municipales de 2008, la présidentielle (avec l’élection de Pompon Lagitédubocalczy à l’Elysée), jusqu’aux événements de janvier et février 2009, M. Hazaël-Massieux narre à sa façon le retour de LMC sur la scène politique. Mais là où il nous bluffe, c’est dans son analyse des faits qui ont conduit Marie-Luce Penchard, la fille de LMC (Fifille dans le roman) au secrétariat d’Etat à l’Outre-mer, même s’il ne le savait pas encore ! Il écrit sur Marie-Luce Penchard ces mots qui en disent long sur l’estime qu’il lui porte, à l’égale de sa mère : « Affectant une réserve et une timidité empreinte de douceur, elle possédait l’art de s’imposer sans avoir l’air d’y toucher. Feignant l’ignorance de tout et manifestant un respect ostensible pour les puissants, elle maîtrisait un remarquable savoir-faire dans l’art de contraindre les autres à exécuter ce qu’elle ne voulait pas faire elle-même. » Et puis, cette analyse sur le scrutin européen de juin 2009 : « En cas de succès, même si sa liste obtenait un faible score, elle ferait une appréciable entrée sur la scène politique. » Visionnaire !
Zombi a chabine, Cap Bear éditions, juin 2009.

Partager cet article

Repost0
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 15:24

Combat de boxe anglaise au CannetSteeve Hérélius (à droite sur la photo) est le sparring partner de Nestim Takam, dit Carlos, dans un test match destiné à préparer ce dernier contre Greg Tony (Photos : RDG)

 


Le boxeur guadeloupéen Steeve Hérélius, 30 ans, affronte en demi-finale mondiale WBA lourd-léger le Marseillais Jean-Marc Monrose (27 ans) au Cannet, le 27 juin prochain. Il s’entraîne depuis 10 ans au gymnase Marcel-Cerdan de Noisy-le-Grand sous la férule de celui qui a mené Jean-Marc Mormeck à être champion du monde, le Martiniquais Joseph Germain. « C’est un frappeur né, avance Joseph Germain, il a une frappe naturelle ! ». Dans ce combat, le Guadeloupéen devra travailler pour maintenir le Marseillais à distance le plus longtemps possible. « On le travaille en contre car le crochet gauche de Monrose est dangereux. Steeve n’a plus le temps de jouer. Il est à un âge où il faut tenter le coup. Ca passe ou ça casse… » Si ça passe, Steeve Hérélius combattra sa première finale mondiale au début de l’année 2010.

 


Interview Steeve Hérélius

 

« Ca sent la poudre »

Comment vous sentez-vous avant ce combat ?

C’est ma première demi-finale mondiale et je me sens en pleine forme ! Ca sent la poudre !

Vous affrontez Jean-Marc Monrose que vous avez déjà battu aux points, quelles sont ses  faiblesses, ses qualités ?

Il est petit mais faut se méfier parce que c’est un petit Tyson. Il boxe comme Tyson, mais il a aussi son courage. Mais comme je dis, chacun à sa place. Tyson c’est Tyson ; Monrose c’est Monrose ! Vaut mieux avoir son propre style. Il me suffit de regarder une cassette de Tyson et je sais comment va combattre Jean-Marc Monrose, à moins qu’il ait changé entretemps, mais comme on dit : chassez le naturel, il revient au galop !

Et vos points forts, face à lui ?

Moi, j’ai le style Hérélius ! Il n’y a personne d’autre qui boxera comme Steeve Hérélius car chaque boxeur a sa propre musique et chaque musique a sa propre danse. Si on me met du rock, je vais danser du rock, si on me met du slow, je vais danser du slow ! Je compare les boxeurs aux musiciens ! On des musicos parce que sur un ring, on danse et il faut s’adapter à la danse. Je le laisserai mettre la danse et je m’adapterai à sa danse sachant que je danse toutes les danses !

A quoi savez-vous que vous devez faire attention ?

On ne fait jamais assez attention à ses propres faiblesses… Mes propres faiblesses sur un ring, contrairement à ce qui s’est passé lors de notre dernier combat, c’est que je suis un peu trop réglo. J’ai tendance à attendre l’arbitre, qu’il dise stop, qu’il dise les choses, alors que c’est à l’arbitre de venir nous séparer. Ca peut me porter préjudice d’être un petit peu trop gentil. Je vais faire attention à ne pas être trop gentil…

Que s’est-il passé lors de ce dernier combat ?

Je lui avais donné un coup de genou parce que l’arbitre avait dit stop et lui m’avait donné un coup derrière la tête, juste après… Donc ça m’a un peu énervé. Je suis très gentil mais très nerveux ! Je suis un nerveux qui se calme. Malheureusement, ce soir-là, je ne me suis pas calmé…

Gagner un tel match, ça signifie quoi pour votre carrière ?

Ca aura des incidences pour ma boxe mais aussi pour les suites de ma carrière. Devenir champion du monde, ça peut ouvrir des portes pour mes projets, mes enfants. Ca leur montrera qu’il ne faut jamais lâcher prise. Ils savent que je ne suis pas allé trop loin à l’école mais ils sauront que leur père ne lâche pas prise jusqu’à temps qu’il arrive à ses fins. Et à l’école, c’est exactement la même chose. Même si on rate une fois, il faut recommencer une deuxième fois…

Sur votre corps, vous avez beaucoup de tatouages. Ils racontent votre histoire ?

C’est intime… J’ai un casque de centurion, de gladiateur, parce que je m’appelle Hérélius et puis, les chaînes sur mes bras, ce sont celles de l’esclavage et puis le coupeur de canne, c’est pour rappeler mon grand-père. Il avait un grand champ et chaque fois que je venais le voir à Morne-à-l’Eau, il coupait la canne !


Jo, l’entraîneur de Mormeck

 

Voilà 30 ans que Joseph Germain entraîne à Noisy-Le Grand. Il est tombé dans la boxe petit à la Saint-Pierraise avec Daniel Londes. Il a ensuite boxé à Saint-Ouen avant de devenir entraîneur. « Mormeck, je l’ai eu en amateur et on a fait 9 ans ensemble et 3 championnats du monde. » C’est lui qui a fait passer Steeve Hérélius en professionnel. « En 2003, je l’ai fait devenir champion de France en 3 combats… » Reste que Mormeck et Hérélius n’ont rien d’autre en commun que leur guadeloupéanité et Joseph Germain. Ce dernier prépare ce combat du 27 juin, mais aussi un combat international entre les poids lourds Nestim Katam et Greg Tony, et un championnat de France entre Kasmi et Takoum.

 

Partager cet article

Repost0
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 15:03

Les états généraux de l’Outre-mer en province

Cent personnes ont participé à un débat consultatif, lundi dernier, dans le cadre des états généraux de l’Outre-mer, à la Préfecture de Toulouse. Avec Patrick Karam, les rapporteurs ou membres permanents des groupes de travail avaient fait le déplacement : Greg Germain pour la thématique Culture et visibilité, Patrick Théophile pour les problématiques liées à l'éloignement et Gabriel Sauveur pour l'égalité des chances, la lutte contre les discriminations et la citoyenneté. Les participants ont ainsi pu apporter leur contribution. Les rapporteurs intégreront leurs propositions dans les synthèses qu'ils remettront à la fin du mois de juillet. Ce type de réunion se poursuivra en régions jusqu'à la fin de la première semaine de juillet.

Partager cet article

Repost0

Articles Récents