Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

6 juillet 2009 1 06 /07 /juillet /2009 19:21
Carnaval bancal à Paris
Carnaval oblige… le défilé a commencé avec une bonne heure de retard. RFO avait sorti le grand jeu avec des caméras partout pour un direct de deux heures. Pendant que le public et les jurés installés place Léon Blum, devant la mairie du 11e, attendaient les premier groupes Franky Vincent, juré, faisait  l'animation sur le gradin avec des mots sympathiques pour tout le monde. Enfin le premier groupe est arrivé et s’est fait conduire devant le jury par les régisseur de RFO et le service de sécurité  (chronomètre en main). Les premiers groupes on vu leur prestation écourtée (sans doute pour les besoins du direct). Au bout d'un moment Franky Vincent est venu dire au chef de la sécurité, visiblement a bout de nerf (on l'a vu savater un photographe sous l’empire d’un état alcoolique) de ne plus interrompre les groupes avant la fin de leur chorégraphie. Des énorme trous temporels ont alors commencé  à se creuser entre chaque passage de groupe… Le  déroulé général de ce carnaval devenait, hélas ainsi, tout sauf tropical et rythmique. Puis il y a eu des pompiers, des policiers, des ambulances… Les nouvelles de l’arrière du front n’étaient pas bonnes : des tirs de grenades lacrymogènes avait occasionné un malaise à quelqu'un. Tout ça réuni ne contribuait pas à rendre sa dynamique au carnaval… Tant et si bien qu'avant la moitié du défilé, RFO commençait à démonter son matériel... Le temps imparti pour le direct étant écoulé. Claudy Siar, le président du jury, est alors intervenu pour demander d'accélérer le rythme. Il avait une réunion des états généraux de l’outre-mer après…
Rendre le Carnaval à la rue
Des groupes se sont succédés, très inégaux, certains à peine costumés, avec des chorégraphies inexistantes ou avec des sonos poussives et de très mauvaises qualité. Tout ça donnait l’impression que les présélections n’avaient pas été faites très sérieusement. La bonne surprise, ce fut l'Indonésie et la Colombie avec des musiques et des chorégraphies très surprenantes et les Guadeloupéens de Mas Moule Massif qui raflent trois prix !
Tous ces ratages semblent provenir de la distorsion existante entre les producteurs, la mairie de Paris et RFO, des acteurs institutionnels de poids, et le monde associatif qui constitue les groupes qui défilent. Peut-être que ce carnaval gagnerait à devenir plus festif, moins structuré et moins institutionnalisé, et donc rendu au public et aux  associations. A l’instar de ce qui se fait à Londres, avec le succès qu’on lui connaît.

Le palmarès
Coup de coeur : RACIN GINEN D'HAÏTI
Meilleur Char Invité : INDONESIE
Meilleur Char Francilien : DI FE KAKO
Meilleur Groupe à Peau : MIYO
Meilleur groupe à caisse claire : MAS MOUL MASSIF
Meilleure Ambiance groupe à pieds : MAS MOUL MASSIF
Meilleure Ambiance char : BATUC DU MANACA
Meilleur costume Dom Tom : EXPLOSION
Meilleur costume France : ETHIK 97
Meilleur groupe Dom Tom : MAS MOUL MASSIF
Meilleur groupe France : ETHNIK 97

En images (par RDG)Aïdé Gisler (originaire du Lamentin en Guadeloupe), Cristelle Baltyde (Haitio-Guadeloupéenne de Basse terre), Ulutuipalei Pio (originaire de Polynésie et Wallis et Futuna) et Adami Edilsiane (originaire de Rémire Montjoly en Guyane)Le groupe Woulib et ses caisses claires, tombasses, ti-bwa, cha-cha, cymbales,
toms, cloches et trompettes garantissent le meilleur des rythmes antillais.On connaissait le CIFORDOM pour son prix littéraire Fetkann et ses actions politiques engagées, cette fois ils ont arpenté le pavé parisien. Woulo !Les Colombiens étaient à l'honneur cette année. Pas de prix mais une reine du Carnaval !Les gesticulations spect-cul-aires de RFO !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!Ti ka dan's, le groupe est venu tout expressément de Martinique.L'association Bagay Ka Brennen « B.K.B » originaire de l'Essonne a pour ambition, depuis 1997, de promouvoir la culture antillaise et favoriser les rencontres interculturelles.Racin Guinen, spécialistes des danses et musiques inspirées d'Haïti, a décroché le coup de coeur du jury.Mass Moule Massif, groupe venu du Moule en Guadeloupe, s'est vu décerné trois prix : meilleur groupe à pied, meilleur groupe à caisse claire et meilleur groupe DOM TOM.Siguines, créée en mars 1983 par un groupe d'amis Guadeloupéens et Martiniquais, promeut le folklore antillais à travers l'Europe et le monde. Les rythmes joués sont les 7 de la Guadeloupe et les 3 de la Martinique, avec la logistique de musiciens instrumentistes. Siguines peut faire entendre de la biguine ou de la mazurka créole. Pour présenter les chorégraphies, le madras est très présent, la cotonnade fleurie, mais aussi le satin, le broché, le lamé tandis que l'incontournable broderie anglaise garde la vedette. Les chorégraphies sont présentées selon un ordre chronologique des événements de l'Histoire.Encore Woulib...Karib K, cette association antillaise basée à Grigny partage avec ses consoeurs le plaisir de la fête, les costumes chamarrés et les sons entraînants et fait depuis longtemps vibrer la capitale.Ambiance chaude avec le groupe invité, Ethnick'97. Issu de la région parisienne à Maisons- Alfort., il compte neuf musiciens et quatre danseuses, qui vont faire bouger tout le monde au son des rythmes antillais.

Tropic Groove de Strasbourg. Cette jeune association strasbourgeoise mêle danse et musique traditionnelle.Les Indonésiens, invités spéciaux de cette édition 2009. Ce groupe rassemble des étudiants d'origine indonésienne. Prix du meilleur char invité.L'association « Trinis in France » rassemble les ressortissants de la République de Trinité et Tobago. Ils cherchent à créer des liens avec les autres communautés Trinbagonéennes en Europe, notamment en partageant le plaisir populaire et culturel du carnaval.Le char de Tropic FM... et un policier !Groupe n° 5Groupe N° 3Groupe N° 14Groupe N° 15Groupe N° 18Groupe N° 20 (de Guyane)Groupe N° 23Groupe N° 31 (de Guyane)Groupe N° 32Groupe N° 33Claudy Siar, patron de Tropic FM et président du jury, et Franky Vincent, armé de son sourire de star !Joseph dunoyer, organisateur du défilé, Firmine Richard et Janine Maurice-Bellay, jurées.

Repost 0
3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 19:31
Marie-Luce Penchard coachée par François Fillon
La nomination de la nouvelle secrétaire d’Etat à l'Outre-mer, Marie-Luce Penchard , a été un « choix souverain du chef de l'Etat », selon un proche du président. Le Château a d’ailleurs mis une veille en place, histoire de s’assurer que personne, dans le camp de la majorité, ne vienne lui glisser des peaux de banane sous le pied. Matignon semble aussi attentif à ce que tout se passe bien rue Oudinot : un récent communiqué de presse de Mme Penchard concernant les carburants laisse voir qu’il a été « revu par le PM ». Rien d’anormal en soi puisque le Premier ministre est la tutelle naturelle des ministres et secrétaires d’Etat, mais laisser cette mention à la vue des journalistes n’en est pas moins une petite bévue, surtout après la première prestation de Mme Penchard à l’Assemblée, mardi dernier, qui a obligé M. Fillon à l’attraper par la manche pour la faire se taire et s’assoir lors de la séance des questions au gouvernement, après une intervention du député Vert, Noël Mamère.
Repost 0
3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 13:24
Soldats-Marrons de et avec Mimi Barthélémy
Evoquer l'histoire d'Haïti jusqu'à son indépendance en 1804, telle est l'intention de Mimi Barthélemy.  A travers les jeux, les souvenirs d'école et de vacances de la petite fille qu'elle a été, Mimi Barthélemy conte, danse, chante et célèbre l'esprit rebelle qui anime les enfants d'Haïti. Accompagnée du guitariste Serge Tamas, elle relate la victoire de Toussaint Louverture, Dessalines et les esclaves de Saint-Dominique sur leurs maîtres de l'époque. De sa langue créole, elle déstabilise la langue française et l'enrichit de mots, de structures, d'images nouvelles. Ses mots, qu'elle ne mâche pas, ont toujours saveur de cannelle et de citron vert, sans jamais sombrer dans le folklore de l'exotisme.
Dimanche 12 juillet 2009 au Cabaret Sauvage à 16h30.
Spectacle pour tout public à partir de 8 ans. Gratuit.
Repost 0
2 juillet 2009 4 02 /07 /juillet /2009 12:33
Platanos unidos jamas seran vencidos
En vue des negociations sur la banane a Bruxelles, une delegation d’une vingtaine de planteurs des Antilles est venue rencontrer les plus gros producteurs europeens, les Canariens.

" Unite, le mot magique de la filiere europeenne de la banane ”, declarait hier a Tenerife, Eric de Lucy alors que Paulino Rivero, president du gouvernement de la region autonome des Canaries, lui remettait l’insigne d’or “platanos de Canarias”. Le president de  l’association des producteurs europeens de bananes (APEB), le Canarien Leopoldo Cologan, accueillait pour l’occasiont, mardi et mercredi, une delegation de planteurs de Guadeloupe, Martinique et Madere. Officiellement, il s’agissait pour les Antillais de venir presenter leur institut technique de la banane, desormais intitulé institut technique europeen de la banane, Mais en dehors du protocole, dans le bureau du president des Canaries, il s’agissait d’abord d’evoquer la position de la Commission europeenne vis-à-vis de ses ressortissants producteurs de bananes. “ Le plus important, ce n’est pas la negociation sur les droits  de douane - l’Europe a adopte le principe de la liberalisation de son marche -, indique Gerard Bally d’Eurodom, mais la compensation. D’ou la necessite de ce frente unido…” Si les Etats-Unis et la Chine ont commence a adopter une tendance protectionniste, ce n’est pas le cas de l’Europe, au risque d’un mauvais effet boomerang sur elle-même. “ On se demande si l’Europe ne souhaite pas simplement delocaliser toutes nos productions ”, soupire M. de Lucy. Le 8 juillet prochain, M. Bally viendra exposer a la commission europeenne tout ce que les bananiers ont fait depuis le lancement du POSEI en 2007 qui leur accorde 280 millions d’euros par an. L’objectif est de convaincre les technocrates de Bruxelles de la necessite de renforcer cette enveloppe d’au moins 30 millions des lors que les droits de douane de la banane sud americaine seront abaisses, des le 1er janvier prochain. Apres tout, les producteurs ACP ont obtenu une compensation de 110 millions. Les Canariens sont dans la meme demarches que les Antillais. Pour leur president, l’union des planteurs europeens est necessaire, mais il soutient qu’il faut “savoir utiliser la dimension sociale du dossier de la banane avec les emplois. La crise donne encore plus de portee a nos bananes qui doivent plus que jamais etre une locomotive economique.” Le president Rivero estime qu’avec la baisse du droit de douane, la crise economique mondiale est un argument pour soutenir cette production. Il entend d'ailleurs profiter de sa fonction de president de la conference des regions ultrperipheriques pour soutenir l’APEB. La presidence espagnole de l’Union europeenne au 1er janvier 2010 est une source d’espoir mais elle comporte aussi un risqué, celui de sacrifier les interets de la banane communitaire au profit des interets economiques de l’Espagne en Amerique du sud… L’arrivee de Bruno Lemaire au ministere de l’agriculture est plutot bien vecue, mais nos planteurs espere surtout que son predecesseeur, Michel Barnier, obtienne le poste de commissaire au developpement pour defendre au sein de la Commission les interets des bananiers. La partie est plus rude que d’aucuns se l’imaginent et nos planteurs reflechissent a completer leur argumentaire deja riche du plan banane durable. “On pourrait envisager de faire participer notre filiere a la reinsertion sociale des jeunes en errance”, suggerait Gerard Bally alors que la mission aux Canaries tirait a sa fin.

Bananes et platanos
Les 19 membres de la delegation antillaise se sont rendus dans les bananeraies canariennes pour evaluer les pratiques culturales et de conditionnement du premier producteur europeen avec 400 000 tonnes produites sur les sept iles de l’archipel espagnol. “ On ne fait pas le meme metier, indique le Guadeloupeen
Guy Adolphe. Ici, les plantations durent 20 ans, chez nous, 5 ou 6 ans…” Et c’est vrai quail Canaries, il n’y a pas d’herbe dans les cultures, pas d’humidite, pas de cercosporiose et pas de nematodes> Les traces de latex sur les fruits, ils s’en moquent : le consommateur espagnol s’interesse au fruit pas a son enveloppe ! “Ils economisent au moins 30 centimes par kilo, note Pierre Monteux de Banamart, mais 25% du prix de revient, c’est l’eau…” A la COPACLA, une des 19 cooperatives, sur 4 regimes traites devant la delegation antillaise, il n’y a qu’une poignee de bananes jetees… “ Si on faisait comme eux, observe Jean-Michel Hayot, on devrait obtenir des rendements de 50 kilos par regime contre nos 20 kilos.”

Reperes
Les Canaries (les iles des chiens et non pas des oiseaux !) sont un archipel bien plus proche de leur peninsule que les Antilles ne le sont de leur metropole (notons la difference de langage !). Elles comptent 1,5 millions d’habitants.
La production de banane est de 400 000 tonnes avec 9 700 producteurs et 25 000 emplois pour 10 500 hectares cultives. Une production exportee a 95 % en Espagne et au Portugal ou la banane sud-americaine occupe 30 % du marche

Repost 0
28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 19:20
L'hommage du photographe
Repost 0
28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 15:57
Les Ultramarins à la Gay prideTjenbé red, l’association de soutien aux LGBT d’origine ultramarine (lesbiennes, gays, bi et transsexuels) avait son char, samedi, à la Gay pride. On y a d’ailleurs vu le délégué interministériel à l’Egalités des chances des Français d’outre-mer, Patrick Karam. « Je suis venu apporter mon soutien à Tjenbé red car il y a un problème spécifique de discrimination dans la discrimination, avec les homosexuels ultramarins. Au sein de la communauté, ils sont victimes d’insultes, de coups, de rumeurs, de blagues qui humilient. Et s’il y a 13 fois plus de suicides chez les adolescents homosexuels en France, ce chiffre est plus important chez les Ultramarins… » Et il est vrai que nombre de jeunes qui font leur coming out sont bien souvent exclus de chez eux par leurs parents. Certes, aucune statistique n’est disponible, mais David Auerbach-Chiffrin, chargé d’un  rapport sur le sujet, a dressé d’ores et déjà, une longue liste de cas. « Les LGBT ne sont pas des malades mentaux, rappelle le délégué, et ceux qui le croient sont encore au XIXe siècle. » Patrick Karam entend donc faire de la pédagogie pour faire évoluer les mentalités. « Un électrochoc est nécessaire car une simple blague peut conduire au suicide. » Une situation d’autant plus anormale que les premiers à se moquer sont souvent eux-mêmes des homosexuels refoulés…

Le gonzo reportage de RDG
Patrick Karam a voulu s'afficher comme d'hab, il a été intronisé par David Auerbach-Chifrin sur le char de Tjembé Red avant de rejoindre le cortége des stars dans lequel il s'est retrouvé en dernière position, a la traîne pour ainsi dire...
En tête du carré vip (toujours aussi inaccessible si l'on est pas accrédité), encadré par une garde prétorienne crypto marxiste (service d'ordre du PCF... C'est pas gai comme disent les belges). Les places sont chères et historiquement squattées. Agglutiné autour du grand communiquant de la LGBT, on a vu Jean-Paul Huchon, Bertrand Delanoë, Harlem Désir et de nombreux média... On n'a pas croisé Jack Lang !!!!
On a croisé Louis Georges Thin avec la bandrole slavic et le responsable de la gay pride de Mosou qui ne doit pas avoir la vie facile !!!!! Il s'appelle Nikolaï Alexeïev ; il s'est fait savater sérieux a Moscou !!! C'est un homme courageux !!
C'était très festif et comme toujours très musical, on a beaucoup entendu BillieJean, Beat It, et Thriller  de Michael Jackson.
Il y avait  les policiers gay, la CFDT gay, l'UMP gay, le Modem gay, les arabes gay, les sportifs gay, les cyclistes gay, les étudiants gay, les enseignants gay, les barbus gay, etc etc....   on a cherché le char des présidents Gay ???? (ici je me rend compte que je devrai  écrire partout Gay et Lesbien...)
Sur le char de Tjembé red

Devant le char de
Tjembé red
Peut-on devenir une icone aujourd'hui ?...
Obama même à la Gay pride... "L'investissement projeté sur sa personne ne peut produire que de la déception", pour reprendre Cioran.
Référence à ces pays qui pendent facilement les hommes et lapident les femmes...
Jeune multicolore et plurisexuel of... Dim

Repost 0
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 16:19

Yves Jégo ne sera plus porte-flingue de Sarkozy

Yves Jégo ne sera plus le porte-flingue de Nicolas Sarkozy, comme il l’a été en tant que député. L’éviction du maire de Montereau du secrétariat d’Etat à l’Outre-mer a signé le divorce entre les deux hommes. Selon son entourage, Yves Jégo pourrait se tourner vers le Parti radical de Jean-Louis Borloo. Il envisage aussi de se rapprocher du président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, Jean-François Copé, dont les ambitions présidentielles sont connues. Yves Jégo retrouvera son siège de député le 24 juillet.

DM

Repost 0
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 16:03

La 4e édition des trophées afro-caribéens en route

On nous promet Michel Drucker et Marijosé Alie à la présentation, Gérard Puliccino à la réalisation, et une retransmission sur France Ô/RFO et France 2 ! Du lourd donc pour cette 4e édition des Trophées des arts afro-caribéens (TAAC) qui aura lieu le 21 septembre au théâtre du Châtelet à Paris. Franck Anretar et Joseph Dunoyer, les organisateurs annoncent encore un parrain et un invité d’honneur de prestige : Lilian Thuram et Derek Lewis, le vice-président de BET production.Quant au plateau artistique, on sait seulement que c’est l’orchestre des Beaux gosses, dirigé par l’excellent Patrick Marie-Joseph (avec Thierry Vaton, Stéphane Castry…) qui accompagnera les numéros d’artistes. Pour la 2e année, les TAAC récompenseront des œuvres audiovisuelles et littéraires en sus des musiciens. Catherine Ruelle, journaliste à RFI, est la présidente du jury cinéma et documentaire, François Durpaire préside le jury littéraire et Lucien Ugolin, le jury musical.


Les nominés

Musique (photo : Lucien Ugolin, président du jury)

Artiste de l’année : Patrick Saint-Eloi, Tanya Saint-Val, Davy Sicard, Rokia Traoré

Meilleur groupe : Baster, Amadou et Mariam, Magic System, Ti Kabzy

Révélation de l’année : Erik, Medhy Gerville, Jessy Matador, Sandra Nkaké

Album de l’année : Mulatu Astatké, Medhy Custos, Victor Deme, Ziskakan

Meilleur clip : Humphrey featuring Rohff (Dans la minute), Fanny J featuring Kamnouze (Mon irréel), Diziz la peste (Il est déjà trop tard), Keisha

Littérature (Photo : François Durpaire, président du jury)

Meilleur essai : Féminisme(s) en Afrique et dans la diaspora de Sylvie Chalaye et Boniface Mongo-Mboussa (Revue Africultures), Les traites négrières coloniales, histoire d’un crime de Marcel Dorigny et Max-Jean Zins (Cercle d’art), Philosophie de la relation d’Edouard Glissant (Gallimard), La politique africaine de la France en question de Shanda Tonmé (L’Harmattan), Aimé Césaire, le legs d’Annick Thébia-Melsan (Argol).

Meilleur roman : Les neuf consciences du Malfini de Patrick Chamoiseau (Gallimard), Les caractères sexuels secondaires de Tania de Montaigne (Flammarion), Une heure pour l’éternité de Jean-Claude Fignolé (Sabine Wespieser), La couleur de l’aube de Yannick Lahens (Sabine Wespieser), Black bazar d’Alain Mabanckou (Seuil) et Morne Câpresse de Gisèle Pinault (Mercure de France).

Cinéma (Photo : Catherine Ruelle, présidente du jury)

Meilleure fiction : L'appel des arènes de Cheick N’Diaye (Sénégal), Aliker de Guy Deslauriers (France), Mange ceci est mon corps de Michel Ange Quay (Haïti), La première étoile de Lucien Jean-Baptiste (France) et 35 Rhums de Claire Denis (France).

Meilleur documentaire : Katanga business de Thierry Michel, Le pays à l’envers de Sylvaine Dampierre, Jacques Roumain d’Arnold Antonin, Mémoire vaudou d’Irène Lichtenstein, Tu n’as rien vu à Kinshasa de Mwézé Dieudonné Ngangura.

 

Repost 0
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 14:13

Le cabinet des trois océans

Denis Robin, préfet de Mayotte, prendra ses fonctions de directeur de cabinet  de Marie-Luce Penchard après la visite de François Fillon à Mayotte, Son adjoint sera Olivier Jacob, qui reste. Xavier Brunetière et Vincent Malefère restent aussi, il s'occupera du logement et la fonction publique. Grégory Kromwell a été confirmé comme chef de cabinet. Il vient de chez Christine Boutin et arrive avec Mathieu Béjot qui s'occupera de la communication. Il y aurait une volonté de composer un cabinet avec des ultra-marins issus des trois océans. Reste à trouver des gens du Pacifique et de l'océan Indien.

Repost 0
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 13:50

« Une carte blanche pour fabriquer deux heures d’antenne tous les jours »

Qu’allez-vous faire à I Télévision ?

A I Télé, je vais faire un grand format de l’info puisque j’aurai deux heures de direct tous les jours, du lundi au vendredi avec bien sûr des journaux d’information, du reportage, des invités, des débats, des chroniques… Ce sera une grande session d’infos de 18 à 20 heures. Cette tranche a été celle de Thomas Hugues, puis de Nicolas Demorand et, depuis quelques mois, c’est Maya Lauqué qui s’en occupait parce que Nicolas Demorand est parti en cours d’année.

L’information continue, vous connaissez bien puisque vous êtes passée par LCI…

Je connais bien l’info en continue et, justement, pour moi c’était une envie, une souhait de retrouver cette adrénaline de l’info permanente, instantanée, le fait de pouvoir partir en édition spéciale immédiatement quand il y a un événement, d’être en permanence dans la réactivité , dans l’info très chaude… C’est une excitation qui, pour moi est toujours intacte, donc je suis très heureuse de retrouver ça.

Quand commencez-vous à I Télé et quand terminez-vous à France 3 ?

Je commence à I à la mi-août et on n’a pas encore tout à fait décidé de la date de rentrée, enfin la date à laquelle on va faire cette première. Et France 3, c’est jusqu’au 9 juillet. Dernier journal, le jeudi 9 juillet…

Qu’est-ce qui vous a motivé à quitter une belle place comme celle de présentatrice du JT de France 3 ?

J’avais envie de remise en question, de remise en cause, d’explorer des terrains non pas inconnus, bien sûr, mais un peu différent de ce que je faisais jusqu’à maintenant… C’est vrai que j’ai essayé de le faire à l’intérieur du groupe France Télévision, mais il n’y avait pas de réponse adaptée à mes attentes et j’ai préféré aller voir ailleurs.

Vous vous êtes battue contre le projet de réforme de l’audiovisuel public et on a dit que c’est une des raisons qui aurait poussé à votre départ. Qu’en est-il réellement ?

Ce n’est pas une des raisons qui m’ont poussée à prendre cette décision, du tout ! Et je ne pense pas que le débat se situe là. La direction de France Télévision a compris que j’avais vraiment un souhait profond de changement et le groupe n’était pas en mesure de m’offrir ce pourquoi je voulais changer… Donc voilà, je suis partie ailleurs !

Comment ça s’est fait ?

Je suis allée vers I Télévision. Ce ne sont pas eux qui m’ont approchée, c’est moi qui suis allée vers eux. Je suis allée vers eux comme je suis allée vers d’autres rédactions et leur proposition était la plus intéressante. Je ne parle pas du point de vue financier, mais du point de vue du contenu : avoir carte blanche pour fabriquer deux heures d’antenne tous les jours, c’est à mon avis très stimulant pour n’importe quel journaliste.

Ca fait quoi d’être la présentatrice favorite des Français ?

Si c’est vrai, c’est évidemment très agréable et j’en suis très touchée… Maintenant, ça va ça vient l’amour ! (rires) Il faut pouvoir rester en bonne place dans le cœur des gens et j’espère y arriver.

Vous étiez la première ultramarine à présenter un JT national, quel regard portez-vous sur la première ultramarine à prendre en charge le secrétariat d’Etat à l’Outre-mer ?

Je trouve ça très bien ! On va avoir quelqu’un qui sait de quoi elle parle, j’espère que ça va bien se passer. On a souvent dit que les chefs de gouvernements ne nommaient pas d’Antillais au secrétariat d’Etat à l’Outre-mer à cause de la rivalité entre les Antillais, je trouvais ça un peu dommage… J’espère qu’il n’y aura pas cette rivalité qui me semble vraiment dépassée et que ça n’empêchera pas le secrétariat d’Etat à l’Outre-mer de fonctionner.

Repost 0

Articles Récents