Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 16:21

Le Labo Ethnik Fashion Weekend

labo-ethnik.jpg« Le Labo Ethnik Fashion Weekend est un événement engagé qui met en lumière les talents de demain, nationaux et internationaux. C’est une plateforme, une vitrine et un espace d’expression », déclare Yvette Taï-Coquillay fondatrice et directrice de l’événement qui se tient le week-end du 21 juin à l’espace d’animation des Blancs Manteaux (48, rue Vieille du Temple Paris 4)

Le labo ethnik ouvre avec des défilés le vendredi 21 juin avec huit créateurs de prêt-à-porter.

Béatrice Newman, plus connue sous le nom du label « Korlekie », est une créatrice afrobritannique qui fabrique des collections élégantes, hauts de gamme et très avant-gardistes, avec une forte influence des métiers artisanaux.

Le sud-Africain Thula Sindi est un talentueux styliste, qui a créé sa propre marque en 2005.

Olivier Couturier, l’élève martiniquais d’une première main de la maison de couture Jean Patou. Il a intégré une formation de costume de scène dispensée par des professionnels de l’Opéra Garnier avant de créer sa griffe.

Christine Mhando, Tanzanienne d’origine, a lancé sa propre marque portant son surnom d’enfance Chichia.

Christie Brown est une marque de luxe féminine ghanéenne créée par Aisha Obuobi. La marque fut créée en 2008 avec le 1er défilé à Accra.

Jacob Kimmie est présent à la Fashion Week de Londres et de Paris, de plus son studio est célèbre car il est dépourvu de mannequin, de photo et il travaille sans carnet de croquis…

Le salon se tient les samedi 22 et dimanche 23 avec 70 marques de prêt-à-porter et accessoires de mode. Un jury de professionnels décernera un prix « Coup de Pouce » au Lauréat qui remportera le concours « Emergence » destiné aux jeunes stylistes de prêt-à-porter et d’accessoires :

Une conférence sur le développement, le financement et l’international complète cette fashion week.

Partager cet article

Repost0
15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 15:35

Le ministère des Outre-mer fête la musique

facade-MOM.jpgPour 32ème édition de la Fête de la musique, le ministère des Outre-mer, ouvre ses jardins de l’Hôtel Montmorin au 27 rue Oudinot. Une soirée tropicale aux rythmes des musiques des Outre-mer honorera ce 21 juin avec des mélodies empruntant au zouk, au reggae, à la soul, au bèlè et aux sonorités africaines, indiennes et caribéennes. sur scène, la Guyanaise Tina Ly, le Martiniquais Victor O, Davy Sicard de La Réunion, la Guadeloupéenne Leïla Chicot et, un peu de douceurs et de poésie avec la Martiniquaise Loriane Zacharie.

Partager cet article

Repost0
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 07:33

Les pétroliers confrontés au projet de décret carburant de Lurel

pause-petroliers-chef-de-cab.jpg« Il n’est pas question d’avoir plus de 12 % de rentabilité, pas question d’avoir cet écart de 15 à 30 centimes hors taxe entre les prix hexagonaux et les prix de nos régions. » Voilà ce que disait mercredi le ministre des Outre-mer, en amont de la réunion tenue par son conseiller, Thierry Dahan, avec les représentants des compagnies pétrolières, jeudi après-midi au ministère des Outre-mer (le ministre était à Lille au moment de la réunion pour un hommage à Pierre Mauroy). Cette rencontre qui faisait suite à une précédente, vendredi dernier, a duré près de quatre heures. L’enjeu pour Lurel, c’est renégocier le décret Penchard. « Il faut faire la lumière sur  les marges dans ce secteur, marges de raffinage et marges de stockage. » sortie-petroliers-1.jpgAucun représentant des compagnies pétrolières n’a voulu s’exprimer à l’issue de la rencontre. L’un d’eux s’est même amusé à jouer les étonnés : «  Je ne vois absolument pas de quoi vous voulez parler... » Il avait sous le bras une pochette annotée « projet décret »… Seul Patryck Peru-Dumesnil de la SOL Guyane, a déclaré de façon informelle : « On n’est jamais contents quand il y a des changements si drastiques qui ne serviront jamais á rien. » Un autre a concédé laconiquement : « On s’est fait présenter le projet de décret. »

Sortie-petroliers-2.jpgLors de la réunion de vendredi dernier, les pétroliers ont dit, selon le ministre, « leur point de vue, leur analyse, leurs désaccords ». Lurel veut réformer ce décret pour « améliorer les rapports avec les pétroliers ». C’est-à-dire que e gouvernement voudrait connaître les frais de trading, de négociations internationales, le volume raffiné importé, et les prix du brut à l’importation, afin d’établir des « marges raisonnables ». « Comment peut-on avoir deux taux de rentabilité que ce décret a organisés, s’agaçait la veille encore le ministre. Ce décret, c’est du n’importe quoi. »

Si du côté des pétroliers, la consigne a été de ne rien révéler des discussions. Côté ministère, on concède tout juste que la discussion est ferme, mais qu’elle avance... Aucun autre rendez-vous ne semble avoir été pris. Les prochains acteurs qui seront reçues, sans doute la semaine prochaine, les associations de consommateurs.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 07:55

Un nouvel éco-organisme compétent outre-mer

EcoDDS lance un appel d’offres pour la collecte des déchets diffus spécifiques ménagers.

Pierre-Charlemagne-DG-EcoDDS.jpgLes Outre-mer font partie des territoires couverts par un nouvel éco-organisme, EcoDDS, créé en avril dernier par le regroupement de 17 distributeurs et  31 industriels. Leurs cibles sont les produits chimiques répertoriés sous l’appellation « déchets diffus spécifiques ménagers » (DDS). Ce sont les peintures et additifs, vernis, lasures, les solvants, les décapants, la paraffine, les colles et mastics, les résines et les mousses. Ce sont encore les produits d’entretien automobile (filtres à huile, liquides lave glace, liquides de refroidissement, produits pour l’entretien de la carrosserie…) Mais encore tous les herbicides, engrais chimiques, insecticides, les produits de désinfection des piscines, les déboucheurs d’évier, l’ammoniaque, le grésil…

EcoDDS lance un appel d’offres le 17 juin sur tout le territoire français pour organiser des filières d’élimination. « Outre-mer inclus », précise Pierre Charlemagne, son directeur général. Le hasard fait que ce diplômé du MBA d’HEC et titulaire d’une maîtrise d’histoire de la Sorbonne, est né en Nouvelle-Calédonie en 1970 où il a vécu les 15 premières années de sa vie. Il estime que tout éco-organisme a sa place en outre-mer. « Meme si c’est compliqué, même si c’est loin, dit-il, il faut qu’on développe quelque chose sur place. Nous allons y aller et développer des partenariats. » Pour l’heure aucune infrastructure de collecte et de conditionnement n’existe dans nos territoires. EcoDDS voudrait organiser l’exportation de ces déchets en conteneurs vers la France pour y etre éliminés. « C’est plus simple avec les Antilles qu’avec la Réunion où nous devons transiter par l’international », poursuit-il… En juillet, les premiers attributaires seront connus. Dès janvier 2014, ils assureront la collecte et le traitement des DDS ménagers dans les déchetteries municipales pour le compte d’EcoDDS. « Jusqu'ici les entreprises ne payaient pas, c'était le citoyen qui payait dans les déchetteries via les taxes locales. Désormais, le traitement de ces déchets ne sera plus à la charge des collectivités », se félicite Pierre Charlemagne.

En 2014 : 17 000 à 20 000 tonnes devraient être collectés et traités. L’objectif à terme est fixé à 33 000 tonnes. Le gisement total de ces déchets est estimé entre 50 et 70 000 tonnes sur l’ensemble du territoire national.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 07:07

La crise du carburant préoccupe Lurel

Lurel-le-12-juin-2013.jpgPour obtenir l’application du décret Penchard en vigueur et 1,5 centime d’augmentation en Guyane et en Martinique, le syndicat des gérants de stations-service annonce un blocage des stations en Guadeloupe aujourd’hui. Lurel veut voir les comptabilités 2012 avant d’accéder à ces demandes de hausse et, en attendant, il propose une solution qui consiste à partager l’effort entre la moitié de leur cotisation, 0,3 centimes, à la caisse de cessation de contrat (l’AIP) et la même participation des pétroliers, prise sur leur bénéfice. Vendredi dernier, les représentants des compagnies pétrolières ont été reçus au ministère pour leur séance de négociations, après celle des gérants mardi dernier. Lurel leur a imposé cette participation à l’augmentation de la marge des gérants : « Les industriels peuvent prendre 0,3 cents sur les Accords interprofessionnels, explique le ministre. Cette moitié me satisferait, mais je ne veux pas que ca se répercute sur les prix au détail. »

Les pétroliers n’étaient pas chauds pour payer… Le ministre Lurel assure qu’il est prêt à demander aux préfets de signer un arrêté essence en juillet, mais pas en l’état. Pour l’heure, c’est la grève. Qui plus ce jeudi après-midi à 15 heures, un round de négociations reprend avec tous les acteurs pétroliers au ministère des Outre-mer.

« Comment comprendre que les meilleurs défenseurs des compagnies pétrolières sont les gérants de station ? », s’étrangle Lurel qui, mercredi, veille de la grève, a décidé de s’exprimer. Il a même fait publier une tribune le matin dans les colonnes de France-Antilles… « Les gérant subissent régulièrement les prélèvements en termes de loyers imposés par les compagnies pétrolières », s’agace-t-il. Entre le prix hors-taxe du litre de carburant dans l’Hexagone et dans les territoires, la différence de prix est de 15 à 30 centimes d’euros. Il dénonce leur marge de 12 % pour le stockage, « dans des cuves financées avec l’argent du contribuable ». « C’est exorbitant, insiste-t-il, si les prix n’ont pas augmenté, c’est que j’ai refusé d’approuver les budgets prévisionnels fournis par les compagnies. » Et le ministre répète à outrance les chiffres de leurs bénéfices : 50 millions dans la Caraïbes, 40 millions dans l’Océan indien. Son décret n’en a qu’aux compagnies, assure-t-il… « Et je ne compte pas le bénéfice des gérants de stations ! » Il ne s’étonne pas que la dynamique du secteur donne des ailes à certains d’entre eux… Mais l’argument de l’emploi pèse en faveur des détaillants : 4000 emplois à préserver… Ils ont craint une libéralisation des prix ; le ministre répond qu’il réfléchissait à « la possibilité de prix différenciés à l’intérieur d’un prix plafond qui bénéficieraient à des stations comme celles des Hauts de la Réunion »… Il semble qu’il ait fait marche arrière. Et si le blocage devait s’étendre dans les autres départements ? « Le gouvernement a suffisamment de moyens pour agir, mais nous voulons épuiser toutes les voies de la concertation. Autant je suis ouvert, autant je suis ferme sur quelques lignes rouges. » Les gérants guadeloupéens aussi, semble-t-il.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 07:59

La semaine de la drépanocytose culminera dimanche au Zénith de Paris

Pr-Giraud-Siar-Dr-Benkerrou-Jenny-Hippocrate-Dr-Drisse-Pr-R.jpgLa semaine de sensibilisation à la drépanocytose a lieu cette année du 12 au 19 juin, avec un thème : « Tous concernés ». L’association pour l’information et la prévention de la drépanocytose (APIPD) de Jenny Hippocrate a invité, dans l’amphithéâtre de l’hôpital Cochin, la semaine dernière, en amont de l’événement, plusieurs médecins spécialistes afin de faire un point sur la manière dont sont aujourd’hui pris en charge les malades. Malika Benkerrou, pédiatre à l’hôpital Robert-Debré a rappelé que 400 enfants naissaient chaque année en France avec la drépanocytose dont 250 à 270 en Ile de France et, entre 20 et 25 dans chacun des départements français d’Amérique (contre 230 000 en Afrique et 4 700 en Amérique du Nord). La maladie est connue depuis 1910 et ne connaît qu’un seul traitement, l’hydréa (qui fait l’objet d’un litige devant le Conseil d’Etat). Les transfusions sanguines ont permis de mettre un terme aux anémies mortelles et la greffe de moelle, depuis 20 ans, permet de guérir des patients.

Aujourd’hui, la mortalité des enfants de moins de 5 ans connaît une réelle chute et désormais l’espérance de vie des malades permet d’en avoir âgés de 50 à 60 ans. Le Pr. Robert Giraud, biologiste a l’hôpital Tenon estime qu’aujourd’hui 98 % des malades atteignent l’age de 18 ans et que 80 % des malades ont entre 25 et 40 ans. Il en coûte 50 millions par an pour soigner les drépanocytaires.

Comme chaque année, sauf en 2012 ou seul un « Drépaction des médias » avait eu lieu, la semaine de prévention de la drépanocytose donnera lieu à un concert de soutien produit par Cyril Coudoux de Make it clap, le 16 juin au Zénith de Paris, afin de récolter des fonds pour la recherche et la prise en charge des patients. Cette année, l’invité d’honneur de la manifestation est Lilian Thuram. Mais on y retrouvera aussi Claudy Siar de Tropiques FM, parrain de l’édition 2013, ou Kareen Guiock de M6, ambassadrice au même titre que Gaël Monfils, Frédéric Piquionne, Sylviane Cédia ou Firmine Richard.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 07:52

Victorin Lurel décore José Pentoscrope

José Pentoscope a été fait chevalier de l’ordre de la légion d’Honneur, vendredi dernier, par le ministre des Outre-mer, à Paris.

legion-d-honneur-Pentoscrope.jpgNé le 26 août 1943 à Pointe-à-Pitre, cet ingénieur consultant a reçu une formation universitaire d’économiste à Paris. Il a rédigé une thèse sous la direction de Jean Fourastié. Son expérience professionnelle a été riche et variée en qualité d’ingénieur commercial puis d’ingénieur conseil dans diverses sociétés de 1970 à 1991, cependant qu’il poursuivait des travaux de recherche et qu’il publiait de nombreux articles (Etudes sur le Niveau de vie et le genre de vie des Antillo-Guyanais en Métropole, 1968-1970, Pratique associative créolophone, 1992, Parents, Enfants, Enseignants, Dialoguer pour réussir, 1993, Vie Associative de descendants de Toussaint Louverture, 2005, Macotage, Guide des Associations des Originaires d’outre-mer en métropole, 2006).

Comme en témoignent ces publications, José Pentoscrope s’est résolument engagé dans la vie sociale. En 1982, il fonde le Centre d’Information, Recherche et Développement pour les Originaires d’Outre-Mer (CIFORDOM). De 1982 à 1995 il est membre du conseil d’orientation de l’Agence Nationale pour la promotion des Travailleurs d’Outre-mer.

De 1983 à 1995, il est élu conseiller municipal de Massy (Essonne).

En 1984 il crée la Fédération des Associations et Organisations d’Intérêt pour les Originaires des Antilles-Guyane (FAAG). En 1989, il est à l’origine du vote par la municipalité socialiste de Massy d’une délibération rendant hommage à Toussaint Louverture et à Victor Schoelcher. Une place porte le nom de Victor Schoelcher  sur laquelle est érigée une statue de Toussaint Louverture, inaugurées en septembre de la même année en présence du Président Gaston Monnerville.

En 2001, il initie le prix littéraire Fetkann, Mémoire des pays du sud, mémoire de l’humanité, destiné à faire vivre la Loi Taubira. Le prix est remis chaque année au café de Flore à Paris.

En 2007, il devient membre du Conseil de l’égalité d’Ile de France. Avant d’etre décoré de la légion d’honneur, il avait été fait chevalier de l’ordre national du Mérite.

FXG, à Paris

Barbara Jean-Elie de Trace a aussi été décorée par le ministre lors de cette même cérémonie.

Partager cet article

Repost0
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 09:20

Quand les gérants des stations-service et le gouvernement ne parlent pas la même langue

Il semble qu’il y ait un probleme de compréhension entre les gérants de stations-service et le gouvernement lorsque ce dernier a proposé de financer une partie de la hausse du prix du carburant (Guyane et Martinique ont chacune déposé un dossier de demande d’augmentation du prix au litre de 1,5 centimes) avec la part chargée d’abonder le fonds de sortie d’activité pendant trois mois. Cette durée serait ensuite reportée en fin de dispositif, soit en 2019 pour la Guyane et la Martinique.

Les gérants guyanais ont fait savoir qu’ils n’étaient pas d’accord pour que l’on touche à leur retraite. Mais l’accord interprofessionnel des pétroliers (AIP) dont il est question, n’est pas une cotisation retraite. L’AIP est un accord signé en 2002 en Guadeloupe, et 2008 en Guyane et Martinique, qui prévoit d’abonder de 0,64 centimes en Guyane, 0,68 en Martinique, un fonds pendant dix ans. Cette réserve est destinée à financer une indemnité de fin de gérance dont le montant est proportionnel à l’ancienneté du gerant et au volume vendu dans la station. Ces 0,64 ou 0,68 sont payés par le consommateur et sont, à côté de la marge du détaillant, une marge de détail différée. Petite différence, c’est une indemnité de fin de gérance en Guyane et une indemnité de fin de contrat aux Antilles. D’où l’appellation de « retraite » par les gérants guyanais, tandis que les Antillais peuvent en bénéficier en changeant simplement d’enseigne…

Le gouvernement a proposé ce dispositif puisque c’est le même que les gérants avaient soumis au ministère des Outre-mer en septembre dernier lors du gel des prix du carburant pour trois mois. La différence étant que ces 0,64 ou 0,68 centimes serviraient cette fois à financer une partie de la hausse des prix demandée, tandis qu’en septembre, ils avaient servi à financer la baisse des prix pour le consommateur. Pour autant, le gouvernement avait déjà accepté de compenser cette perte pour le fonds d’indemnisation en le prolongeant de trois mois en fin de dispositif. Cette fois, les gérants récupéreraient cette part dans leurs marges directes, mais les sommes perdues pour le fonds seraient compensées, là encore, par une prolongation du dispositif pendant trois mois à l’issue des dix ans. C’est ce qui a été effectivement fait pour la Guadeloupe qui arrivait au terme des dix ans en 2012. Le dispositif pourrait d’ailleurs y etre reconduit, mais le gouvernement attend d’abord de recevoir des gérants guadeloupéens leur compte d’emploi (quand il reçoit régulièrement ceux des gérants guyanais). Notons que cet AIP n’existe pas à la Réunion et que cela pourrait bien etre un nouveau souci pour le gouvernement…

FXG, à Paris


Une hausse de 15% des marges gérants en jeu

Les demandes de hausse de prix en Martinique et Guyane sont de l’ordre de 1,5 centimes sur un total de 10 centimes que represente la marge des gérants. La hausse correspond donc à 15 %. Et c’est ca qui pose probleme, dans la mesure où le gouvernement souhaite d’abord réformer le décret Penchard avant d’envisager une éventuelle hausse. Par ailleurs, les gérants sont dans une logique d’indexation du prix en fonction des hausses de salaires, de loyers, de l’électricité, etc.… Une logique admise par le gouvernement à condition qu’elle soit appuyée sur une réalité comptable, une connaissance exacte des marges réelles. Ce dont le gouvernement estime ne pas disposer.

Sur leur 10 centimes de marge par litre, les gérants évaluent la part salariée à 5 ou 6 centimes selon les départements.

Partager cet article

Repost0
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 07:50

Mutation des fonctionnaires au pays

GPX-Mq.jpgLe collectif GPX Ultramarin a rencontré vendredi dernier les députés du groupe GDR, Alfred Marie-Jeanne, Jean-Philippe Nilor et Bruno Azérot. L’administrateur du sous-groupe GPX 972, Lionel Claveau était représenté lors de cet entretien par Jimmy Terrine. Depuis plusieurs mois, le Collectif GPX œuvre à rassembler les fonctionnaires de police originaires des DOM afin de défendre au mieux leurs centres d’intérêts matériels et moraux afin de favoriser leur mutation dans leur territoire d’origine. Les Députés martiniquais se sont engagés à interroger le gouvernement pendant leur temps de parole à l’Assemblée nationale sur la question des mutations et a organiser une rencontre avec le cabinet de Manuel Valls. Par la même occasion, ils ont rédigé un courrier afin d’alerter le ministre de l’Intérieur sur la problématique défendue par le Collectif. « Ils ne le font pas pour nous, a indiqué Idriss Rangassamy du GPX 974, mais avec nous. » Les trois députés ont, par ailleurs, accepté de signer la lettre que le Collectif GPX a préparée pour le ministre de l’Intérieur et qu’ont déjà signée les parlementaires réunionnais Fareyrol (UMP), Bareigts et Orphé (PS). Les députés martiniquais ont indiqué qu’ils étaient disposés à parler de cette question au député missionné par le gouvernement sur l’emploi local, Patrick Lebreton.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 06:47

Carton plein pour Kassav au Zénith de Paris
Trois Zénith dans le week-end, tous pleins et, consécration presque ultime, Le Monde qui, pour la première fois, consacre un papier dans son édition datée de dimanche et lundi, aux rois du zouk.  Avec de belles coquilles tout de même, comme un stade des Abymes situé à Pointe-à-Pitre ! Le public était en transe. Sur scène, belle scénographie et belle lumière de Vince Foster... Kassav était très en forme ; Jocelyne Béroard était à fond, montée sur des ressorts et le public a eu droit à un final énorme avec un rappel sur le légendaire « Zouk la sé sel médikaman nou ni »…
Reportage en images de Régis Durand de Girard1_6052.jpg

4_6134.jpg

7_6147.jpg

12 6247

17_6342.jpg

20_6520.jpg

22_6595.jpg

11_6210.jpg

26_6888.jpg

27_6917.jpg

30_7033.jpg

25_6846.jpg

31_7093.jpg

36_7169.jpg

28_6955.jpg

39_7214.jpg

42_7329.jpg

45_7439.jpg

43_7340.jpg

48_7571.jpg46_7503.jpg

49_7594.jpg

2_6079.jpg

52_7665.jpg

40_7259.jpg

Partager cet article

Repost0

Articles Récents